Sortir à Lyon
Partager cet article :

Auré­lien Cava­gna, du cœur à l’ou­vrage

A le voir sur scène se donner sans comp­ter, passant d’un person­nage à l’autre en un claque­ment de doigts, on a craint plusieurs fois de le voir « tomber dans les fruits et légumes  », comme il dit. En pous­sant ce Cri du cœur, son premier seul en scène, Auré­lien Cava­gna raconte ce jour où, à 13 ans, son cœur s’est arrêté, le plon­geant un temps dans le coma. Au réveil, l’ado spor­tif à tendance hyper­ac­tif apprend qu’il est relié à la vie grâce à une pile et qu’il devra désor­mais ména­ger ses efforts. La musique «  violente  » devient alors son exutoire et le mène jusque sur les scènes de festi­vals… où son cœur lui joue à nouveau des tours. L’an­goisse est trop forte, Auré­lien arrête et se tourne vers le théâtre d’im­pro. Et si la première fois qu’il monte sur les planches, il croit « crever sur place  », il découvre vite que cet art lui permet de jouer tout ce qu’il lui est inter­dit de faire.

Pile élec­trique

Avant de se lancer dans un one, l’hu­mo­riste s’est demandé s’il allait pouvoir tenir la distance. « Au final, c’est le premier spec­tacle où je ne trans­pire pas malgré 1h30 de jeu !  ». Rien à voir avec le duo extrê­me­ment physique qu’il forme avec Camil et qui joue sur la diffé­rence de taille entre les deux compères : « Moi, j’étais le petit nerveux qui bougeait tout le temps.  » Mais si le cœur tient, la tête divague un peu : le comé­dien n’a pas l’ha­bi­tude de jouer seul et de s’en tenir au texte, lui qui impro­vi­sait à fond de train avec Camil et Aurel : « Il me vient envi­ron 40 conne­ries par phrase mais je dois les garder pour moi pour ne pas perdre le public ». Entre deux solos de juin, il va reprendre une dernière fois fin juin leur duo burlesque, en roue libre.

Les pieds dans le plat

Car ce spec­tacle, celui qui se sent plus proche d’un Rowan Atkin­son ou d’un Albert Dupon­tel que des stan­du­peurs dans l’air du temps, l’a voulu très écrit, comme un conte avec une fin. Accom­pa­gné à la mise en scène de Yohan Genin, Auré­lien a travaillé pour trou­ver le bon équi­libre entre gravité et légè­reté. Mais avant d’être une histoire de cœur, ce one est surtout l’his­toire d’un défi : « A 27 ans, j’ai réalisé que je n’avais jamais pris de risque ». Pour se donner du courage, l’hu­mo­riste a calé les dates de repré­sen­ta­tion avec L’Es­pace Gerson avant même d’avoir écrit une seule ligne de son spec­tacle. Et s’il pensait ne jamais avoir assez d’égo pour monter seul sur scène, il a carré­ment mis « les deux pieds dans le plat » en se dévoi­lant avec 70% d’anec­dotes vraies. Un défi relevé haut la main, il peut garder le cœur léger. C.S.

Cri du cœur de et avec Auré­lien Cava­gna, mise en scène Yohan Genin. Tous les mardis à 20h 30 jusqu’au 18 juin à l’Es­pace Gerson, Lyon 5e. 12€. espa­ce­ger­son.com

On a adoré le nouveau spec­tacle de Fabrice Eboué, Adieu hier !

Après une première partie assurée par l’étonnante humoriste belge Angelina Bruno et sa prothèse de bras, c’est au rythme de la chanson Ausländer de Rammstein que Fabrice Eboué a fait son entrée fracassante sur scène. Directement il a choisi quelques victimes dans le public du pre...

Avec son nouveau spec­tacle, Fabrice Eboué envoie valser le passé

C'est un des rares comiques à réussir des blagues sur le racisme sans jamais verser dans le communautarisme. Il ne s'interdit rien, et a réussi à vieillir sur scène. Deux qualités de plus en plus rare. Lors de son dernier spectacle, ils nous expliquait déjà que "son seul censeur,...

Vincent Dedienne encore plus inci­sif dans Un soir de gala

Il s’était mis à nu dans son premier spectacle pour nous parler de lui. C’est vêtu d’un costard que Vincent Dedienne revient pour en tailler un à ses semblables, dans Un soir de gala. Autour d’un piano dont il ne jouera pas, il déroule ainsi l’incarnation d’une dizaine de personn...

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...