Un nouveau lieu verti­gi­neux et une nouvelle program­ma­tion à la mesure du défi : cette année, Nuits Sonores voit les choses en grand pour sa première édition d’après les 20 ans. Il y a tout d’abord ces géants, invi­tés pour la première fois, comme Fatboy Slim, Solo­mun ou Skrillex. Des poids lourds qui envoient du bois et nous donnent déjà envie de plon­ger dans le son.

Il y a aussi ces autres têtes d’af­fiches, fidèles parmi les fidèles, qui reviennent et qu’on retrouve avec plai­sir, de Deena Abdel­wa­hed à Laurent Garnier sans oublier Marcel Dett­mann, Daniel Avery ou encore Ben Klock, pour n’en citer que quelques-uns.

La réus­site de Nuits sonores : la fidé­lité

Nuits Sonores est l’un de ces festi­vals qui ont réussi, comme les Nuits de Four­vière dans un autre genre, à instal­ler une fidé­lité inébran­lable avec un cercle d’ar­tistes majeurs de notre époque. Ils reviennent d’an­nées en années et nous font décou­vrir à chaque fois une nouvelle facette de leur œuvre.

Il y a aussi une ribam­belle de petits nouveaux bien sûr, qu’ils soient des héros locaux comme Tauceti ou de nouvelles coque­luches inter­na­tio­nales, comme la jeune artiste alle­mande JakoJako.

Laurent Garnier aux Nuits Sonores en 2015.

Enfin, le festi­val réunit aussi des artistes tota­le­ment à part, comme la reine chilienne du neoper­reo Tomasa del Real, les légendes britan­niques de la musiques élec­tro­niques expé­ri­men­tale comme Autechre, ou encore le presque nona­gé­naire Ebo Taylor, fonda­teur ghanéen du mouve­ment musi­cal high­life. Bref, la program­ma­tion 2024 relève le défi de pour­suivre – et de réin­ven­ter, encore et toujours – l’in­croyable aven­ture du petit festi­val de musiques élec­tro­niques né en 2003.

La vraie tête d’af­fiche, c’est le nouveau lieu

Les Grandes Locos, le nouveau lieu des Nuits Sonores à La Mula­tière.

Cette nouvelle édition sera forcé­ment histo­rique, puisqu’elle marque l’en­trée du festi­val dans un nouveau lieu : la cathé­drale post-indus­trielle des Grandes Locos. Le site, situé dans un ancien tech­ni­centre SCNF de la Mula­tière, est l’un des plus beaux jamais exploré par l’équipe. Quatre scènes seront instal­lées dans cet espace immense qui s’af­firme d’em­blée comme le cœur vibrant du festi­val : la Nef, le Sound­sys­tem, l’Am­phi­théâtre et la Gale­rie.

C’est là que se dérou­le­ront les « Days » et nous vous y trom­pez pas, cette program­ma­tion de jour (c’est-à-dire, en langage de teufeur, qui se joue de 16 heures à minuit) sont bien deve­nus l’es­pace le plus exci­tant du festi­val. L’équipe assume plei­ne­ment cette forme de bascule des nuits vers les jours, mue par l’en­vie de « se réap­pro­prier les espaces diurnes, dans la joie collec­tive de danser sous le soleil jusqu’à la nuit tombée » comme l’ex­pliquait joli­ment la nouvelle co-direc­trice du festi­val Frédé­rique Joly lors de la confé­rence de presse de lance­ment.

Nuits sonores : jours de fête et fête de jour

Cette évolu­tion a tout pour nous plaire, nous qui encen­sons régu­liè­re­ment cette prog’ de jour, et ce depuis dix ans ! Souve­nez-vous, en 2014, nous tombions sous le charme de la fameuse Carte blanche à Glas­gow, et de son final avec les géniaux Optimo (Espa­cio) en plein cagnard… On en avait même pris un coup de soleil ! Cette année nous offrant le luxe d’en­chaî­ner le mercredi 8 mai avec le jeudi de l’As­cen­sion, on pour­rait poser le vendredi 10 sans la moindre once de culpa­bi­lité et s’adon­ner aux plai­sirs de la danse diurne cinq jours durant.

Le day 1 premier de notre coeur

Mais si l’on devait n’en choi­sir qu’un, ce serait le Day 1, pour retrou­ver l’élé­gant Simon Green aka Bonobo, qui vient accom­pa­gné de deux autres pension­naires de l’ex­cellent label Ninja Tunes : Sophie Kour­te­sis et Poté. Atten­dez-vous à un déluge de musiques plus hypno­tiques et voya­geuses les unes que les autres, dont la beauté réside dans le mélange gracieux de sono­ri­tés acous­tiques et de la puis­sance des sons élec­tro­niques, tout cela bercé par la chaleur des ryth­miques du Sud. Caliente !

Retiens (quand même) la nuit

Nuits Sonores 2022 (Tony Noël).

Les oiseaux de nuits ne seront pas en reste. Le programme nocturne a été pensé cette année comme un parcours à la carte dans la ville, avec quatre lieux de club­bing chacun pensé avec une scène unique : la Sucrière, H7, Le Sucre et Heat. De Mind Against & Recon­dite (en all night long, s’il vous plait) à LB aka Labat, en passant par Kerri Chand­ler qui va mixer avec des bandes magné­tiques, c’est peu dire que les Nuits seront tout aussi chaudes que les jours.

Là encore, l’offre est plétho­rique. Pour notre part notre coup de cœur revient à la très allé­chante Night with Corne­lius Doctor, jeudi 9 mai à H7. Le DJ et produc­teur lyon­nais, fonda­teur du label Hard Fist, réunit pour l’oc­ca­sion une sorte d’Aven­gers du dance­floor autour de lui, venus des quatre coins du monde : Anas­ta­sia Zems, Decius, Krys­tal Klear et Curses. Irré­sis­tible !

Place du Pont par Corne­lius Doctor.

Trois bons plans tota­le­ment gratuits

Si les tarifs sont loin d’être exagé­rés, dans un contexte écono­mique de plus en plus déli­cat pour les festi­vals, il reste que le programme est si appé­tis­sant qu’on pour­rait vite se retrou­ver avec une addi­tion salée. Heureu­se­ment, l’édi­tion 2024 comporte à nouveau une large propo­si­tion d’évé­ne­ments gratuits de grande qualité, qui n’ont rien à envier à la program­ma­tion payante.

Mercredi 8 mai par exemple, le collec­tif Musique de Fête s’adjuge la Place Guichard, avec un b2b entre KasbaH et Bab qui promet d’être un grand moment. Leur fusion de rythmes et mélo­dies orien­tales avec l’am­biance club des années 90s est tout simple­ment impa­rable. Jeudi 9 mai, on enchaîne avec les 10 ans de l’inoxy­dable duo pari­sien Camion Bazar à Heat.

Leurs pres­ta­tions déjan­tées sont indis­so­ciables du festi­val et celle-ci s’an­nonce tota­le­ment folle. Enfin le lende­main, vendredi 10, la Colom­bie s’in­vite sur l’es­pla­nade du Gros-Caillou, à la Croix-Rousse avec Miss Champús et Don Aliro. Au menu : salsa, funk, disco, cumbia, cham­peta, soca et afro­beat.

Enfin un dernier tuyau : la program­ma­tion des fameux « Extras » n’a pas encore été dévoi­lées mais on devrait retrou­ver, un peu partout dans la ville, une série d’évé­ne­ments loufoques et festifs orga­ni­sés en réson­nance avec tout ce joyeux programme. Alors ouvrez l’œil et voguez là où l’air vous porte et les copains vous appellent ! C’est aussi ça, la beauté de Nuits Sonores.

 Agenda des Nuits Sonores | Notre sélec­tion

  • Days
    du mercredi 8 mai au samedi 11 mai 2024, de 16h à minuit
    avec Fatboy Slim, Tomasa Dela Real, Skrillex, Laurent Garnier, Bono­bo…
    de 35€ à 43€ par jour­née
    Les Grandes Locos (La Mula­tière)
  • Public Domain x Place Guichard
    mercredi 8 mai, de 15h à 21h
    avec Musique de Fête : KasbaH b2b Bab, Shouka Sound­sys­tem, Smaïli de Tilou­cadi
    Gratuit
    Place Guichard (Lyon, 3e)
  • NS Club: Kaoz Theory with Kerri Chand­ler
    mercredi 8 mai, de 22h à 5h
    avec Kerri Chand­ler (live), Cody Currie, Lea Lisa
    de 29€ à 33€ la soirée
    La Sucrière (Lyon, 2e)
  • Les 10 ans de Camion Bazar
    jeudi 9 mai, de 12h à 21h
    avec Camion Bazar, Master C-Fu & Sohrab
    Gratuit
    HEAT (Lyon, 2e)
  • NS Club : A Night with Corne­lius Doctor
    jeudi 9 mai, de 23h à 5h
    avec Corne­lius Doctor, Krys­tal Klear, Decius (live), Anas­ta­sia Zems
    de 20€ à 24€ la soirée
    H7 (Lyon, 2e)
  • Public Domain x Gros Caillou
    mercredi 8 mai, de 15h à 21h
    avec James Stewart, Miss Champús, Don Alirio et Rizo­ma­gic
    Gratuit
    Espla­nade du Gros-Caillou (Lyon, 4e)
  • Closing Day
    dimanche 12 mai, de 16h à minuit
    avec Âme, Ben Klock, Solo­mun, Marcel Dett­mann, 999999999…
    de 41€ à 45€ la jour­née
    Les Grandes Locos (Oullins La Mula­tière)

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­­rions avoir votre avis pour nous amélio­­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­­me­­ment à ce ques­­tion­­naire ou nous envoyer un email à redac­tion@exit­mag.fr. Merci beau­­coup !