« Je savais que le théâtre allait mal, mais vouloir faire jouer Jésus par un Afri­cain, alors là, on touche le fond ! » Voilà comment commence cette nouvelle suite du film culte de Philippe de Chau­ve­ron, avec les mêmes ressorts des réflexes racistes passés à la mouli­nette sociale. Le mur que construit Ary Abitan pour ne plus voir son frère musul­man de voisin a évidem­ment à voir avec un autre, et si les poncifs de la comé­die de droite son bien au rendez-vous (le couplet anti-vegan assez pous­sif), Chris­tian Clavier est en pleine forme et les répliques font souvent mouche.

Chan­tal Lauby et Chris­tian Clavier, le couple amou­reux gagnant de Qu’est-ce qu’on a tous fait au Bon Dieu ?.

Le ressort reste le même : prendre à revers les clichés du racisme avec plus ou moins de bonheur comique. Comme le père magh­ré­bin qui préfère chan­ter du rock inau­dible ou du Johnny ((out aussi inau­dible), plutôt que le raï auquel on voudrait l’as­si­gner… La satire sociale du monde du théâtre qui remplit avec les invi­ta­tions ou de l’édi­tion dont les niches litté­raires ne passionnent plus les foules est campée avec tendresse, et s’avère loin d’être stupide. Chan­tal Lauby, qui prononce aussi le titre du film, console son mari avec qui elle s’ap­prête à fêter ses 40 ans de mariage en lui disant : « Ce n’est pas ton talent, c’est le sujet de ton livre qui est en cause« , alors que le châte­lain en achète tous les exem­plaires en douce pour faire mine d’en avoir vendu quelques-uns…. La bonne nouvelle de cette suite hono­rable, c’est que ce sont les femmes qui portent la culotte, et renvoient leurs maris dans les cordes par trop sensibles de leur viri­lité contra­riée, en allant entre copines en boîte de nuit, hors d’âge.. Ce n’est déjà pas si mal pour de la bonne grosse comé­die popu­laire. Idéal pour un samedi soir.

Qu’est-ce qu’on a tous fait au Bon Dieu de Philippe de Chau­ve­ron (Fr, 1h38) avec Chan­tal Lauby, Chris­tian Clavier, Frédé­rique Bel, Noom Diawara, Emilie Caen, Elodie Fontan, Frédé­ric Chau…