Sortir à Lyon

N’al­lez pas à Tataouine !

Pous­sif. Il y a des premiers films qui mangent à tous les rate­liers du malheur pour mieux se faire remarquer : terro­risme, enfant malade, guerre en Lybie et dons d’or­gane, ça fait beau­coup pour un seul « Fils  ». Surtout quand l’es­sen­tiel du film consiste à enfer­mer un couple en plein crise à l’hô­pi­tal de Tataouine (en Tuni­sie) autour de leur enfant qui néces­site une greffe pour ne pas mourir. Chan­tage affec­tif en guise de scéna­rio, miso­gy­nie perma­nente de la femme fautive, prosé­ly­tisme reli­gieux au hasard des dialogues et pub gratuite pour Orange (en français dans le texte)… Serait-ce à cause des finan­ce­ments qata­ris du film ? Qu’est-ce qu’un acteur aussi beau que Sami Bouajila est allé faire dans cette galère ? Mystè­re… Même pour une réou­ver­ture des salles, ne vous infli­gez pas ça… L.H.

Un fils de Mehdi M. Barsaoui (Fr-Tun-Qatar, 1h35) avec Sami Bouajila, Najla Ben Abdal­lah, Yous­sef Khemi­ri…

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Bon plan [chez soi] Musique et Vidéo

Lyon confiné vu du ciel  Puisqu'on ne peut pas encore sortir comme on veut, autant profiter de la plus belle des vues : le site DMDrone Métropole a réalisé un clip en drone durant la 3e semaine de confinement, survolant toute la ville désertée, et franchissant même les portes ...

La Force du destin rouvre l’Au­di­to­rium

Le moment était particulièrement émouvant. Les musiciens de l'ON avaient voulu rendre hommage aux soignants depuis le début du confinement. Après avoir fait nombre de concerts de musique de chambre en Ehpad pendant plusieurs semaines, ils ont tenu parole : offrir un vrai beau con...