Quoi de mieux que l’obs­cu­rité et le calme plat pour dégus­ter un bon cépage ? Dans les gorges de l’Ar­dèche à l’Aven d’Or­gnac, deuxième grotte la plus visi­tée de France, est un site natu­rel d’ex­cep­tion. Un cadre magique dans lequel sont stockés des milliers de bouteilles, parmi les meilleures de la gamme Terre d’Ar­dèche. Grâce à une tempé­ra­ture constante autour de 12°C, la conser­va­tion des vins est opti­male et la dégus­ta­tion, un voyage unique au centre de la terre.

Tempé­ra­ture de la grotte à 12° idéale pour conser­ver les vins

Après une descente de 220 marches, dans une obscu­rité partielle et un calme absolu pour décu­pler vos sens, Trois vins (on ne vous révèle pas lesquels pour garder la surprise) origi­naires des vignobles d’Or­gnac et vieillis sous terre vous sont propo­sés. Un guide spécia­lisé en œnolo­gie se charge de vous initier à l’art de la dégus­ta­tion.

Dégus­ta­tion oeno­lo­gique dans la grotte de l’Aven d’Or­gnac.

L’Aven d’Or­gnac, la grotte aména­gée la plus profonde de France


Puis la décou­verte de la grotte conti­nue à travers une succes­sion de salles gigan­tesques. On arrive dans la grotte aména­gée la plus profonde de France ! Grâce à un spec­tacle son et lumière aména­gés dans cette salle à 121 mètres sous la surface, on découvre un paysage onirique que l’on peut contem­pler depuis un promon­toire. La remon­tée se fait par ascen­seur et l’on peut pour­suivre l’ex­pé­rience à la Cité de la Préhis­toire, juste à côté. Une expé­rience pour ceux qui aiment les grottes, les parois et le raisin quand il est bien mûr évidem­ment. Comp­tez deux heures pour la visite.

Dégus­ta­tion œnolo­gique. Aven d’Or­gnac, Grand Site de France, La grotte et la Cité de la Préhis­toire (Ardèche). Le 1ᵉʳ samedi du mois. Comp­ter 2 h 30 depuis Lyon sur l’A7. 25 €.

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez un peu de temps, nous aime­­rions avoir votre avis pour nous amélio­­rer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anony­­me­­ment à ce ques­­tion­­naire ou nous envoyer un email à redac­tion@exit­mag.fr. Merci beau­­coup !