Sortir à Lyon
Partager cet article :

Lais­sez brûler les p’tits papiers

Jamais à court de bonnes idées ni d’ar­tistes à faire décou­vrir, la gale­rie 1111 rassemble ce mois-ci les travaux d’ar­tistes qui travaillent avec le feu. Un médium peu commun, qui en plus de plon­ger certains dans des abîmes disser­ta­toires sur sa force à la fois destruc­trice et créa­trice, nour­rit des œuvres origi­nales et surpre­nantes. Il y a ainsi ceux qui sculptent le papier, comme le Japo­nais Akira Inumaru, qui à l’aide d’une simple loupe tente d’ap­pri­voi­ser les rayons du soleil. Au hasard des flammes, il creuse les couches de papier qui composent ses portraits de fleurs. D’autres encore utilisent carré­ment cet élément brûlant pour peindre et dessi­ner. C’est le cas de Géral­dine Tobe, artiste congo­laise, qui utilise le feu et la fumée aussi bien comme matière première dans ses dessins et pein­tures que comme outils rituels pour conju­rer son passé d’en­fant accu­sée de sorcel­le­rie (à gauche). Une œuvre à la force saisis­sante à décou­vrir lors de cette expo­si­tion en deux parties, qui se pour­sui­vra en novembre avec de nouveaux artistes.


Feux. Jusqu’au samedi 10 octobre, puis du jeudi 22 octobre au samedi 28 novembre, à la gale­rie 1111, Lyon 1er. Du mercredi au samedi, de 15 h à 19 h. Entrée libre. Visi­ter le site de la gale­rie.

La nuit des musées fait son tapage nocturne gratuit

Pour la nuit de samedi, tout est gratuit ! Le musée des Confluences met en place une programmation spéciale autour de dons exposition Magique ! . Magiciens et illusionnistes interviendront dans une mystérieuse forêt plantée pour l’occasion. On pourra assister aux hologrammes fant...

L’Ukraine comme vous ne l’avez jamais vue par Philippe Schul­ler

C’est un simple hasard, ou un signe surgi du passé, qui fait « hello, souvenez-vous ». Va savoir. Le début de l’exposition de Philippe Schuller percute de plein front l’actualité. On entame en effet la visite par un reportage réalisé il y a 30 ans en Ukraine. Le pays venait de qu...

Quand Susan Kare réin­ven­tait le Macin­tosh avec Steve Jobs

L'expo démarre par une petite photo d'elle qui en dit long : des cheveux blonds, des yeux rieurs, et un large sourire sur un visage lumineux. Ce portrait de Susan Kare date de 2014 et en ouvre un autre, celui de son travail. Pensée comme un kaléidoscope, la première rétrospective...

Magique, la nouvelle expo des vacances à voir à Confluences

Lyon serait-elle le berceau de la magie ? La notion est si vaste qu'elle dépasse bien largement la confluence entre Rhône et Saône, mais Hippolyte Léon Denizard Rivail - plus connu sous le nom d'Allan Kardec (mais pas de tout le monde) - y a tout de même fondé le spiritisme en 18...