Sortir à Lyon
Partager cet article :

Comment s’oc­cu­per en famille pour les vacances

Chéri(e), fais moi peur !

En plus de tenter le meilleur des scores à notre grand quiz Hallo­ween au cinéma, jouez à vous faire peur sur de la grande musique : c’est l’épa­tant Jean-Chris­tophe Hembert de Kaame­lott, déjà aux commandes de Fracasse aux Céles­tins en décembre, qui se lance dans ce concert terri­fiant pas comme les autres à l’oc­ca­sion de Hallo­ween. On peut lui faire confiance pour créer des ambiances plus glauques que d’ha­bi­tude – mais toujours pour rire. En plus, le programme musi­cal nous fait déjà sali­ver comme un vampyre : la formi­dable musique d’Alexandre Desplat pour Harry Potter, la danse des Cheva­liers du Roméo et Juliette de Proko­viev qui ryth­mait la publi­cité d’Egoïste, la danse macabre de Saint-Saens et le Sabbat de Berlioz pour rester français, et la suite de Bernard Hermann pour plan­ter les coups de couteau sous la douche dans Psychose d’Alfred Hitch­cock. Bref, une espèce de voyage idéal pour sursau­ter en famille sur les sièges de l’Au­di­to­rium. Avec en bonus la musique des Dents de la mer qui fut inter­pré­tée au violon­celle par la propre mère de l’an­cien direc­teur musi­cal de l’Au­di­to­rium, Leonard Slat­kin, comme il nous l’avait raconté lors d’un entre­tien.

Les toutes premières instal­la­tions de décor à l’Au­di­to­rium pour le concert terri­fiant !

Hallo­ween, concert terri­fiant. Mise en scène Jean-Chris­tophe Hembert avec l’ONL, dir mus Anton Holmer. Ven 29 octobre à 20h, sam 30 à 18h et dim 31 octobre à 16h à l’Au­di­to­rium, Lyon 3e. De 8 à 39 €.

La chasse au trésor d’Hal­lo­ween

L’au­tomne s’ins­talle, et tout est dépeu­plé ? Pas si sûr : à partir du 20 octobre, une chasse au trésor d’Hal­lo­ween pour­rait bien pous­ser de nombreux enfants dans les rues de la Croix-Rousse. Leur mission, s’ils l’ac­ceptent : aider Ghosty le petit fantôme à retrou­ver la Sorcière Sans Sucre avant la soirée d’Hal­lo­ween. Pour cela, ils devront partir à la chasse aux indices pour retrou­ver l’adresse secrète de la Sorcière. Cachés dans les vitrines des commerçants du quar­tier, des petits fantômes devraient les mettre sur la piste… Une fois l’énigme réso­lue, rendez-vous au salon de thé Tonka, où Gaëlle vous chucho­tera l’en­droit où trou­ver la Sorcière. Les gagnants rempor­te­ront de nombreux lots mis en jeu par les commerçants de la Croix-Rousse.

Chasse au trésor Ghosty, jeu de piste en auto­no­mie dans le quar­tier de la Croix-Rousse du 20 au 30 octobre, Lyon 4e. Livret dispo­nible sur tonka­croix­rousse.fr, à impri­mer direc­te­ment chez soi.

Même les souris vont au para­dis

Réalisé par deux cinéastes tchèques, Même les souris vont au para­dis s’ins­crit dans la grande tradi­tion du cinéma d’ani­ma­tion de marion­nettes de leur pays. A travers la rencontre d’une jeune souris et d’un renard, il aborde le sujet de la mort sans en faire son thème prin­ci­pal, mais plutôt l’élé­ment déclen­cheur d’une aven­ture qui va se dérou­ler au Para­dis des animaux. Le film parle aussi d’ami­tié, de tolé­rance, de soli­da­rité ou encore de confiance en soi, avec des dialogues qui sonnent parfois comme des maximes. « Peu importe la four­rure que l’on a, l’im­por­tant c’est ce qu’on a à l’in­té­rieur » invite ainsi à ne pas se fier aux appa­rences alors que le renard a parfois bien mauvaise répu­ta­tion dans les contes… Et « Dans chaque départ, il y a l’es­poir de nouvelles rencontres. C’est la force de la vie qu’on ne peut arrê­ter, impos­sible de retour­ner en arriè­re… » évoque les cycles de la vie et leur force rassu­rante. 

Même les souris vont au para­dis de Jan Dube­ni­cek et Denisa Grim­mova (Tch, 1h24). Dessin animé. Sortie le 27 octobre. Actuel­le­ment au Comoe­dia, Lyon 7e.

Il est libre Max !

Très enga­gée sur le terrain de l’éco­lo­gie, la Lyon­naise Lucie Chochoy se sert de son métier de chan­teuse et de comé­dienne pour nous faire passer des messages avec humour et géné­ro­sité, notam­ment sur sa chaîne YouTube. Dans son spec­tacle Je suis Max, avec la compli­cité de Romain Frank­lin, elle demande aux enfants d’ai­der le héros, le jeune Max, à sauver la planète du réchauf­fe­ment clima­tique. Atten­tion, le public devra être vigi­lant car selon ses choix, l’his­toire ne sera pas la même et la Terre pas forcé­ment proté­gée… Mais pas de panique, c’est toujours mieux qu’un docu­men­taire senten­cieux produit par le cinéma français : on est bien à l’es­pace Gerson et fantai­sie et drôle­rie sont de la partie, à travers une gale­rie de person­nages inter­pré­tés tour à tour par les deux comé­diens !

Je suis Max (aide-moi à guérir la planète !) de Lucie Chochoy et Romain Frank­lin. Jusqu’au ven 29 octobre à 15h à l’es­pace Gerson, Lyon 5e. 8 €. espa­ce­ger­son.com

De l’autre côté du miroir

Effets spéciaux, crevez l’écran ! au Pôle Pixel à Villeur­banne (photo Philippe Levy).

Quel est le point commun entre Marion Cotillard, King Kong et Avatar? Le cinéma, certes, mais plus préci­sé­ment les effets spéciaux, par lesquels l’ac­trice et les deux grosses produc­tions améri­caines ont dû passer pour gagner en réalisme et en vérité. Ces prouesses tech­niques ne sont d’ailleurs pas l’apa­nage des block­bus­ters made in USA, puisque le cinéma d’au­teur et beau­coup de films franco-français les utilisent aussi : Le Petit Spirou de Nico­las Barry, Sur la piste du Marsu­pi­lami d’Alain Chabat… Voilà ce qu’on apprend, entre autres choses, dans la première et très chouette expo­si­tion du Pôle Pixel, consa­crée à l’his­toire et l’évo­lu­tion des effets spéciaux au cinéma. Très péda­go­gique, le parcours décor­tique toutes les étapes de réali­sa­tion d’un film, de sa phase d’écri­ture à la post-produc­tion. L’in­tro­duc­tion peut faire peur avec ces longs panneaux expli­ca­tifs mais, plutôt bien fichus, ils éclairent les plus jeunes et mettent notam­ment l’ac­cent sur la quan­tité de jobs, souvent mécon­nus, qui gravitent dans le milieu du cinéma. De quoi, peut-être d’ailleurs susci­ter des voca­tions… La suite, moins écrite, privi­lé­gie l’in­te­rac­ti­vité en invi­tant les visi­teurs à tester et jouer avec une gale­rie d’ef­fets spéciaux, dont certains inven­tés par Méliès, conti­nuent d’être utili­sés. Incar­ner un dragon en Motion Capture, s’im­mer­ger dans un décor de jungle futu­riste grâce au fameux fond vert, voir défi­ler un paysage fantas­tique assis dans le compar­ti­ment d’un vieux train…: autant d’ani­ma­tions ludiques qui amuse­ront les enfants (mais pas seule­ment…), et dont on peut garder un souve­nir sur son smart­phone en repar­tant. Top.

Effets spéciaux, crevez l’écran ! jusqu’au 27 mars 2022, au Pôle Pixel, Studio 24, 24 rue Emile Decorps, Villeur­banne. Du mardi au dimanche de 10h à 18h. De 8 et 12€ (gratuit pour les – 5 ans); pack famille (2 adultes/2 enfants) 32€. Ateliers 7€.

Comment filmer la danse avec Cédric Klapisch

Il est le parrain des 10 ans de Numeridanse, le site ressource de toutes les chorégraphies pour tout connaître de la danse d'hier et d'aujourd'hui. Cédric Klapisch nous raconte son rapport à la danse comme cinéaste et comme spectateur, en nous dévoilant même la nouvelle série qu'...

Le nouveau Netflix film club débauche l’Ins­ti­tut Lumière

Netflix voulait projeter ses films au cinéma, ce sera chose faite du 7 au 14 décembre prochains. Si la plupart des salles de cinéma se sont opposées à l’idée d’un festival Netflix, au motif de la sauvegarde de ce qu’on appelle la chronologie des médias (en gros la primauté de l’e...

Le grand quiz du festi­val Lumière !

Connaissez-vous bien le festival Lumière ? Pour fêter sa 13e édition qui a mis à l'honneur Jane Campion, retour sur l'histoire de festival, ses grands moments... et ses anecdotes. Quel score ferez-vous ? Il n'y a rien à gagner, que le plaisir de partager du cinéma et de mieux déc...

Les Consé­quences de Paolo Sorren­tino

Ce serait presque un prix Lumière dans le prix Lumière. En plus de l’avant-première de son dernier film réalisé pour Netflix, La Main de Dieu (photo) - qu'on a hâte de découvrir - le pape du cinéma italien contemporain Paolo Sorrentino viendra présenter cinq de ses plus beaux fil...