Sortir à Lyon
Partager cet article :

Corps extrêmes, le spec­tacle le plus spec­ta­cu­laire de la rentrée

Corps extrême de Rachid Ouramdane à la Maison de la danse de Lyon.
Corps extrêmes : voltigeurs et danseurs s'envolent à la Maison de la danse.

Il y a plus haut que le porté pour s’en­vo­ler sur une scène de danse. Rachid Ouram­dane a conçu un plateau pour 10 inter­prètes qui défie litté­ra­le­ment la gravité. Car en plus des “tradi­tion­nels” circas­siens de haute volée, ses Corps extrêmes asso­cient deux spor­tifs de haut niveau prenant tous les risques – un high­li­ner (un funam­bule en français) et une grim­peuse – pour repous­ser encore plus loin les limites de la danse ! Les somp­tueuses projec­tions vidéo vous trans­por­te­ront litté­ra­le­ment dans des paysages natu­rels comme si vous y étiez, habi­tés par la musique origi­nale de Jean-Baptiste Julien. Mais si le spec­tacle défie les lois de la gravité, il est avant tout d’une extrême douceur, prenez le temps d’en­trer en voix-off dans la psyché de ces Corps extrêmes, comme une étude sur le corps et l’es­prit en état limite. Eton­nant.

Corps extrêmes de Rachid Ouram­dane. Du mer 5 au sam 8 octobre à 20h30 (mer 20h, sam 15h) à la Maison de la danse, Lyon 8e. De 20 à 40 €. maison­de­la­danse.com

Photos : Pascale Cholette.

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...

2 fois plus de Micha­lik

Avec Edmond, l'auteur-metteur en scène parisien s’intéressait à la création de Cyrano de Bergerac et ausculte la passion et les angoisses d'une bande d'artistes qui ne sait pas encore que son intuition la mènera à l’un des monuments du théâtre français. Une pièce chorale ultra ry...