Sortir à Lyon
Partager cet article :

Jérôme Deschamps nous régale avec L’Avare de Molière

Jérôme Deschamps incarne et met en scène L'Avare de Molière.
Jérôme Deschamps seul avec sa cassette.

Jérôme Deschamps s’est taillé un costume sur mesure. Plus avare que jamais, il incarne un Harpa­gon à la démarche inimi­table, bedon­nant et traî­nant de l’ar­rière-train. On croi­rait même voir sa panse bouger pendant ses accès de colère. L’ef­fet comique fonc­tionne et on rigole volon­tiers du ridi­cule du person­nage. Car dans sa mise en scène, tout est bon pour se moquer d’Har­pa­gon, le patriarche grippe-sou de l’in­dé­mo­dable pièce de Molière. 

Stanis­las Roquette et Vincent Debost en seconds rôles dans les superbes costumes de Macha Makeïeff.

L’Avare, une pièce qui vaut le sou

L’an­cien Deschiens connaît bien son Molière. Après avoir mis en scène Les Précieuses ridi­cules (1997) puis Le Bour­geois Gentil­homme (2022, avec musique et ballet), il s’at­taque au clas­sique des clas­siques. Élise veut se marier avec Valère tandis que son frère Cléante veut épou­ser Marianne. Mais leur père, le vieil Harpa­gon – a lui-même jeté son dévolu sur Marianne tandis que sa fille doit se marier avec un vieux marchand et son fils avec une riche veuve. Une pièce restée terri­ble­ment actuelle sur l’in­di­vi­dua­lisme, la tyran­nie patriar­cale et la mesqui­ne­rie. 

Macha Makeieff et les ateliers costumes du TNP

Jérôme Deschamps en propose une mise en scène sobre, en costume d’époque, confec­tion­née par sa compagne à la ville Macha Makeieff (et les ateliers costumes du TNP). À la satire d’ori­gine, le metteur en scène ajoute une dose de folie avec une touche d’hu­mour cartoo­nesque tein­tée d’ab­surde. Ça fonc­tionne à merveille : le rire est jubi­la­toire ! S’il se taille la part du lion avec son inter­pré­ta­tion du pingre Harpa­gon, person­nage central de la pièce, les seconds rôles ne sont pas en reste comme Vincent Debost qui donne une huma­nité touchante au person­nage de Maître Jacques. Une pièce à voir ou revoir sans aucune « dot ». 

L’avare, une pièce de Molière. Mise en scène de Jérôme Deschamps. Jusqu’au vendredi 21 octobre au TNP à Villeur­banne à 20h (sauf Jeu 19h30 et Dim à 15h30), grande salle Roger Plan­chon. De 7 à 25 €.

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...

2 fois plus de Micha­lik

Avec Edmond, l'auteur-metteur en scène parisien s’intéressait à la création de Cyrano de Bergerac et ausculte la passion et les angoisses d'une bande d'artistes qui ne sait pas encore que son intuition la mènera à l’un des monuments du théâtre français. Une pièce chorale ultra ry...