Sortir à Lyon
Partager cet article :

Jan Martens, le nouveau phéno­mène de la danse belge

Any Attempt, le spectacle de Jan Martens qui a fait sensation à Avignon.
Any Attempt will end... Le spectacle de Jan Martens à découvrir à la Maison de la danse.

C’est son spec­tacle Any attempt will end… qui a servi à illus­trer la saison 22–23 de la Maison de la danse. Une jeune femme enga­gée, belle et volon­taire, éloi­gnée de tout stéréo­type. Venu à la danse à la fois par la radi­ca­lité d’un Jan Fabre et le lien fonda­men­tal avec la musique d’une Anne Teresa de Keers­mae­ker, Jan Martens est en train d’in­ven­ter un nouveau chapitre assez unique de la danse contem­po­raine. Soucieux du monde qui l’en­toure, Any Attempt s’ins­pire de la répres­sion du gouver­ne­ment chinois contre Hong-Kong pour traduire des corps qui se lèvent et se battent à travers les marches protes­ta­taires. Mais le nouveau phéno­mène de la danse flamande est aussi un être doux qui n’a cessé d’être atten­tif à l’in­ti­mité et au lien entre les géné­ra­tions dans ses spec­tacles mini­ma­listes précé­dents comme Victor, duo entre un jeune garçon et un jeune adulte. Dans Any Attempt, ce sont 17 danseurs profes­sion­nels de 17 à 77 ans qui s’em­parent de la scène pour choré­gra­phier l’éner­gie de la contes­ta­tion autant que la soif de paix, sur une musique incroyable : le concerto pour clave­cin de Gore­cki composé pour l’in­ter­prète polo­naise Eliza­beth Choj­na­cka à qui Jan Martens avait consa­cré un solo qu’il danse (Eliza­beth gets her way). Histoire de la musique, histoire de la danse, enjeux contem­po­rains et commu­nion scénique entre les âges, l’art de Jan Martens est un art du dépas­se­ment et de l’épui­se­ment à travers une danse néces­saire en pleine endu­rance. Bref, un huma­nisme de combat, toujours à la croi­sée entre l’in­ti­mité et le socié­tal. Une danse d’aujourd’­hui, scru­pu­leu­se­ment élabo­rée, en train de prendre forme sous nos yeux. Certai­ne­ment une des oeuvres choré­gra­phiques les plus impor­tantes d’aujourd’­hui, qu’on devrait retrou­ver régu­liè­re­ment à la Maison de la danse, pour notre plus grand bonheur.

Any attempt will end incru­shed bodies and shat­te­red bones, spec­tacle de Jan Martens. Les mardi 11 (20h30) et mercredi 12 octobre (20h) à la Maison de la Danse, Lyon 8e. De 10 à 40€.

La scène d’Any attempt will end… de Jan Martens qui est deve­nue l’af­fiche de la saison 22–23 de la Maison de la danse.

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...

2 fois plus de Micha­lik

Avec Edmond, l'auteur-metteur en scène parisien s’intéressait à la création de Cyrano de Bergerac et ausculte la passion et les angoisses d'une bande d'artistes qui ne sait pas encore que son intuition la mènera à l’un des monuments du théâtre français. Une pièce chorale ultra ry...