Sortir à Lyon
Partager cet article :

Lionel Sabatté, atten­tion fragile

Enfin ! Ça faisait trois mois qu’on trépi­gnait en atten­dant de pouvoir vous parler de la nouvelle expo­si­tion de la Fonda­tion Bullu­kian, visi­tée quelques jours juste avant le confi­ne­ment. Après un dégât des eaux qui a retardé sa réou­ver­ture, la Fonda­tion accueille de nouveau le public pour présen­ter un artiste qu’on aime beau­coup, Lionel Sabatté. On avait décou­vert son travail l’an­née dernière, à l’oc­ca­sion d’une expo­si­tion à cheval entre le Nouvel Insti­tut Franco-chinois, la Fonda­tion Bullu­kian et le musée Gadagne. Et on avait été touché par ses dessins et sculp­tures aux matières éton­nantes, comme ses animaux sculp­tés à partir de feuilles de thé ou cet un arbre dont les jolies fleurs blanches étaient en fait réali­sées en… peaux mortes de pieds!

Visages de pous­sière. 

Avec cette nouvelle expo­si­tion, l’ar­tiste conti­nue d’ex­plo­rer la fragi­lité de matières qu’il ne cesse de trans­mu­ter – prou­vant au passage à quel point il maîtrise tous les médiums – pour dire la fragi­lité de l’exis­tence, toujours avec douceur. Comme avec ces sculp­tures monu­men­tales d’hommes en mouve­ment, dont seule la struc­ture subsiste comme un sque­lette rouillé, ou cet hibou-totem qui se trans­forme en abri. Plus loin, ce sont des pein­tures réali­sées à partir de métaux oxydés, dont le rendu comporte toujours une part d’in­cer­ti­tude. Mais notre coup de coeur va à ses visages tracés à partir de pous­sières récol­tés dans le métro pari­sien, ou comment à partir de rési­dus sales et versa­tiles Lionel Sabatté parvient à créer des dessins aux lignes déli­cates. Une collec­tion dont vous pouvez décou­vrir une partie au 1111, que l’ar­tiste a accro­ché en regard de gravures de Rembrandt, jusqu’au 4 juillet. Courez donc décou­vrir cet alchi­miste, avant qu’il ne revienne l’an­née prochaine dans la région, pour être exposé cette fois au musée d’art moderne et contem­po­rain de Saint-Etienne.

Visage de pous­sière de Lionel Sabatté à décou­vrir à la gale­rie 1111.

Frag­ments mouvants de Lionel Sabatté, jusqu’au vendredi 17 juillet puis du 8 septembre au 14 novembre à la Fonda­tion Bullu­kian, Lyon 2e. Du mercredi au samedi de 14h à 18h. Entrée libre puis sur rendez-vous du 27 juin au 17 juillet << ici >>.

Expo­si­tion Lionel Sabatté et Rembrandt à la gale­rie 1111 jusqu’au 4 juillet << ici >>.

Vincent Lacoste et la jeune fille

Vincent Lacoste n’est pas seulement un acteur de comédie. Vous pouvez d’ailleurs voir actuellement Mes jours de gloire sur Canal +, joli premier film sur la dépression pour lequel on l’avait rencontré (lire l’entretien << ici >>). Avec Amanda, il trouvait son plus beau rôle drama...

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA chorégraphe sud-africaine qui a bousculé tous les codes du corps et des représentations du spectacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volontiers provocatrice mais toujours énergique, ludique et pleine de dérision, Robyn Orlin n’a jamais hésité ...

40 ans de Jazz à Vienne: c’est parti !

La voilà la bonne nouvelle, tombée le temps d'un Facebook live : "La configuration du Théâtre Antique de Vienne permet aujourd'hui à Jazz à Vienne d’envisager des concerts cet été." On vous avait déjà alléché en avant-première avec la plupart des noms de cette 40e édition et la n...

Hip hop baroque

La Métropole a eu la bonne idée cet été de financer sous l'appellation « Fugacités » des spectacles de compagnies locales dans ses différentes communes. Pour entamer l'automne an beauté, le Concert Hostel Dieu retrouve Mourad Merzouki, après leur Folia en ouverture des Nuits de F...

Les petites scènes dégou­pillent !

ça ne se voit pas encore mais ça frémit et ça bouge dans beaucoup de lieux culturels : l'espace Gerson et d'autres cafés-théâtres attendent enfin que les politiques leur permettent de travailler dans les mêmes conditions que d'autres lieux : il suffit de jeter un œil sur les berg...