Sortir à Lyon
Partager cet article :

Hélène Irat­chet livre un spec­tacle de danse et d’hu­mour éton­nant

Portrait Hélène Iratchet cheveux bouclés.
Hélène Iratchet par Diane Arquès.

C’est une artiste origi­nale et talen­tueuse, choré­graphe et danseuse pas comme les autres. Athlète de forma­tion, fan de William Forsythe qui reste le héros de sa dernière pièce, elle ne fait pas semblant quand elle danse. Et pour­tant, Hélène Irat­chet aime aussi s’adres­ser au public, créer des dialogues (ce qui est rare dans la danse contem­po­raine) et… faire rire. Elle reven­dique une “danse de boule­vard” comme il y a un théâtre de boule­vard, “quelque part entre Pina Bausch et Jacque­line Maillan. Voilà qui n’est pas banal, comme ses précé­dents spec­tacles, Sketches, dans lequel elle dansait à l’in­té­rieur d’un fauteuil (!), ou encore Hommage d’un demi-dimanche à un Nico­las Pous­sin entier, pour lequel elle s’était costu­mée… comme les person­nages du peintre !

Hélène Irat­chet et Tamar Shelef dans Les Déli­vrés. (photo Philippe Grol­lier)

De Philippe Décou­flé à France Gall

Avec Les déli­vrés, c’est au phéno­mène de la livrai­son à domi­cile qu’elle consacre son art burlesque et athlé­tique, avec toujours le plai­sir de nous embarquer dans une histoire. Celle d‘une mère et sa fille en train de répé­ter (du William Forsythe bien sûr), lorsqu’un livreur vient leur appor­ter toutes sortes d’objets pour faire du bien au corps (comme un sauna porta­tif !), et même ceux qu’elles n’ont pas comman­dés… Consu­mé­risme, fantasmes, embal­lages et envi­ron­ne­ment, cette déli­cieuse varia­tion sur le corps complè­te­ment barrée est aussi l’oc­ca­sion pour Hélène Irat­chet d’al­ler voir de plus près notre rapport à l’autre : une mère plus âgée incar­née par Tamar Shelef, grande danseuse israé­lienne, et un livreur-messa­ger bien en chair inter­prété par le Brési­lien Julien Ferranti, passé par la compa­gnie de Philippe Décou­flé s’il vous plaît. Rien n’est tout à fait comme les autres dans ce spec­tacle pour voir où le monde en est. On y danse, on y parle, on y rit et même, on y chante la plus belle chan­son sur l’amour mater­nelle qui soit : Si, maman si de France Gall, preuve ultime de la mélan­co­lie mêlée au plai­sir du show. Le spec­tacle le plus inso­lite du mois. Immanquable.


Les Déli­vrés d’Hélène Irat­chet, avec Tamar Shelef et Julien Ferranti. Du mardi 21 au vendredi 24 février à 20h aux Subs, Lyon 1er, en parte­na­riat avec la Maison de la danse dans le cadre du festi­val Sens dessus dessous. De 5 à 16 €. Puis à la Comé­die de Saint-Etienne du 28 février au 2 mars, et au théâtre de Roanne le 7 avril.

Les Faux British, le spec­tacle le plus drôle des vacances

[mis à jour 04/02/23] C'est aussi fou que les Monty Python ou qu'un Agatha Christie qui partirait en impro totale. Absurde et jubilatoire, Les Faux British est la comédie la plus drôle des vacances, à déguster à la Comédie Odéon. Imaginez sept comédiens amateurs qui détruis...

Avec Laura Felpin, ça passe crème

En voilà une qui a contribué à rendre le confinement nettement plus supportable. Sur Instagram en 2020, Laura Felpin s'affuble chaque semaine d'irrésistibles trognes d'influenceuses, de psychologues contrariées, de voisines pénibles ou de hippies complotistes en sarouel. Les vidé...

Siva­dier signe un Othello impres­sion­nant et émou­vant

Jean-François Sivadier signe une lecture maîtresse et finement politique d'Othello, le Maure de Venise de Shakespeare, en offrant, en plus du Iago horrible de Nicolas Bouchaud, un cadeau à un grand acteur : Adama Diop dans le rôle titre. C'est la pièce la plus simple de Shakes...