Sortir à Lyon

Lionel Sabatté, atten­tion fragile

Enfin ! Ça faisait trois mois qu’on trépi­gnait en atten­dant de pouvoir vous parler de la nouvelle expo­si­tion de la Fonda­tion Bullu­kian, visi­tée quelques jours juste avant le confi­ne­ment. Après un dégât des eaux qui a retardé sa réou­ver­ture, la Fonda­tion accueille de nouveau le public pour présen­ter un artiste qu’on aime beau­coup, Lionel Sabatté. On avait décou­vert son travail l’an­née dernière, à l’oc­ca­sion d’une expo­si­tion à cheval entre le Nouvel Insti­tut Franco-chinois, la Fonda­tion Bullu­kian et le musée Gadagne. Et on avait été touché par ses dessins et sculp­tures aux matières éton­nantes, comme ses animaux sculp­tés à partir de feuilles de thé ou cet un arbre dont les jolies fleurs blanches étaient en fait réali­sées en… peaux mortes de pieds!

Visages de pous­sière. 

Avec cette nouvelle expo­si­tion, l’ar­tiste conti­nue d’ex­plo­rer la fragi­lité de matières qu’il ne cesse de trans­mu­ter – prou­vant au passage à quel point il maîtrise tous les médiums – pour dire la fragi­lité de l’exis­tence, toujours avec douceur. Comme avec ces sculp­tures monu­men­tales d’hommes en mouve­ment, dont seule la struc­ture subsiste comme un sque­lette rouillé, ou cet hibou-totem qui se trans­forme en abri. Plus loin, ce sont des pein­tures réali­sées à partir de métaux oxydés, dont le rendu comporte toujours une part d’in­cer­ti­tude. Mais notre coup de coeur va à ses visages tracés à partir de pous­sières récol­tés dans le métro pari­sien, ou comment à partir de rési­dus sales et versa­tiles Lionel Sabatté parvient à créer des dessins aux lignes déli­cates. Une collec­tion dont vous pouvez décou­vrir une partie au 1111, que l’ar­tiste a accro­ché en regard de gravures de Rembrandt, jusqu’au 4 juillet. Courez donc décou­vrir cet alchi­miste, avant qu’il ne revienne l’an­née prochaine dans la région, pour être exposé cette fois au musée d’art moderne et contem­po­rain de Saint-Etienne.

Visage de pous­sière de Lionel Sabatté à décou­vrir à la gale­rie 1111.

Frag­ments mouvants de Lionel Sabatté, jusqu’au vendredi 17 juillet puis du 8 septembre au 14 novembre à la Fonda­tion Bullu­kian, Lyon 2e. Du mercredi au samedi de 14h à 18h. Entrée libre puis sur rendez-vous du 27 juin au 17 juillet << ici >>.

Expo­si­tion Lionel Sabatté et Rembrandt à la gale­rie 1111 jusqu’au 4 juillet << ici >>.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Le Péri­scope fait sa radio

Jazz. L’oisiveté qu’offre le confinement a aussi des bons côtés. C’est ainsi qu’on a pu découvrir que le Périscope avait lancé cette année une série de podcasts sur Soundcloud vraiment bien foutus. Au programme, des rencontres avec des artistes venus jouer dans la salle de concer...

Pont-en-Royans suspend les maisons et le temps

Balade. A la lisière du parc naturel du Vercors, Pont-en-Royans est un village à l’architecture unique en Dauphiné. En effet, au Moyen Âge, il était la porte d’entrée pour les bûcherons qui œuvraient dans le massif du Vercors, et une place stratégique pour le transport des troncs...