Un jeune couple hispano-vene­zue­lien part pour les États-Unis pendant quelques temps. Jusque-là, rien d’ex­tra­or­di­nai­re… Mais pendant le mandat de Donald Trump, les Sud-améri­cains n’étaient pas forcé­ment les bien­ve­nus aux USA… Quand vient le moment de passer la douane états-unienne, ça se complique. Un inter­mi­nable inter­ro­ga­toire (dans un seul décor tout le long du film ou presque) pour les deux jeunes immi­grés s’en suit. Jusqu’à se deman­der s’ils n’ont pas commis un crime.

Border Line, l’am­biance froide de la douane

L’en­tre­tien devient de plus en plus indis­cret et finit par faire des révé­la­tions sur la vie du jeune couple. Sans en rajou­ter, l’am­biance froide des chaleu­reux doua­niers états-uniens est bien captée par la caméra. Le stress se fait peu à peu ressen­tir à travers les deux person­nages, très bien inter­pré­tés par Alberto Ammann et Bruna Cusí

Le scéna­rio de ce Border Line ne sera pas parfai­te­ment exploité jusqu’au bout, et vous oublie­rez rapi­de­ment l’his­toire des deux prota­go­nistes, pour­tant détaillée, pour rete­nir plutôt la propo­si­tion des réali­sa­teurs. Ramassé sur 1h17, ce qui le rend dense avec un suspense décon­cer­tant, Border Line reste un premier film double­ment origi­nal, tant par son sujet que par l’ap­proche de celui-ci.

Border Line de Juan Sebas­tián Vásquez et Alejan­dro Rojas (Esp, 1h17) avec Alberto Ammann, Bruna Cusí, Ben Temple… Sortie le 1er mai.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­­rions avoir votre avis pour nous amélio­­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­­me­­ment à ce ques­­tion­­naire ou nous envoyer un email à redac­tion@exit­mag.fr. Merci beau­­coup !