Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Prési­den­tielles comme vous ne les avez jamais vues !

Sébastien Valignat rejoue la Présidentielle avec Campagne au théâtre du Point du jour.
La galerie présidentielle de Campagne au théâtre du Point du jour.

Que se passe-t-il dans la tête de François Hollande ? De cette inter­ro­ga­tion, la compa­gnie Cassandre et Cie nous offre une scène hila­rante et sort la scie sauteuse pour poncer la langue de bois… Sur un écran, l’ex­trait d’une véri­table émis­sion TV avec comme invité l’an­cien président. Mis en diffi­culté par une ques­tion sur son meeting du Bour­get et sa punchline demeu­rée célèbre, « mon adver­saire, c’est la finance », l’an­cien Président doit faire preuve de toute son habi­lité rhéto­rique pour se défendre. Sur scène, cinq « François », censés être dans la tête de Hollande se partagent à tour de rôle le contrôle du vais­seau pour se défaire de ce mauvais guêpier… La mise en scène de Sébas­tien Vali­gnat est cartoo­nesque, à la Vice/Versa, et la langue de bois de l’an­cien président est rabo­tée fine­ment pour le prochain quinquen­nat.

Le repas de famille de Campagne. (photos Louise Ajuste)

On part en campagne au Point du jour

C’est toute l’am­bi­tion de Campagne qui scrute nos enjeux démo­cra­tiques à travers la ques­tion du langage. On appré­cie notam­ment cette scène d’ou­ver­ture : un repas avant une élec­tion qui vire au psycho­drame. Les person­nages sont fami­liers et s’écharpent sur nos éter­nelles ques­tions quinquen­nales : l’abs­ten­tion­niste apoli­tique, le vote blanc, l’élec­trice qui veut voter pour un «  petit candi­dat », le votant utile, l’abs­ten­tion­niste poli­ti­sé… Il y a comme un air de déjà-vu, mais les dialogues sont précis, les dialogues font mouche et la satire fonc­tionne à merveille, sans jamais tomber dans la leçon de morale. 

Et main­te­nant, quoi ?

Dans la deuxième partie, on suit le procès d’une France person­ni­fiée par la mauvaise foi, ainsi qu’un résumé des élec­tions de la Ve Répu­blique en mode show TV. La grande ambi­tion docu­men­taire contraint parfois les évène­ments à s’en­chaî­ner trop vite et certaines situa­tions sont malheu­reu­se­ment un peu plus atten­dues. Au début discrète, la montée l’ex­trême-droite sert de fil rouge jusqu’au moment où l’on revient sur l’ac­tua­lité des dernières élec­tions. Oui Marine Le Pen est au second tour et alors la farce rede­vient sérieuse : « Et main­te­nant quoi ? ». Ça plombe un peu, mais on dira que c’est une campagne de préven­tion, salu­taire.


Campagne, de Sébas­tien Vali­gnat. Jusqu’au vendredi 15 avril à 20h au Théâtre du Point du Jour, Lyon 5e. De 5 à 18 €. Lire aussi notre entre­tien avec Sébas­tien Vali­gnat dans le numéro 98 d’Exit d’avril.

A vous de jouer… (photo Louise Ajuste)

Les Horten­sias, la pire pièce de théâtre à voir en ce moment

Les Hortensias, une ancienne abbaye transformée en EHPAD, accueille une clientèle de choix. D’anciens artistes du spectacle vivant y coulent des jours tranquilles, jouent aux cartes, peignent des vergers et se remémorent leur gloire passée. Le temps est passé par là et les journé...

Change Me, l’his­toire vraie d’un homme trans­genre

Comment montrer ce qui est caché ? Axel, un jeune homme de 21 ans, est né dans un corps de femme. Il cache ce secret à sa copine et ses amis pour tenter d’être accepté. Mais pendant la soirée de son vingt-et-unième anniversaire, sa nature biologique est dévoilée et l’histoire bas...

Caro­line Loeb plus vraie que nature dans Françoise par Sagan

La silhouette est connue. Une ossature fine, les traits minces, des cheveux courts et blonds, des vêtements sobres (noirs de préférence), une cigarette à la bouche évidemment, et surtout la délicate impression que la silhouette peut basculer à n’importe quel moment. Françoise Sag...