Sortir à Lyon
Partager cet article :

Lionel Sabatté, atten­tion fragile

Enfin ! Ça faisait trois mois qu’on trépi­gnait en atten­dant de pouvoir vous parler de la nouvelle expo­si­tion de la Fonda­tion Bullu­kian, visi­tée quelques jours juste avant le confi­ne­ment. Après un dégât des eaux qui a retardé sa réou­ver­ture, la Fonda­tion accueille de nouveau le public pour présen­ter un artiste qu’on aime beau­coup, Lionel Sabatté. On avait décou­vert son travail l’an­née dernière, à l’oc­ca­sion d’une expo­si­tion à cheval entre le Nouvel Insti­tut Franco-chinois, la Fonda­tion Bullu­kian et le musée Gadagne. Et on avait été touché par ses dessins et sculp­tures aux matières éton­nantes, comme ses animaux sculp­tés à partir de feuilles de thé ou cet un arbre dont les jolies fleurs blanches étaient en fait réali­sées en… peaux mortes de pieds!

Visages de pous­sière. 

Avec cette nouvelle expo­si­tion, l’ar­tiste conti­nue d’ex­plo­rer la fragi­lité de matières qu’il ne cesse de trans­mu­ter – prou­vant au passage à quel point il maîtrise tous les médiums – pour dire la fragi­lité de l’exis­tence, toujours avec douceur. Comme avec ces sculp­tures monu­men­tales d’hommes en mouve­ment, dont seule la struc­ture subsiste comme un sque­lette rouillé, ou cet hibou-totem qui se trans­forme en abri. Plus loin, ce sont des pein­tures réali­sées à partir de métaux oxydés, dont le rendu comporte toujours une part d’in­cer­ti­tude. Mais notre coup de coeur va à ses visages tracés à partir de pous­sières récol­tés dans le métro pari­sien, ou comment à partir de rési­dus sales et versa­tiles Lionel Sabatté parvient à créer des dessins aux lignes déli­cates. Une collec­tion dont vous pouvez décou­vrir une partie au 1111, que l’ar­tiste a accro­ché en regard de gravures de Rembrandt, jusqu’au 4 juillet. Courez donc décou­vrir cet alchi­miste, avant qu’il ne revienne l’an­née prochaine dans la région, pour être exposé cette fois au musée d’art moderne et contem­po­rain de Saint-Etienne.

Visage de pous­sière de Lionel Sabatté à décou­vrir à la gale­rie 1111.

Frag­ments mouvants de Lionel Sabatté, jusqu’au vendredi 17 juillet puis du 8 septembre au 14 novembre à la Fonda­tion Bullu­kian, Lyon 2e. Du mercredi au samedi de 14h à 18h. Entrée libre puis sur rendez-vous du 27 juin au 17 juillet << ici >>.

Expo­si­tion Lionel Sabatté et Rembrandt à la gale­rie 1111 jusqu’au 4 juillet << ici >>.

Nos 10 oeuvres préfé­rées pour une Bien­nale de Lyon grand cru

Une édition exceptionnelle et foisonnante à la Biennale de Lyon, dont on n'a pas fini de faire le tour à Fagor, au Mac ou au musée Guimet. Suivez le guide pour les dix premières oeuvres à nous avoir marqués sur le beau thème de la "fragilité". Paradoxalement, cela faisait troi...

Que faut-il voir à la Bien­nale de Lyon ?

[mis à jour] Doucement les basses, la Biennale d'art contemporain, ça dure trois mois ! On l'a visitée et on a choisi nos dix oeuvres préférées depuis, mais on vous dressait auparavant un premier top général pour y comprendre quelque chose et vous mettre l'eau à la bouche. Que vo...

Les Secrets de la terre, l’expo de la rentrée à Confluences

Si l’on n’est pas spécialiste ou collectionneur, les collections de minéraux évoquent l’ennui et les dimanches après-midi pluvieux. Le Musée des confluences en possède plus de 10 000 ! Seulement, le temps n’est plus au musée Guimet et aux cabinets de curiosités… Cette exposition ...

Un château pour 22 artistes en Beaujo­lais

La galerie Jean-Louis Mandon prend ses quartiers d’été au château de Rochebonne dans le Beaujolais pour présenter une exposition collective d’artistes défendus par la galerie de la rue Vaubecour. Celle-ci était un peu trop étroite pour l’événement, cela va sans dire. Voilà une be...