Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Faux British, le spec­tacle le plus drôle de l’au­tomne

Les Faux British à la Comédie Odéon.
Les trois compères des Faux British à la Comédie Odéon.

C’est aussi fou que les Monty Python ou qu’un Agatha Chris­tie qui parti­rait en impro totale. Absurde et jubi­la­toire, Les Faux British est la comé­die la plus drôle de cette fin d’an­née.

Imagi­nez sept comé­diens amateurs qui détruisent une intrigue. Ou plutôt sept-comé­diens-profes­sion­nels-jouant-des-comé­diens-amateurs qui massacrent une histoire. C’est par cette mise en abyme que la pièce Les Faux British s’em­ploie à décons­truire (litté­ra­le­ment) un genre, celui du whodo­neit (bonjour Agatha Chris­tie). Les sept amateurs de roman noir sont réunis pour mettre en scène une intrigue à la Conan Doyle. Un manoir anglais, un proprié­taire assas­siné, un enquê­teur fumeur de pipe et une multi­tude de suspects. Une trame éculée et sans inté­rêt, mais c’était sans comp­ter l’ama­teu­risme des comé­diens pour faire explo­ser tout ça dans un fracas jubi­la­toire, jusqu’à l’ef­fon­dre­ment final dans un gag à la Buster Keaton

Marc Gelas, Ségolène Stock et Jean-Rémi Chaize dans la comédie Les Faux British.
Marc Gelas, Ségo­lène Stock et Jean-Rémi Chaize en plein délire !

Les décors tremblent dans un fracas jubi­la­toire

« Si dans le premier acte vous dites qu’il y a un fusil accro­ché au mur, alors il faut abso­lu­ment qu’un coup de feu soit tiré avec au second ou au troi­sième acte », théo­ri­sait Tche­khov à la fin du XIXe siècle. La mise en scène de Gwen Aduh pousse cette règle drama­tur­gique à son paroxysme. Chaque acces­soire, élément de décor est utilisé pour un gag. On pense aux films des ZAZ et aux Monty Python dans cette manière absurde de détour­ner les codes. Les objets changent de fonc­tion, mais c’est bien le langage du théâtre qui se retrouve bous­culé. À la faveur d’une erreur de mise en scène, l’ins­pec­teur se retrouve ainsi à grif­fon­ner sur un vase au lieu de son carnet. C’est génial et le comé­dien se retrouve forcé de faire semblant d’y croi­re…

On aura rare­ment vu autant de spec­ta­teurs se fendre la pipe

C’est cette préten­tion des amateurs à conti­nuer de jouer alors que tout s’ef­fondre autour d’eux qui donne son sens à la pièce: comme lorsqu’un comé­dien se met à lire les didas­ca­lies de son texte, que deux autres jouent leurs répliques en décalé, et que le dernier adresse un regard gêné au public alors qu’un feu vient de se décla­rer sur scène. Une connexion s’éta­blit avec le public, hilare. Celui-ci devient à la fois le témoin et le juge de cette pièce. On a rare­ment vu autant de spec­ta­teurs se fendre la pipe. C’est bon signe. Comme dirait l’autre fumeur, « Elemen­tary, my dear Watson ». 

Les Faux British de Henry LewisJona­than Sayer, et Henry Shields. Adap­ta­tion française Gwen Aduh et Miren Pradier. Mise en scène : Gwen Aduh. Avec Jean-Rémi Chaize, Marc Gelas, Ségo­lène Stock… Jusqu’au 14 janvier 2023 à 21h à la Comé­die Odéon, Lyon 2e. De 15 à 27 €.

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...

2 fois plus de Micha­lik

Avec Edmond, l'auteur-metteur en scène parisien s’intéressait à la création de Cyrano de Bergerac et ausculte la passion et les angoisses d'une bande d'artistes qui ne sait pas encore que son intuition la mènera à l’un des monuments du théâtre français. Une pièce chorale ultra ry...