C’est une vallée secrète, à l’abri des regards. Entou­rée à l’est par les verti­gi­neuses montagnes du Dévo­luy et à l’ouest par l’im­po­sant massif du Vercors, la vallée du Trièves est un écrin préservé du tourisme de masse. Elle offre une multi­tude de paysages divers et variés ainsi qu’une culture authen­tique à décou­vrir. Pour la petite histoire, c’est là qu’en 1492, une ving­taine d’hommes envoyés par le roi Charles VIII gravirent l’im­po­sant piton rocheux du Mont-Aiguille et signèrent les débuts de l’al­pi­nisme. Le Trièves est aujourd’­hui un haut lieu d’es­ca­lade et de trek­king. Rien de tel qu’une vue à couper le souffle depuis les magni­fiques sentiers du balcon Est du Vercors

La vallée de l’Ebron.

Les eaux cris­tal­lines de l’Ebron


Pour ceux qui sont plus à l’aise les pieds dans l’eau, venez glis­ser vos orteils dans le lac de Montey­nard et les eaux cris­tal­lines de l’Ebron, aux portes du Trièves, où fut tour­née la fin de Buffet froid, le film mythique de Bertrand Blier, avec Gérard Depar­dieu et Carole Bouquet.

C’est désor­mais le para­dis du kite­surf et de la planche à voile grâce au vent du nord qui y souffle toute l’an­née. Les berges sont surmon­tées de petits chemins de randon­née parfaits pour s’adon­ner à la contem­pla­tion. Le clou du spec­tacle est certai­ne­ment les passe­relles aériennes qui passent au-dessus des rivières du Drac et de l’Ebron. À certains endroits, elles culminent à plus de 80m de haut. Pour les plus terre à terre, il vous restera encore à explo­rer les petits villages pleins de carac­tère du Trièves.

Il réside ici une culture ances­trale de l’ar­ti­sa­nat : bras­se­rie, pote­rie, coutel­le­rie et même une luthe­rie sont à décou­vrir. Ne manquez pas non plus d’y faire détour pour goûter les spécia­li­tés du coin : la bouf­fette de mens (une pâtis­se­rie du XIXe à base de sucre, crème et beurre), la caillette pour les amou­reux de la char­cu­te­rie, le gratin dauphi­nois et les ravioles. À donner le vertige. Adrien Giraud

Le Trièves, en voiture comp­ter 1h15 depuis Lyon, par l’A7.

La scène finale de Buffet froid de Bertrand Blier, tour­née dans la vallée de l’Ebron.