Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le cock­tail joyeux et foutraque du Raoul Collec­tif

Une Cérémonie du Raoul Collectif fait la fête au théâtre de la Croix-Rousse.
Le Raoul collectif retourne le théâtre de la Croix-Rousse dans Une cérémonie.

On débarque dans Une céré­mo­nie comme dans un vieux rade bruxel­lois choisi au hasard, guidé par le tapage nocturne et une bonne humeur conta­gieuse. Sur la scène, au milieu des pianos, des violon­celles et des confet­tis, émerge une armée de chaise de jardin malme­née par les comé­diens au grès des verres « de calva ». Plus haut, l’énorme sque­lette d’un ptéro­dac­tyle flotte, bat des ailes et nour­rit ce senti­ment d’ad­mi­rer un caba­ret dada. La comé­dienne du Raoul Collec­tif prévient d’em­blée : « Nous ne connais­sons pas l’ordre de ce qui va suivre  ». Libre à nous de la croire ou non. Les neuf éner­gu­mènes trinquent, chantent, philo­sophent et se coupent la parole avec une spon­ta­néité évidem­ment toute maîtri­sée. C’est là toute la force du collec­tif Belge que d’ar­ri­ver à nous faire croire que tout est impro­visé.

Le sens de la fête à la Croix-Rousse

De bagarre d’ivrognes en cascade de saltim­banques en passant par un Mino­taure palpeur de spec­ta­teur, le Raoul Collec­tif déploie toute son éner­gie au plai­sir du public. Jusqu’à une réécri­ture d’Anti­gone qui vient prou­ver que le collec­tif ne manque ni de profon­deur ni de talent drama­tique. Car toute cette joyeu­seté ne saurait cacher l’en­tre­prise cheva­le­resque (c’est eux qui le disent) dans laquelle les person­nages se sont enga­gés. Un comé­dien porte un toast à l’im­pré­vi­si­bi­lité actant que « c’est la seule manière d’être ingou­ver­nable  ». Faut-il se révol­ter ? Et avec quelles armes ? Il érige l’im­pré­vi­sible en vertu face à l’in­cer­ti­tude ambiante. C’est encore plus vrai aujourd’­hui que lors de la présen­ta­tion de la pièce au Festi­val d’Avi­gnon en 2020. Annulé plusieurs fois pendant l’épi­dé­mie, on peut dire que ça valait le coup d’at­tendre, car avec le Raoul Collec­tif, nos désirs sont désordres (joyeux).

Une Céré­mo­nie du Raoul Collec­tif, jusqu’au vendredi 18 mars à 20h au Théâtre de la Croix-Rousse, Lyon 4e. De 5 à 27 €.

Les Faux British, le spec­tacle le plus drôle des vacances

[mis à jour 04/02/23] C'est aussi fou que les Monty Python ou qu'un Agatha Christie qui partirait en impro totale. Absurde et jubilatoire, Les Faux British est la comédie la plus drôle des vacances, à déguster à la Comédie Odéon. Imaginez sept comédiens amateurs qui détruis...

Avec Laura Felpin, ça passe crème

En voilà une qui a contribué à rendre le confinement nettement plus supportable. Sur Instagram en 2020, Laura Felpin s'affuble chaque semaine d'irrésistibles trognes d'influenceuses, de psychologues contrariées, de voisines pénibles ou de hippies complotistes en sarouel. Les vidé...

Siva­dier signe un Othello impres­sion­nant et émou­vant

Jean-François Sivadier signe une lecture maîtresse et finement politique d'Othello, le Maure de Venise de Shakespeare, en offrant, en plus du Iago horrible de Nicolas Bouchaud, un cadeau à un grand acteur : Adama Diop dans le rôle titre. C'est la pièce la plus simple de Shakes...