Le photo­graphe natu­ra­liste Vincent Munier est notam­ment célèbre pour sa quête de la mythique panthère des neiges en compa­gnie de l’écri­vain Sylvain Tesson. Il a de même attendu, au milieu d’un désert de glace, une meute de loups blancs qui ont eu la bonne idée de ne pas le manger. Car, où qu’il aille dans le monde, le photo­graphe apporte de rares images de la vie sauvage, souvent prises à distance, en toute discré­tion, avec des télé­objec­tifs de la taille d’un téles­cope.

Le vrai monde sauvage au musée des Confluences

Un museau dans la nuit.

Il donne l’im­pres­sion de profa­ner un secret, le vrai monde sauvage, sans l’ef­fet zoo, comme à travers le trou d’une serrure. Plutôt qu’un tour du monde, le Musée des confluences propose une expo­si­tion centrée sur une forêt encore préser­vée des Vosges, avec laquelle le photo­graphe a des rapports intimes, puisqu’il y a planqué en voisin. La sensa­tion d’exo­tisme est toujours présente, même si les animaux pris en flagrant délit d’ac­ti­vi­tés quoti­diennes nous sont plus fami­liers que la faune arctique. L’usage majo­ri­taire du noir et blanc, de flous et de paysages enva­his par la brume parti­cipent du même mystère. Celui d’une vie sauvage qui se passe de l’hu­main, nous trans­for­mant en intrus.

Vincent Munier et le monde perdu retrouvé

Biches des Vosges.

La beauté de ce monde perdu, une sorte de Conan Doyle sans dino­saures, compense une légère mauvaise conscience lié au voyeu­risme et à la fragi­lité d’un monde dont la dispa­ri­tion nous dési­gne­rait comme les premiers coupables. Le grand Tétras, une sorte de poule géante des forêts, regarde cela de haut au sommet d’un grand arbre. les cerfs élaphes traversent une rivière de conte de fées sans se douter de notre jouis­sance à les espion­ner. Nous sommes loin des photo­gra­phies natu­ra­listes de Natio­nal géogra­phic (très belles par ailleurs), mais dans une poésie pure, qui évoque plus qu’elle ne montre. Regar­dez le film de 20 minutes qui complète et explique le travail merveilleux de Vincent Munier (écureuil roux, ours brun, grand cormo­ran, chamois, renard roux, pic épeiche etc.). Magni­fique.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­­rions avoir votre avis pour nous amélio­­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­­me­­ment à ce ques­­tion­­naire ou nous envoyer un email à redac­tion@exit­mag.fr. Merci beau­­coup !