Sortir à Lyon
Partager cet article :

Caro­line Loeb plus vraie que nature dans Françoise par Sagan

Caroline Loeb joue Françoise par Sagan à la Comédie Odéon.
Caroline Loeb en Françoise Sagan.

La silhouette est connue. Une ossa­ture fine, les traits minces, des cheveux courts et blonds, des vête­ments sobres (noirs de préfé­rence), une ciga­rette à la bouche évidem­ment, et surtout la déli­cate impres­sion que la silhouette peut bascu­ler à n’im­porte quel moment. Françoise Sagan n’est pas une autrice comme les autres. En publiant en 1954 le roman culte Bonjour Tris­tesse, elle devient une icône à seule­ment dix-huit ans. Une icône à la fois rebelle et bour­geoise qui bous­cule les codes de la société française pré-68.

Sagan, un char­mant petit monstre

On redé­couvre la roman­cière dans un seule-en-scène : Françoise Par Sagan. Un récit biogra­phique où le « char­mant petit monstre » selon la formule de François Mauriac est inter­prété par Caro­line Loeb (oui oui la chan­teuse du tube des années 80: C’est la Ouate). Caro­line se confond avec Françoise, sans cher­cher à cari­ca­tu­rer Sagan. La comé­dienne livre une inter­pré­ta­tion subtile, drôle et fragile où l’on sent que le person­nage est toujours sur le fil du rasoir. Le mono­logue est adapté du livre Je ne renie rien dans lequel Sagan raconte ses excès : le désir, l’argent, la passion, la peur de la mort. La mise en scène d’Alex Lutz fait preuve d’une élégante sobriété, digne de la pano­plie vesti­men­taire de l’au­trice. La roman­cière se débat ainsi dans un clair-obscur où seuls les mots parviennent à nous sortir de l’obs­cu­rité. On quitte Sagan avec cette formule restée célèbre : « Si tout était à recom­men­cer, je recom­men­ce­rais bien sûr, en évitant quelques brou­tilles ». Nous, on aime ses brou­tilles.

Françoise par Sagan, d’après Je ne renie rien de Françoise Sagan. De Caro­line Loeb. Mise en scène par Alex Lutz. Du mercredi 27 avril au samedi 30 avril à 20h30 à la Comé­die Odéon, Lyon 2e. De 13,50 € à 20 €.

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...

Citron-Sucré a soif d’amour pour la première fois à Lyon

Elle fait partie des artistes électro-pop à suivre de près cette année et l’éminent festival Reperkusound ne s’y est pas trompé : la jeune musicienne franco-russe et lyonnaise d’adoption Elena – aka Citron Sucré à la scène – ouvrira cette année la « main stage » lors de la premiè...

L’Af­faire Correra, ou la vérité sur les problèmes de relo­ge­ment

Depuis une dizaine d’années, la vie des habitants du quartier imaginaire de La Péruche à Lyon est bousculée par les grandes rénovations. Des habitations « à taille humaines » viennent remplacer les grandes barres d’immeubles. Madame Correra est la dernière résidente d’une tour qu...