Sortir à Lyon
Partager cet article :

Star Wars vu par le doyen de la danse israé­lienne

Ohad Naharin est à la Maison de la danse avec la Batsheva dance company.

Dans l’his­toire de la danse, c’est celle d’un homme qui a créé son propre langage. Le choré­graphe israé­lien de 70 ans Ohad Naha­rin déve­loppe depuis les années 1990 et son spec­tacle Haru No Umi un style unique de mouve­ments : Gaga. « Il n’y a aucun nouveau concept. Tout a déjà été fait. Ce qui est notre signa­ture de choré­graphe est un art de la réor­ga­ni­sa­tion », décla­rait à Dance Maga­zine celui qui a pour­tant certi­fié plus 150 profes­seurs de Gaga free-lance à travers le monde. Salué par toute la scène contem­po­raine inter­na­tio­nale, Ohad Naha­rin est le choré­graphe résident de la Batsheva Dance Company depuis 2018, après en avoir été le direc­teur artis­tique pendant près de trente ans. Son spec­tacle, Vene­zuela, Grand Prix de la critique danse en 2019, est un succès au Théâtre Chaillot à Paris depuis la mi-mai : ses danseurs excep­tion­nels y incarnent des musiques aux anti­podes, des chants grégo­riens au rap de Noto­rious B.I.G en passant par l’élec­tro.

Hora, le spec­tacle culte de Ohad Naha­rin.

De Wagner au rap

À rebours des program­ma­tions de la capi­tale, l’ins­ti­tu­tion de la danse lyon­naise propose le retour d’une autre de ses pièces phare, Hora, conçue en 2009, où cette fois Wagner résonne avec Debussy et Star Wars avec 2001 l’Odys­sée de l’es­pace pour une créa­tion aussi épous­tou­flante que déran­geante, jusqu’aux limites des corps. Subli­més par la lumière d’Avi Yona Bueno, alias Bambi, les 11 inter­prètes empruntent l’es­sence même de la tech­nique Gaga, comme une ode à la plus intime folie. La pièce est direc­te­ment inspi­rée du travail d’Isao Tomita, pion­nier de la musique élec­tro­nique avec son album Snow­flakes Are Dancing en 1974. Dans un décor sobre, épuré, les danseurs évoluent dans une « bulle verte » et réveillent chez le spec­ta­teurs les confins de leur liberté. En sortant, on file s’ins­crire – ou pas – à un cours de Gaga, pour danser en cercle pendant des heures, sans miroir, dans une écoute profonde de son corps et de ses sensa­tions. Sur scène ou dans les esprits, l’es­sen­tiel consiste à se lais­ser bouger.

Hora, par la Batshava Dance Company, choré­gra­phie de Ohad Naha­rin. Du mardi 31 mai au vendredi 3 juin à 20h30 (mer 20h) à la Maison de la Danse, Lyon 8e. De 10 à 45€.

Le meilleur du cirque d’aujourd’­hui à la Maison de la danse

Après le phénomène australien Gravity and Other Myths, l'institution de la danse à Lyon poursuit dans les acrobaties avec une compagnie de Nouvelle-Aquitaine, le Cirque Le Roux. Ils avaient écumé les plateaux télé avec The Elephant in the Room en 2015, jouée à guichets fermés plu...

Le nouveau spec­tacle de Vincent Dedienne au Radiant

Il avait dédié son premier Molière avec une infinie tendresse à « ceux qui désespèrent d'amour », racontant qu'il avait justement écrit son premier one man show, S'il se passe quelque chose, parce qu'il était désespéré d'amour. C'est bien ce qu'il a apporté à la scène du café-thé...

On vous guide pour la nouvelle saison théâtre 22–23 au meilleur prix

Des centaines de représentations, parfois même sur un même lieu, dans une trentaine de théâtres, rien que pour la Métropole... On ne prétendra surtout pas être exhaustifs face à une telle boulimie, mais heureusement, il y en a pour tous les goûts. Catherine Hiegel dans Les Règ...