Sortir à Lyon
Partager cet article :

Adama Diop face au racisme dans Othello de Shakes­peare

Adama Diop le poind rageur bouche ouverte dans Othello vu par Sivadier.
Adama Diop en Othello rageur dans la mise en scène de Jean-François Sivadier.

Grand acteur félin et décom­plexé, Adama Diop revient au TNP après La Ceri­saie en début de saison pour incar­ner l’Othello de Shakes­peare aux côtés de Nico­las Bouchaud. Et se colti­ner la ques­tion du racisme en compa­gnie d’un metteur en scène en qui il a toute confiance : Jean-François Siva­dier.

Vous étiez dans La Ceri­saie de Tiago Rodrigues, vous voici dans Othello vu par Jean-François Siva­dier, deux metteurs en scène qui travaillent beau­coup au plateau. Ça corres­pond à votre tempé­ra­ment ?

Adama Diop : “Oui, ils ont tous les deux un grand sen de l’aven­ture humaine autant qu’ar­tis­tique. C’est ce qui fabrique les troupes, et qui permet d’at­teindre une plus grande inten­sité, même s’ils n’ont pas la même sensi­bi­lité ni la même manière de fabriquer du théâtre. Mais les deux font beau­coup d’al­lers-retours entre la table et le plateau aux répé­ti­tions effec­ti­ve­ment, et nous laissent une grande part de propo­si­tions. C’est merveilleux de pouvoir se sentir autant créa­teur quand on est inter­prète.

Adama Diop en Lopa­khine qui a réussi dans La Ceri­saie de Tché­khov vue par Tiago Rodrigues.

C’est la première fois que vous travaillez avec Jean-François Siva­dier ?

Oui, c’est de voir sa mise en scène de La Vie de Gali­lée qui m’a persuadé de faire ce métier, à un moment où je n’en étais pas encore certain. Je lui avais raconté quand je l’avais croisé plusieurs années après, mais je pense qu’il avait oublié depuis ! En revanche, il est venu me voir jouer Mes frères de Pascal Rambert en me disant en sortant qu’il aime­rait travailler un jour avec moi. Ça ne tenait qu’à lui !

« Beau­coup de gens pensent qu’Othello est raciste. Je voulais aller y voir de plus près, en profon­deur. Je ne l’au­rai sans doute pas fait avec quelqu’un d’autre que Jean-François Siva­dier. »

adama diop

Même dans Othello, qui traite de violence et de racisme ?

C’est sûr que je n’au­rais pas forcé­ment dit oui avec un autre metteur en scène,. Mais j’ai une telle confiance en l’homme et en l’ar­tiste pour abor­der ces sujets aussi complexes, que je n’ai pas hésité une seconde. Et je n’ai pas choisi ce métier pour aller vers la faci­li­té… Beau­coup de gens pensent qu’Othello est une pièce raciste, ça m’in­té­res­sait d’al­ler y voir de plus près, en profon­deur, et voir ce qui pouvait subsis­ter ou pas du racisme de 1600 aujourd’­hui…

En travaillant, on s’est d’ailleurs rendu compte que même l’his­toire des mises en scène de la pièce est problé­ma­tique. C’est quand même l’his­toire d’un homme noir, d’un autre conti­nent, qui a du mal à s’in­té­grer et qui finit par y arri­ver, mais qui restait inter­prété par des hommes blancs grimés le plus souvent. Rien que ça,, c’est problé­ma­tique ! Cette pièce nous ancre dans un jeu de miroir de la figure de l’autre et de l’étran­ger, jusque dans sa repré­sen­ta­tion. C’est vrai­ment une pièce passion­nante à tous points de vue. Ne serait-ce que pour moi : en homme noir sur un plateau, qu’est-ce que je repré­sente ?

Adama Diop entre Cyril Bortho­rel et Nico­las Bpuchaud dans l’Othello de Jean-François Siva­dier. (photos Jean-Louis Fernan­dez)

La ques­tion inverse s’était posée publique­ment quand vous jouiez Macbeth, un person­nage blanc sur le papier, pour Stéphane Brau­sch­weig… La ques­tion des couleurs de peau semble plus libre en danse par exemple.

En danse contem­po­raine sans doute, parce qu’en danse clas­sique, je pense que le problème demeure. Je crois que c’est avant tout lié à une certaine société d’un certain milieu qui n’a pas encore compris que le monde a changé. J’ai toujours fait les choses libre­ment. Ce qui m’in­té­resse, c’est de rencon­trer des artistes passion­nants, de me remettre en ques­tion et d’al­ler dans la complexité des choses. Il y a eu pour moi un avant et un après Macbeth, c’est sûr…

Mais avant tout parce que c’est un rôle extrê­me­ment dur ! C’est un peu le cas pour tous les rôles au théâtre, je n’ai jamais eu la sensa­tion d’avoir réussi. Ce sont de tels rôles qu’on les explore le mieux possible pendant un temps. On pour­rait toujours y reve­nir, comme pour Othello… C’est passion­nant de se heur­ter à des grands rôles pareils, aussi pour simple­ment s’écla­ter comme acteur ! J’ai par exemple une grande envie d’ac­teur de jouer Richard III !

Les grands fous vous attirent ?

Les complexes en tout cas. Je fuis la case à cocher, je fuis l’em­ploi, le confort ne m’in­té­resse pas… J’aime les person­nages complexes.

« Je fuis la case à cocher, l’em­ploi, le confort ne m’in­té­resse pas. Je n’ai pas choisi de faire ce métier pour la faci­lité. J’aime les person­nages complexes.

adama diop
Adama Diop en Macbeth pour Stéphane Brau­sch­weig (photo Thierry Depagne).

Voyez-vous des liens entre Macbeth et Othello ?

Oui, on retrouve beau­coup les mêmes obses­sions chez Shakes­peare. Je dirais que c’est un miroir noir de l’âme humaine, même s’il y a aussi du comique, et la capa­cité ou l’in­ca­pa­cité à voir ses propres senti­ments. Ce ne sont pas des chefs-d’oeuvre pour rien, c’est verti­gi­neux ! Macbeth, c’est un géné­ral à qui tout réus­sit, telle­ment adulé par le peuple qu’il en devient dange­reux, et qui finira déca­pi­té… Otello est aussi un géné­ral respecté, ancien esclave qui a gravi tous les éche­lons, et qui finira par tuer la femme qu’il aime et se suici­der.

Même si ce sont pour des moti­va­tions très diffé­rentes, il y a dans les deux pièces cette énigme e la déchéance humaine au coeur d’une réus­site appa­rente. Dans Othello, s’y ajoute le racisme très puis­sant de la société, puisque c’est un Maure, quelqu’un qui n’est pas comme les autres, marié en cachette avec la femme qu’il aime. Il y a une violence amon­ce­lée pendant telle­ment d’an­nées qu’elle ne peut plus ne pas s’ex­pri­mer.

Nico­las Bouchaud et Adama Diop, deux monstres de scène. (photos Jean-Louis Fernan­dez)

 » Le traître appa­raît para­doxa­le­ment souvent plus sympa­thique. On verra avec le public si ce sera le cas avec Iago ! »

adama diop

Ce sont des person­nages hantés ?

Oui, mais ce qui est inté­res­sant avec Othello, c’est qu’il ne l’est pas au départ. Il y a même une forme d’ac­com­plis­se­ment pour lui à être aimé par Desdé­mone, cette femme de ce rang-là dans ce pays-là. Mais peu à peu, il va se lais­ser conta­mi­ner par la jalou­sie de Iago et sa hantise à lui, comme on peut être plus fasciné par le crimi­nel plus que par les victimes dans un fait divers par exemple. C’est terrible mais c’est très humain. C’est cette part sombre de notre huma­nité que Shakes­peare parvient à toucher. Et il y a fort à parier que dans la pièce, Iago appa­raisse plus sympa­thique qu’O­thello, alors qu’il est le traî­tre… Mais on verra avec le public !

Vous déga­gez pour­tant un natu­rel décom­plexé sur scène, même pour jouer des mons­tres…

Sinon je serais inca­pable d’y aller ! Ce sont des rôles telle­ment mythiques, traver­sés par des acteurs extra­or­di­naires, qu’il n’y pas d’autre voie que d’y aller en le faisant de la façon la plus simple. La scéno­gra­phie, les costumes, la lumière, c’est très impor­tant, ça nous aide beau­coup, mais la vision globale se dessine à la fin, elle ne m’ap­par­tient pas.

Je dois d’abord exis­ter avec les mots et les gens autour de moi. Je pense à ce que je dis, là où je suis et avec qui je suis, situa­tion après situa­tion. Je ne pense même pas au rôle. Et quand je sors, c’est fini, je coupe ! Sinon je ne pour­rai jamais jouer quelqu’un qui tue la femme qu’il aime le plus au monde, c’est très pertur­bant. En revanche, je reste très vigi­lant sur l’hy­giène de vie, le côté spor­tif, pour être prêt physique­ment. »


Othello de William Shakes­peare. Mise en scène Jean-François Siva­dier, avec Adama Diop, Nico­las Bouchaud, Emilie Lehu­raux… Du jeudi 26 janvier au samedi 4 février à 19h (dim 15h30) au TNP à Villeur­banne, grande salle Roger Plan­chon. De 12 à 25 €. Puis du mercredi 1er au samedi 4 mars à 19h( sam 17h) à La Comé­die de Saint-Etienne. De 5 à 23 €.

Les Faux British, le spec­tacle le plus drôle des vacances

[mis à jour 04/02/23] C'est aussi fou que les Monty Python ou qu'un Agatha Christie qui partirait en impro totale. Absurde et jubilatoire, Les Faux British est la comédie la plus drôle des vacances, à déguster à la Comédie Odéon. Imaginez sept comédiens amateurs qui détruis...

Avec Laura Felpin, ça passe crème

En voilà une qui a contribué à rendre le confinement nettement plus supportable. Sur Instagram en 2020, Laura Felpin s'affuble chaque semaine d'irrésistibles trognes d'influenceuses, de psychologues contrariées, de voisines pénibles ou de hippies complotistes en sarouel. Les vidé...

Siva­dier signe un Othello impres­sion­nant et émou­vant

Jean-François Sivadier signe une lecture maîtresse et finement politique d'Othello, le Maure de Venise de Shakespeare, en offrant, en plus du Iago horrible de Nicolas Bouchaud, un cadeau à un grand acteur : Adama Diop dans le rôle titre. C'est la pièce la plus simple de Shakes...