Sortir à Lyon
Partager cet article :

La meilleure version des frères Kara­ma­zov de Dostoievski

Les Frères Karamazov de Dostoievski mis en scène par Sylvain Creuzevault.
La scène presque nue des Frères Karamazov, vu par Sylvain Creuzevault.

Allez-y, ça dure 3 heures ! Si vous voulez comprendre quelque chose à la Russie d’aujourd’­hui, lisez Dostoievski. Si vous voulez toucher du doigt le génie de Dostoievski, allez voir les spec­tacles de Sylvain Creu­ze­vault. Sa mise en scène complexe et nerveuse convient parfai­te­ment à la langue monstre du maître russe, sympho­nie soli­taire qui embarque tout avec elle, parti­cu­liè­re­ment dans la traduc­tion parti­cu­liè­re­ment théâ­trale d’André Marko­wicz choi­sie ici. C’est la quatrième fois que le metteur en scène de Notre terreur – qu’on avait déjà décou­vert aux Céles­tins – s’at­tèle au grand auteur russe. Croyance et déré­lic­tion, meurtre et erreur judi­ciaire, orien­ta­lisme, chute et fasci­na­tion délé­tère pour l’Oc­ci­dent et surtout des person­nages tout droit sortis d’une pièce de théâtre, décrit avec leurs costumes et leurs hallu­ci­na­tions… C’est l’ul­time roman de Dostoievski, écrit comme en état second, premier polar de l’his­toire de la litté­ra­ture avec un meurtre sanglant en son sein, la philo­so­phie et la poli­tique en prime. Incon­tour­nable.

Les Frères Kara­ma­zov de Dostoïevski, adap­ta­tion et mise en scène Sylvain Creu­ze­vault. Du mercredi 12 au dimanche 16 octobre à 20h (dim 16h) au théâtre des Céles­tins, grande salle, Lyon 2e. De 7 à 40 €.

Les frères Karamazov adapté au théâtre par Sylvain Creuzevault.
Les Frères Kara­ma­zov dans la mise en scène de Sylvain Creu­ze­vault. (photos Julien Gosse­lin)

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...