Sortir à Lyon
Partager cet article :

On a vu le nouveau spec­tacle de Clau­dia Stavisky, La Trilo­gie de la Villé­gia­ture, et c’est pas (très) beau…

Le troupe de La Trilogie de la Villégiature aux Célestins par Claudia Stavisky.
Toute la troupe de Claudia Stavisky.

L’enjeu était de taille pour Clau­dia Stavisky. Sa créa­tion La Trilo­gie de la villé­gia­ture marque à la fois l’ou­ver­ture de la saison aux Céles­tins, mais égale­ment sa dernière mise en scène en tant que codi­rec­trice du théâtre. Un poste qu’elle occupe depuis bien­tôt 22 ans et qu’elle laisse à la fin de la saison. Comme une manière de boucler la boucle, Clau­dia Stavisky revient au drama­turge Carlo Goldini qu’elle avait déjà adapté à ses débuts avec La Locan­diera. Cette fois-ci, elle trans­pose l’in­trigue origi­nelle du XVIIIe siècle aux années 1950 pour un résul­tat malheu­reu­se­ment… tiède et sans saveur.

Bavar­dage à l’ita­lienne

Repetto blanches, casque de Vespa, robe à pois et fines mous­taches, on est bien en pleine Dolce Vita. Nous suivons un groupe de bour­geois oisifs et dépen­siers qui n’a d’autre but que de paraître en société et de rago­ter. Les enjeux sont assez faibles et on se lasse vite de leurs caprices. Iront-ils en villé­gia­ture ? Dans quelle voiture ? La robe sera-t-elle prête ? Autant de tergi­ver­sa­tions qui ne font pas de péri­pé­ties… Ou comment parler beau­coup pour ne pas dire grand-chose…

Bruno Raffaelli, un grand acteur au milieu de 3h30

Clau­dia Stavisky a souhaité que cette trilo­gie ressemble à une série. La deuxième partie se déroule à Monte­nero dans ladite « Villé­gia­ture » et permet à l’his­toire de décol­ler un peu. Mais là encore, l’in­trigue reste engluée dans la super­fi­cia­lité de ses person­nages et le comique émerge avec autant de subti­lité que la coque du Costa Concor­dia. À part la très bonne distri­bu­tion (à commen­cer par Bruno Raffaelli, génial en patriarche naïf) il n’y a pas grand-chose pour main­te­nir tout ce beau monde à flot. On peine à discer­ner la profon­deur de ce Molière à l’ita­lienne, les intrigues s’ar­rê­tant trop souvent autour du nombril. Après plus de trois heures de spec­tacles, aucun person­nage ne semble avoir compris quoi que ce soit. Honnê­te­ment, nous non plus.

Trilo­gie de la Villé­gia­ture de Carlo Goldini, mise en scène par Clau­dia Stavisky. Du mercredi 21 septembre au samedi 8 octobre à 19h30 (sauf dimanche à 16h), au théâtre des Céles­tins, grande salle, Lyon 2e. De 7 à 40 €.

La scéno, c’est ce qu’il y a de plus beau ! (photos Simon Gosse­lin)

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...