Sortir à Lyon
Partager cet article :

Shirine, le nouvel opéra déce­vant de Thierry Escaich

Shirine, le nouvel opéra de Thierry Escaich à l'Opéra de Lyon.
Shirine de Thierry Escaich, création de l'Opéra de Lyon.

Comme toujours avec Escaich, il y a des merveilles de musique dans Shirine. Un croi­se­ment jusqu’à l’ivresse entre la méca­nique sympho­nique – plus effi­cace parfois qu’une musique de film holly­woo­dienne – et les instru­ments tradi­tion­nels perses, créant un impres­sion­nisme orien­tal capi­teux inédit, jouant sur les timbres, les inter­valles et un rythme narra­tif constam­ment inven­tif. Mais malheu­reu­se­ment, le miracle de Claude – le premier opéra de Thierry Escaich sur un livret de Robert Badin­ter contre la peine de mort – n’aura pas lieu. La faute avant tout à un livret poéti­sant sans but d’Atiq Rahimi, alignant « l’ai­mance » à la place de « l’amour » plusieurs dizaines de fois, et autres péri­phrases sans fond. Il lui manque surtout un point de vue, débu­tant par la bouche cousue d’un peuple afghan muselé en costumes tradi­tion­nels, avant de prendre du recul avec le folk­lore et la poli­tique pour nous perdre dans les méandres d’un histoire « d’ai­mance » sans véri­table construc­tion ni enjeu.

La couple de Shirine et Khos­row (Jeanne Gérard et Julien Behr). (photos Jean-Louis Fernan­dez)

Un entre-deux jusqu’au nulle part…

Ne voulant ni vrai­ment épou­ser le poème perse du XIIe siècle dont il s’ins­pire ni vrai­ment s’en affran­chir, le livret de Rahimi en reste au stade d’un exotisme assez creux, comme écrit hors de scène. La musique s’en­ivre toute seule donc, avec des séquences instru­men­tales souvent inspi­rées, et la produc­tion de Richard Brunel est elle aussi condam­née à cet entre-deux empê­chant tout véri­table drame : évoquer poli­tique et tradi­tion pictu­rale à distance dans une mise en abîme d’un plateau tour­nant au milieu de la scène dans la première partie, aux décors néo-bour­geois passe-partout. La pirouette finale renvoyant la légende à son incer­ti­tude (tou était vrai, tout était faux, peu importe en substance), finit par accroître un senti­ment d’ina­chevé dépourvu d’émo­tion.

La sculp­ture géante qui sert de décor dans la seconde partie.

La fougue des inter­prètes

Reste la fougue d’in­ter­prètes méri­tants, Julien Behr plus lyrique que jamais et Jean-Sébas­tien Bou toujours aussi convain­cant que dans Claude, et quelques belles images comme celle du couple se dédou­blant d’une porte à l’autre en guise de prémisse érotique (autre piste avor­tée), ou une sculp­ture géante avançant vers le public qui a au moins le mérite d’ha­bi­ter enfin la scène. Malheu­reu­se­ment pour aligner un nouveau poncif, celui de l’art éman­ci­pa­teur. D’une part, on n’est pas sûr qu’il fallait être prix Goncourt pour nous l’ap­prendre, d’autre part, mani­fes­te­ment, à l’opéra, sur cette produc­tion, ce ne sera pas le cas tous les soirs…

Shirine de Thierry Escaich. Mise en scène Richard Brunel. Direc­tion musi­cale Franck Ollu. Jusqu’au 12 mai à 20h (dim 16h) à l’Opéra de Lyon, Lyon 1er.

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Adieu Nicho­las Ange­lich, un des plus grands pianistes d’aujourd’­hui

Il y a peu de monstres sacrés qui avaient l’allure d’un grand nounours aussi gentil. Il était né aux Etats-Unis d’une mère de l’URSS et d’un père du Montenegro, et c’était un fidèle de Piano à Lyon et des orchestres lyonnais. Enfant de l’Europe de l’Est par ses parents musiciens,...