Sortir à Lyon
Partager cet article :

Gloria, le spec­tacle de Montalvo qui va vous rendre joyeux

GLORIA Choregraphie Jose Montalvo, assistante Joelle Iffrig, repetition, Maison des Arts de Creteil le 30 decembre 2020. Avec : Karim Ahansal dit Pepito, Rachid Aziki dit ZK Flash, Mickael Arnaud, Sellou Blagone (Nadege), Eleonore Dugue, Serge Dupont Tsakap, Fran Espinosa, Samuel Florimond dit Magnum, Elizabeth Gahl, Rocío Garcia, Florent Gosserez dit Acrow, Rosa Herrador, Dafra Keita, Chika Nakayama, Beatriz Santiago, Denis Sithade Ros dit Sitha. (photo by Patrick Berger)

La joie, c’est tout un art. Pour la danse, José Montalvo (qui a travaillé pendant 30 ans avec Domi­nique Hervieu à travers la compa­gnie Montalvo-Hervieu), en est clai­re­ment un des maîtres. Son dernier spec­tacle, Gloria, en est le plus bel exemple. Chacun des 16 danseuses et danseurs prend le micro pour racon­ter son histoire en quelques secondes, avant que tout le monde ne danse. Personne n’était fait pour danser : trop « gros » pour le flamenco, blessé au coude ou poitrine trop opulen­te… Gloria fait sa fête à la diver­sité – très à la mode aujourd’­hui – mais celle que pratique Jose Montalvo, parti de rien, depuis plus de 30 ans. La fierté de surmon­ter son handi­cap, ses origines, sa famille, ou, sur du Jean-Sébas­tien Bach, la joie d’une danseuse d’ex­hi­ber la poitrine opulente qui lui valu de rater un casting, et les plus galbes mascu­lins d’ébènes préfèrent danser en robe, avec la légè­reté d’une Mari­lyn traves­tie.

Gloria de José Montalvo (photos : Patrick Berger).

Tous les nombrils du monde

1h10 de jubi­la­tion colo­rée qui file à tout allure dès la première minute, mais se permet aussi une intros­pec­tion hip hop sur un prélude de Bach ou des tableaux de comé­die musi­cale grou­pés, jusqu’à la célé­bra­tion des éléphants et autre animaux en voie de dispa­ri­tion dans un finale en vidéo. Car Jose Montalvo est bien un maître qui ne se contente pas d’agi­ter de l’éner­gie sur une scène. Formé aux arts plas­tiques et à l’art du collage de Max Ernst ou Pica­bia, il compose de véri­tables tableaux scéniques, et croisent les tech­ni­ci­tés (et les musiques) des diffé­rentes spécia­li­tés de chaque danseur avec un brio épous­tou­flant. Prévu comme un simple Gloria inspiré par Vivaldi, ce spec­tacle recom­posé tout au long des confi­ne­ments est devenu un hymne « à la gloire » de chaque danseur quand il se dépasse lui-même. Le clin d’oeil final à Pina Bausch sur le remuant « nombril du monde » de Jeanne Moreau est une façon pour Montalvo de s’amu­ser du narcis­sisme des artistes pour mieux vanter la joie de l’éman­ci­pa­tion par le collec­tif. Sa joie est profonde, elle vient d’an­nées de colla­bo­ra­tion avec ses danseurs, et elle est parta­gée.

Gloria de Jose Montalvo. Jusqu’au vendredi 17 décembre à 20h30 à la Maison de la danse, Lyon 8e. De 23 à 45 €.

GLORIA Chore­gra­phie Jose Montalvo, assis­tante Joelle Iffrig, repe­ti­tion, Maison des Arts de Creteil le 30 decembre 2020. Avec : Karim Ahan­sal dit Pepito, Rachid Aziki dit ZK Flash, Mickael Arnaud, Sellou Blagone (Nadege), Eleo­nore Dugue, Serge Dupont Tsakap, Fran Espi­nosa, Samuel Flori­mond dit Magnum, Eliza­beth Gahl, Rocío Garcia, Florent Gosse­rez dit Acrow, Rosa Herra­dor, Dafra Keita, Chika Nakayama, Beatriz Santiago, Denis Sithade Ros dit Sitha. (photo by Patrick Berger)

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...