Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’Es­pèce humaine, le spec­tacle coup de poing à voir au TNP

Le décor clair-obscur de L'Espèce humaine mise en scène par Mathieu Colentz.
L'Espèce humaine, Duras et Antelme vus par Mathieu Colentz au TNP.

Au départ de ce spec­tacle, il y a le récit d’un survi­vant. Le parcours de Robert Antelme, écri­vain, résis­tant, époux de Margue­rite Duras et déporté dans l’en­fer concen­tra­tion­naire en juin 44. Revenu d’entre les morts, tenu par la volonté de racon­ter ce qu’il a vécu dans ce qui devien­dra un livre, Mathieu Coblentz en propose une boule­ver­sante mise en scène, volon­tai­re­ment frag­men­tée, comme le montrent les récits croi­sés qui viennent recons­ti­tuer les évène­ments. 

Que faut-il dire lorsqu’on revient de l’en­fer ? Tout, des détails cachés dans l’ombre, aux évidences les plus crus comme le montre Vassili Gross­man et son récit dans L’en­fer de Treblinka. Une descrip­tion méti­cu­leuse et une œuvre majeure sur les camps d’ex­ter­mi­na­tion. Tout est à dire, mais encore faut-il pouvoir reve­nir pour le racon­ter. 

Pas encore mort, mais presque

Photos : J.P. Pari­sot.

On suit d’abord les circons­tances qui permirent que cette parole existe. De l’ar­res­ta­tion de Robert Antelme à son retour à Paris en passant par l’éva­sion du camp de Dachau où l’au­teur est tenu en quaran­taine par les Améri­cains. Pas encore mort, mais presque. Les récits croi­sés de Dionys Mascolo, l’ami, et Margue­rite Duras nous refont vivre ce retour parmi les vivants avec une grande puis­sance. 

L’au­trice de La Douleurdéjà repris en début de saison au TNP avec Domi­nique Blanc – se réserve l’un des passages les plus réus­sis de la pièce. Après son retour à Paris, Robert Antelme lutte contre la fièvre et la priva­tion, veillé par l’au­trice. C’est elle qui raconte son combat sur un plateau surélevé, de plus en plus incliné, à mesure que l’ago­nie est incer­taine. 

Camille Voltel­lier joue Margue­rite Duras dans la mise en scène de Mathieu Colentz.

Une parole qui se bat

La mise en scène de Mathieu Coblentz se dévoile sous la forme d’un trip­tyque : d’un côté le bureau de Dionys Mascolo, au centre l’en­fer du camp avec les musi­ciens qui composent les chœurs, et enfin l’ap­par­te­ment du couple, la douleur. La scène est baignée dans un clair-obscur magni­fique. Une lumière mince qui frag­mente l’es­pace comme cette parole fragile qui se bat pour exis­ter dans l’obs­cu­rité. Intense. 


L’es­pèce humaine ou l’ini­ma­gi­nable, d’après La Douleur de Margue­rite Duras, Autour d’un effort de mémoire de Dionys Mascolo et L’en­fer de Treblinka de Vassili Gross­man. Mise en scène de Mathieu Coblentz. Jusqu’au samedi 28 janvier à 20h30 (jeu 20h, dim 16h) au TNP à Villeur­banne, petit théâtre Jean Bouise. De 7e à 25 €.

Les Faux British, le spec­tacle le plus drôle des vacances

[mis à jour 04/02/23] C'est aussi fou que les Monty Python ou qu'un Agatha Christie qui partirait en impro totale. Absurde et jubilatoire, Les Faux British est la comédie la plus drôle des vacances, à déguster à la Comédie Odéon. Imaginez sept comédiens amateurs qui détruis...

Avec Laura Felpin, ça passe crème

En voilà une qui a contribué à rendre le confinement nettement plus supportable. Sur Instagram en 2020, Laura Felpin s'affuble chaque semaine d'irrésistibles trognes d'influenceuses, de psychologues contrariées, de voisines pénibles ou de hippies complotistes en sarouel. Les vidé...

Siva­dier signe un Othello impres­sion­nant et émou­vant

Jean-François Sivadier signe une lecture maîtresse et finement politique d'Othello, le Maure de Venise de Shakespeare, en offrant, en plus du Iago horrible de Nicolas Bouchaud, un cadeau à un grand acteur : Adama Diop dans le rôle titre. C'est la pièce la plus simple de Shakes...