Sortir à Lyon
Partager cet article :

La nouvelle saison 22–23 de la Maison de la danse, plus éclec­tique que jamais !

La Mzison de la danse présente sa nouvelle saison 2022-2023
Corps extrêmes de Rachid Ouramdane (photo Pascale Colette).

Ange­lin Preljo­caj nous avait déjà vendu la mèche dans l’en­tre­tien qu’il nous avait accordé lors de sa venue à Lyon pour son Lac des cygnes. C’est lui qui ouvrira la prochaine saison de la Maison de la danse avec Mytho­lo­gies, sa nouvelle créa­tion pour vingt danseurs (dix de sa compa­gnie et dix du Ballet Natio­nal de Bordeaux), sur une musique (orches­trale) de l’an­cien Daft Punk, Thomas Bangal­ter. Tous les grands noms de la danse inter­na­tio­nale (11 pays) sont bien là, pour cette dernière saison concoc­tée par Domi­nique Hervieu avant son départ, “vivante et vibrante”. Anne Teresa de Keers­mae­ker fera danser la musique baroque des Sonates du Rosaire de Biber (pas très connues mais splen­dides) et Hofesh Shech­ter, autre de nos choré­graphes préfé­rés, à l’af­fiche du film En Corps de Cédric Klapisch, vien­dra présen­ter sa dernière créa­tion, Double Murder, qui s’an­nonce déjà comme un sommet de la saison vus les échos qu’elle a rencon­trés à Paris…

Double Murder, le nouvelle choré­gra­phie de Hofesh Shech­ter.

Trésors lyon­nais

Autres grands noms de la danse, locaux cette fois, Maguy Marin présen­tera chez elle au Ramdam à Sainte-Foy-lès-Lyon son nouveau réqui­si­toire contre l’ap­pé­tit inhé­rent à l’être humain pour la violence et la guerre : Y aller voir de plus près. C’est le tout aussi inven­tif et déran­geant Boris Char­matz – autre grand choré­graphe lyon­nais – qui vien­dra présen­ter en solo Somno­lence, sa nouvelle choré­gra­phie de somnam­bule en état second… qui sifflote les grands airs de Bach ou Mozart à My Way !

Mystery sona­tas d’Anne Teresa de Keer­sa­me­ker sur la musique de Biber.

La voix, fil rouge de la saison


Car c’est la part peut-être la plus intime du corps – la voix – trop souvent oubliée des choré­graphes, qui sera le fil rouge de cette saison festive et variée. Pour accueillir les premiers Hip Hop Games en début de saison – croi­se­ment des fameuses battles avec de véri­tables perfor­mances choré­gra­phiques. Les jeunes artistes de l’in­con­tour­nable festi­val Sens dessus dessous pren­dront eux aussi la parole, du Choeur de Fanny de Chaillé au bien nommé Inef­fable de Jann Gallois, croi­sant hip hop et figures sacrées. Ne les ratez pas, plusieurs d’entre elles ou d’entre eux pour­raient bien se retrou­ver à la Bien­nale 2023 dont Domi­nique Hervieu avait déjà terminé la program­ma­tion à 80%. Enfin notons le grand plai­sir des formes spec­ta­cu­laires : les Corps extrêmes de Rachid Ouram­dane avec de véri­tables athlètes de la varappe en plateau (notre photo en haut), la Machine de cirque ou le burlesque de Vimala Pons, et le grand nom du spec­tacle fami­lial, Akram Khan, pour son Jungle Book Reima­gi­ned, relec­ture du Livre de la jungle, lui qui inter­préta à Mowgli à 10 ans sur une scène… L’en­fance de l’art.

Présen­ta­tion de la saison 2022–23 à la Maison de la danse lundi 2 mai à 20h30, Lyon 8e.

Vimala Pons met le festi­val Utopistes sens dessus dessous

 Dans le cadre du festival des UtoPistes, l’actrice et circassienne Vimala Pons s’embarque dans un seul-en-scène hallucinant. Qu’elle soit cachée derrière un masque en latex, costumée en Angela Merkel avec des pierres sur la tête, ventripotente, ou bien grimée en hydrothérapeute ...

Avec Ali, Mathu­rin Bolze fait du cirque sur une jambe

Mathurin Bolze ouvre le festival Utopistes au TNP à Villeurbanne avec Ali, un duo de cirque merveilleux... à trois jambes. Indispensable. Marcher sur les murs, s'asseoir à l'horizontale, boire un verre ou allumer une cigarette entre deux rebonds, danser avec un unijambiste ou ...

Brut de fabrique, le théâtre comme vous ne l’avez jamais vu

Comme chaque année au printemps, le théâtre de l’Iris nous présente son incontournable rendez-vous de clôture de saison : le festival Brut de Fabrique. L’occasion de découvrir les premières propositions théâtrales des habitants de Villeurbanne ainsi que les créations d’artistes p...

Le ballet du Capi­tole fait danser Toulouse-Lautrec

C'est un voyage dans une œuvre autant que dans une époque. Dernière création du directeur du Ballet du Capitole de Toulouse, Kader Belarbi, le bien nommé Toulouse-Lautrec en hommage à la ville rose a fini par arriver sur la scène de la Maison de la Danse. 35 interprètes, des cost...