Sortir à Lyon
Partager cet article :

Rocio Molina, le flamenco anda­lou le plus pur

Rocio Molina en costumes dans son flamenco Al Fondo Riela.
Rocio Molina, flamenca incendiaire à la Maison de la danse.

Robe noire à frou­frous, talons chaus­settes hautes et guita­ristes hors pair – barbe de trois jours et boucle d’oreille du bel Hidlago – si vous voulez voir du flamenco, du vrai direc­te­ment en prove­nance d’An­da­lou­sie, Rocio Molina est faite pour vous. De retour après dix ans d’ab­sence, elle revient avec Al Fondo Riela, deuxième volet de sa trilo­gie à trois (deux guita­ristes et elle) enta­mée en 2020. Mais si son flamenco reste le plus authen­tique qui soit, la Rocio ne se prive pas d’une scéno­gra­phie de reflets entre ciel nocturne et mer de plateau, usant d’ac­ces­soires haute­ment esthé­tiques, d’un chapeau cylin­drique qui lui cache le visage comme une cow-girl, à des robes chama­rées qui vien­dront vous faire rugir de plai­sir au milieu des compos origi­nales d’Eduardo Tras­siera et Fran­cisco Vinuesa. De quoi vous réchauf­fer jusqu’à l’été prochain.

Al Fondo Riela (Lo Otro del Uno) de Rocio Molina. Mercredi 16 à 20h et jeudi 17 novembre à 20h30 à la Maison de la danse, Lyon 8e. De 20 à 40 €.

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...

2 fois plus de Micha­lik

Avec Edmond, l'auteur-metteur en scène parisien s’intéressait à la création de Cyrano de Bergerac et ausculte la passion et les angoisses d'une bande d'artistes qui ne sait pas encore que son intuition la mènera à l’un des monuments du théâtre français. Une pièce chorale ultra ry...