Sortir à Lyon
Partager cet article :

Quand Susan Kare réin­ven­tait le Macin­tosh avec Steve Jobs

Le musée de l'Imprimerie consacre une première rétrospective internationale à Susan Kare, pionnière du graphisme.
Autoportrait de Susan Kare (2019).

L’expo démarre par une petite photo d’elle qui en dit long : des cheveux blonds, des yeux rieurs, et un large sourire sur un visage lumi­neux. Ce portrait de Susan Kare date de 2014 et en ouvre un autre, celui de son travail. Pensée comme un kaléi­do­scope, la première rétros­pec­tive inter­na­tio­nale dédiée à la graphiste explore plusieurs pistes. D’abord ses réfé­rences, puis ses propres tech­niques de créa­tion et enfin celles et ceux qu’elle a inspi­rés. « Susan Kare est quelqu’un de central dans l’uni­vers visuel que l’on connaît. Elle a construit tout son travail à partir de la brode­rie et du point de croix, vers le pixel. De son travail on tire le pixel art, la brode­rie, l’ima­ge­rie numé­rique, les icônes ou la typo­gra­phie » détaille Joseph Belle­tante, direc­teur du musée de l’Im­pri­me­rie, lors du vernis­sage. La salle est comble, les visi­teurs du fond peinent à l’en­tendre, et c’est plutôt bon signe après deux ans à se tenir à distance. L’am­biance est baignée des murmures des étudiants des Beaux-Arts ou de Ville­fon­taine, en extase devant les icônes des années 80, séri­gra­phies et autres emojis.

Happy Macin­tosh !

Pour Susan Kare, une icône doit trans­mettre sa signi­fi­ca­tion d’un simple regard. « Certaines icônes sont faciles, un calen­drier par exemple. Je me bats année après année pour mettre au point de nouvelles icônes pour traduire le mot Annu­ler » décla­rait-elle avec malice dans un entre­tien en 2001. Celle qui a démarré aux côtés de Steve Jobs en 1982 est aujourd’­hui « au moins aussi impor­tante que lui, à mes yeux, dans le paysage des arts graphiques et du design » pour­suit Joseph Belle­tante. Les initiés comme les novices s’y retrou­ve­ront dans cette nouvelle expo tempo­raire dont le musée a le secret, tout à la fois poin­tue et péda­go­gique. Après Avec de Paris-Clavel l’hi­ver dernier, les pixels de Susan Kare proposent un regard passion­nant et neuf sur ce qui défile tous les jours sur nos écrans.

Icônes, by Susan Kare, expo­si­tion du mercredi au dimanche de 10h30 à 18h au Musée de l’Im­pri­me­rie et de la Commu­ni­ca­tion Graphique, Lyon 2e. Jusqu’au 18 septembre 2022. De 4 à 8€.

Que faut-il voir à la Bien­nale de Lyon ?

[mis à jour] Doucement les basses, la Biennale d'art contemporain, ça dure trois mois ! On l'a visitée et on a choisi nos dix oeuvres préférées depuis, mais on vous dressait auparavant un premier top général pour y comprendre quelque chose et vous mettre l'eau à la bouche. Que vo...

Les Secrets de la terre, l’expo de la rentrée à Confluences

Si l’on n’est pas spécialiste ou collectionneur, les collections de minéraux évoquent l’ennui et les dimanches après-midi pluvieux. Le Musée des confluences en possède plus de 10 000 ! Seulement, le temps n’est plus au musée Guimet et aux cabinets de curiosités… Cette exposition ...

Un château pour 22 artistes en Beaujo­lais

La galerie Jean-Louis Mandon prend ses quartiers d’été au château de Rochebonne dans le Beaujolais pour présenter une exposition collective d’artistes défendus par la galerie de la rue Vaubecour. Celle-ci était un peu trop étroite pour l’événement, cela va sans dire. Voilà une be...

Eric Poite­vin, la plus belle expo de l’été

Il fait des photos à partir des oeuvres du musée des Beaux-arts de Lyon : portrait, paysages, natures jamais mortes, Eric Poitevin est un grand photographe qui entre au musée. Comme il existe des peintres d’atelier, qui ne peignent pas en plein air, Eric Poitevin est avant tou...