Sortir à Lyon
Partager cet article :

Jeanne d’Arc au plus haut des cieux

Qui n’a jamais vu le visage de Renée Falco­netti dans la Jeanne de Dreyer ne peut pas avoir une idée tout à fait complète des émotions possibles au cinéma. Grâce au nouveau rendez-vous de l’Ins­ti­tut Lumière des ciné-concerts du cinéma muet accom­pa­gné au piano, vous allez pouvoir (re)voir le plus beau films du monde. Un oeuvre à la simpli­cité diaphane, qui se concentre sur le procès, jusqu’au bucher. Dreyer, lui, se concentre sur toute l’hu­ma­nité de l’âme d’une femme qui va survivre à ses oppres­seurs. Film mira­cu­leux au sens propre comme au sens figuré (le néga­tif, perdu, fut retrouvé par hasard dans un asile au Dane­mark), La Passion de Jeanne d’Arc est un vrai-faux film muet (tourné pour être parlant) dans lequel on jure­rait entendre les lèvres des person­nages qu’on voit bouger en gros plans. Avec des guests-stars incroyables, comme Anto­nin Artaud ou Michel Simon. Aucun prosé­ly­tisme ici : Jeanne n’est pas sainte, elle est un visage rustique faisant face à ses bour­reaux avec la vérité que Dreyer a toujours accordé à ses visages de femmes, se méta­mor­pho­sant au fur et à mesure de son supplice. Plus elle va souf­frir et plus le film s’ef­for­cera d’ex­traire son huma­nité lumi­neuse dans une blan­cheur quasi imma­cu­lée.

Nan Goldin avant l’heure

Mêlant l’ar­chi­tec­ture médié­vale la plus simple à des plans d’avant garde en plon­gée ou contre-plon­gée, un siècle d’art défile sous nos yeux, des yeux roulants du cinéma muet au réalisme déchi­rant d’une photo de Nan Goldin avant l’heure. Comme toujours, la souve­rai­neté fémi­nine et l’at­ten­tion pour les gestes d’hu­ma­nité innondent le cinéma de Dreyer : cheveux rasés, lèvres qui tremblent, un bébé tète le sein de sa mère dans l’as­sis­tance tandis que la comé­die humaine des hommes ricane autour du supplice de Jeanne. Les autres visages de femmes vien­dront la soute­nir sur le bûcher, pour ce qui consti­tue parmi les plus belles images qu’on n’ait jamais vues au cinéma. C’est poignant, fémi­niste, jusqu’aux dernières paroles qu’elle prononce et qu’on jure­rait avoir enten­dues. Un prodige.

L.H.

Carl Theo­dor Dreyer sur le tour­nage en France.

La Passion de Jeanne d’Arc de Carl Theo­dor Dreyer (Fr, 1h50, 1928) avec Renée Falco­netti, Anto­nin Artaud, Michel Simon… Accom­pa­gné au piano par Fred Escof­fier. Dimanche 3 octobre à 14h30 à l’Insti­tut Lumière, Lyon 8e. (photos Prod DB, Société géné­rale de films, remer­cie­ments Bruno Théve­non)

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...