Sortir à Lyon

Comment l’Au­di­to­rium va rouvrir

Après le Musée des Confluences et le TNP, Exit Mag conti­nue son tour d’ho­ri­zon de la reprise des lieux cultu­rels avec Aline Sam-Giao, direc­trice de l’Au­di­to­rium, qui vient d’an­non­cer la prochaine saison de l’Or­chestre Natio­nal de Lyon avec un programme ambi­tieux, un nouveau chef, et un calen­drier… plus opti­miste que prévu.

Plusieurs struc­tures de spec­tacle vivant comme l’Opéra de Lyon ou la Maison de la danse ont annoncé une ouver­ture de leurs salles plutôt vers novembre. Vous avez choisi de présen­ter la nouvelle saison de l’ONL dès septembre, comme prévu. Pourquoi ?

Aline Sam-Giao : « Au moment où l’on fina­li­sait la saison en avril, je ne pouvais me résoudre à couper l’ave­nir si tôt, d’au­tant que la situa­tion est très évolu­tive. Nous avons donc choisi d’ou­vrir la billet­te­rie avec la saison telle que nous l’avons conçue, en préci­sant qu’elle pour­rait être modi­fiée selon les condi­tions sani­taires. La sécu­rité et l’ac­cueil du public sont évidem­ment nos prio­ri­tés. On a envi­sagé trois plans d’adap­ta­tion diffé­rents selon l’évo­lu­tion sani­taire, mais les déci­sions du gouver­ne­ment annon­cées fin mai sont plutôt encou­ra­geantes.

La taille de l’Au­di­to­rium, les espaces d’ac­cueil et l’ou­ver­ture de la salle de concert sur l’ex­té­rieur sont-ils un atout pour faci­li­ter l’ac­cueil du public dans de bonnes condi­tions sani­taires ?

Oui, on a la chance d’avoir une grande salle, avec des rangs espa­cés, qui permettent effec­ti­ve­ment plus faci­le­ment de respec­ter des normes sani­taires. Elle sont été défi­nies à 1m autour de chaque spec­ta­teur, ce qui est le cas d’un rang à l’autre par exemple à l’Au­di­to­rium, mais elles sont encore suscep­tibles d’évo­luer d’ici septembre, et proba­ble­ment en bien. C’est pour ça que nous n’avons pas voulu arrê­ter notre élan avant de faire un bilan de la situa­tion au mois de juillet : là on pourra acter les choses pour la rentrée de septembre.

Quelles sont les diffi­cul­tés propres à la répé­ti­tion d’un orchestre ?

Les études menées notam­ment autour de la trans­mis­sion des virus à travers le souffle dans les instru­ments sont rassu­rantes. Mon premier objec­tif a donc été d’or­ga­ni­ser un proto­cole de répé­ti­tion très rigou­reux, d’abord de façon frac­tion­née puis en plus large groupe, pour pouvoir envi­sa­ger une reprise en septembre. Nous sommes aussi une struc­ture de produc­tion et nous ne pouvons pas seule­ment assu­rer l’ac­cueil du public dans des condi­tions sani­taires opti­males, nous devons aussi mettre en œuvre le projet de notre nouveau direc­teur musi­cal, Niko­laj Szeps-Znai­der.

Quel est-il ?

Nous avons conçu un programme ambi­tieux autour du thème du voyage sous toutes ses formes, depuis le moment où la musique est deve­nue un acte person­nel au XVIIIe siècle jusqu’aux débuts de la moder­nité avec Le Vais­seau fantôme de Wagner ou les sympho­nies de Mahler. Mais surtout, au-delà du programme musi­cal, Niko­laj Szeps-Znai­der a vrai­ment hâte de rencon­trer le public et de créer un véri­table projet commun pour Lyon. C’est ce projet que nous comp­tons mettre en œuvre, j’es­père dès septembre.

L’Au­di­to­rium va-t-il resté une « Cité de la musique » qui accueille tous les styles comme par exemple Etienne Daho ou Fatou­mata Diawara la saison passée ?

Bien sûr. Pour sa première saison, nous mettons bien évidem­ment l’ac­cent sur le projet de notre nouveau direc­teur musi­cal, mais l’Au­di­to­rium est avant tout un lieu de vie qui sera désor­mais ouvert même le midi grâce à notre parte­naire La Commune qui s’oc­cupe de la restau­ra­tion et a revu l’ac­cueil et le mobi­lier. Nous conti­nuons aussi l’ac­cueil de tous les formats musi­caux et notam­ment du jeune public avec une jour­née de la BD en octobre autour de Tintin, de la magie avec Etienne Saglio ou de l’orgue à histoires, conçu comme une boîte de radio qui invente des récits. Tout le monde est le bien­venu à l’Au­di­to­rium ! »

Propos recueillis par Luc Hernan­dez

Décou­vrez la nouvelle saison de l’Au­di­to­rium et de l’Or­chestre natio­nal de Lyon << ici >>, la billet­te­rie est désor­mais ouverte.

Niko­laj Szeps-Znai­der vous présente sa première saison à l’ONL << ici >>.

Satire dans tous les sens

Comédie politique. Gary Zimmer (Steve Carell), conseiller politique Démocrate, reçoit en plein dans sa face et son costume sur mesure, la victoire de Donald Trump face à Hillary Clinton. Il est d’autant plus déprimé qu’il s’est fait humilier par son homologue Républicaine, l’esth...

Milos Forman, gent­le­man Lumiè­re

Lecture. On a une tendresse particulière pour le deuxième prix Lumière, Milos Forman, en 2010, juste après Clint Eastwood, et son parcours d'exilé aux Etats-Unis, gardant son humour et son esprit libertaire, avant de pouvoir retourner en Tchécoslovaquie tourner Amadeus. L'Institu...