Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le spec­tacle famille le plus beau de ce début d’an­née

A en croire les médias, le monde va mal. Mais n’est-ce pas parce qu’on le regarde de la mauvaise façon? C’est en partant de cette hypo­thèse que le choré­graphe Thomas Lebrun, à qui l’on doit d’avoir dansé sur des bals endia­blés aux Subs, a écrit Dans ce monde, une pièce dédiée au jeune public mais où les adultes trou­ve­ront une douceur et une beauté récon­for­tantes. On peut donc commen­cer l’an­née en famille et en douceur. On découvre donc quatre danseurs et danseuses, alter­nant les soli et les tableaux à plusieurs, d’abord sobre­ment vêtus de blanc. Puis, au fur et à mesure de leur traver­sée des conti­nents, ils passent de nouveaux habits qui deviennent des éléments mêmes de la choré­gra­phie. Ne cher­chez pas de danse folk­lo­rique ou tradi­tion­nelle, pas plus de clichés ou d’images d’Epi­nal sur tel ou tel pays. Thomas Lebrun, qui s’in­té­resse depuis toujours à la diver­sité des corps et de leur langage, illustre la poésie de la décou­verte de l’autre et de sa culture. Car parcou­rir le monde, c’est avant tout rencon­trer ceux qui l’ha­bitent, dans leur singu­la­rité. C’est donc vers la sobriété que tend Thomas Lebrun, qui a nourri sa play­list de pépites musi­cales venues des quatre coins de la planète. Costumes, décors, lumières: rien n’est de trop, et tout suscite l’émer­veille­ment jusqu’au tableau final pensé comme un joyeux melting pot. C.B.

Dans ce monde, de Thomas Lebrun. Mercredi 5 et samedi 8 janvier à 15h à la Maison de la danse, Lyon 8e. Dès 7 ans (1h). De 11 à 21 €.

Dans ce monde de Thomas Lebrun (photos Frédé­ric Iovono).

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...