Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Horten­sias, la pire pièce de théâtre à voir en ce moment

Les Hortensias de Patrice Pineau au théâtre des Célestins
Les Hortensias, à voir... ou pas.

Les Horten­sias, une ancienne abbaye trans­for­mée en EHPAD, accueille une clien­tèle de choix. D’an­ciens artistes du spec­tacle vivant y coulent des jours tranquilles, jouent aux cartes, peignent des vergers et se remé­morent leur gloire passée. Le temps est passé par là et les jour­nées sont ryth­mées par les problèmes de santé diverses. Lola, Robert, Pros­per et les autres ont connu la gloire et les voici confron­tés à leur propre déchéance. Mais un événe­ment élec­to­ral va boule­ver­ser leur exis­tence et prou­ver que le talent ne dispa­raît pas sous le poids des rides. Tel est le point de départ de la dernière pièce de Moha­med Rouabhi, mise en scène par Patrick Pineau.

Une pièce qui sent le sapin


Sur le papier, la pièce avait tout pour nous plaire et il faut recon­naître que c’est un vrai plai­sir que de voir ces octo­gé­naires sur scène. En parti­cu­lier le person­nage de Lola (inter­pré­tée par Monique Brun), une ancienne danseuse de caba­ret qui a brûlé la vie par les deux bouts et qui retrouve sa grâce d’an­tan par bribes. Malheu­reu­se­ment le plai­sir ne dure pas : le trai­te­ment de son person­nage en fait rapi­de­ment une nympho­mane clichée. C’est un peu tout le problème avec la pièce. La tension émotion­nelle est constam­ment désa­mor­cée aux profits de clins d’œil très appuyés aux spec­ta­teurs. Une fois qu’on a épuisé les blagues sur l’au­di­tion défec­tueuse, la mauvaise vue et l’ar­thrite, la pièce ne se prive pas pour en remettre une couche comme une infir­mière stakha­no­viste en service de géria­trie.
La mise en scène ne permet pas de faire vivre ces deux tensions et les enjeux drama­tiques sont quasi­ment inexis­tants. Il en ressort une impres­sion de flot­te­ment comme une scène d’ex­po­si­tion de deux heures. Deux heures c’est long, surtout lorsqu’on attend la fin dans un EHPAD.

Les Horten­sias de Moha­med Rouabhi. Mise en scène de Patrick Pineau. Du mercredi 11 au Dimanche 15 à 20h (sauf Dim à 16h) au Théâtre des Céles­tins. De de 7 à 40 €

Change Me, l’his­toire vraie d’un homme trans­genre

Comment montrer ce qui est caché ? Axel, un jeune homme de 21 ans, est né dans un corps de femme. Il cache ce secret à sa copine et ses amis pour tenter d’être accepté. Mais pendant la soirée de son vingt-et-unième anniversaire, sa nature biologique est dévoilée et l’histoire bas...

Caro­line Loeb plus vraie que nature dans Françoise par Sagan

La silhouette est connue. Une ossature fine, les traits minces, des cheveux courts et blonds, des vêtements sobres (noirs de préférence), une cigarette à la bouche évidemment, et surtout la délicate impression que la silhouette peut basculer à n’importe quel moment. Françoise Sag...

Les Prési­den­tielles comme vous ne les avez jamais vues !

Que se passe-t-il dans la tête de François Hollande ? De cette interrogation, la compagnie Cassandre et Cie nous offre une scène hilarante et sort la scie sauteuse pour poncer la langue de bois... Sur un écran, l’extrait d’une véritable émission TV avec comme invité l’ancien prés...