Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le tour de France de la « femelle »

Céline Frances, notre humo­riste lyon­naise préfé­rée, a décidé de partir sur les routes pour faire un tour de France des cafés-théâtres, plutôt que de rester chez elle à ne pas jouer. L’oc­ca­sion de faire des rencon­tres… inat­ten­dues.

Entre deux repré­sen­ta­tions de son one woman show « Ah ! Qu’il est doux d’être une femelle », Céline Frances a toujours adoré « s’écla­ter », en débor­dant d’ini­tia­tives. Que ce soit en jouant dans une troupe de théâtre, ses premières amours, ou en faisant une série de portraits éche­ve­lés dans laquelle elle « s’écla­tait  » litté­ra­le­ment sur les murs… « Spor­tive qui met toute son éner­gie à faire autre chose que du stand up », il n’était pas ques­tion pour elle de dépri­mer en atten­dant la réou­ver­ture de salles de spec­tacles qui ne vient toujours pas… « Avec les reports, ils sont tous bookés jusqu’en 2023 ! » s’amuse-t-elle avec son humour à brûle pour­point. Alors puisqu’elle a joué dans la plupart des cafés-théâtres de France et de Navarre, elle s’est mis en tête d’en­ta­mer un tour de France des cafés-théâtres pour « main­te­nir le lien » et « conti­nuer de voir des gens ».

Elle s’en va

Il ne s’agis­sait pas pour elle de cher­cher une program­ma­tion, mais de prendre le pouls et de retrou­ver des gens qu’elle aime. Elle les a appe­lés un peu avant, la plupart étant ravis de la rece­voir, elle embarque dans sa voiture avec « fifille » son chien qui la suit partout. 3H de route par jour en moyenne, elle est passée par Versailles, Rennes ou Narbonne où cette Cata­lane a pu retrou­ver ses parents, le temps d’une soirée. « Le passage au couvre-feu à 18h a demandé quelques ajus­te­ments tech­niques, il ne fallait pas que je me prenne 135 € d’amende, je n’ai déjà plus une thune !  ». Elle inter­viewe les gens dans la rue, visite ce qu’elle n’a jamais le temps de voir quand elle joue, comme la cathé­drale d’Albi, et prend le pouls d’un milieu cultu­rel qui se sent « démuni  » et « blasé » – les deux mots qui reviennent le plus souvent – même s’il est toujours prêt à reprendre. Seul un tenan­cier Breton n’a pas eu le cœur de la rece­voir, trop déprimé par la ferme­ture de sa salle, ce qu’elle comprend parfai­te­ment. Si elle fait la sieste et mange son sand­wich en voiture tous les jours la plupart du temps, l’avan­tage d’avoir déjà joué dans les lieux où elle se rend, c’est qu’ils peuvent la loger dans leur café-théâtre ou dans les appar­te­ments dans lesquels ils reçoivent les artistes habi­tuel­le­ment. « J’ai vrai­ment eu un accueil merveilleux, et ça permet­tait de boire des coups en vivant enfin des moments intenses et drôles ». Elle a même eu des anciens spec­ta­teurs de ses spec­tacles qui ont proposé de l’hé­ber­ger en voyant sur les réseaux sociaux qu’elle débarquait dans leur contrée.

Une histoire vraie

Elle a commencé de poster des petites vidéos sur son Face­book et devrait réali­ser un montage final avec une boîte inté­res­sée par cette drôle d’ini­tia­tive, Séquence TV. Curieuse et intré­pide, elle a surtout fait des rencontres impro­bables et hautes en couleur. A Saint-Malo, elle comp­tait bien faire du bateau. Charmé par la voix de son inter­lo­cu­teur au télé­phone, elle s’em­barque sur un rafiot avec un « homme à la petite quaran­taine frin­gante », jusqu’à ce qu’il enlève son masque sur le bateau et qu’elle s’aperçoive que c’est un ancien toxico qui a perdu ses dents, « qui ne peut même plus manger des arti­chauts ». Un bon marin néan­moins sympa­thique, qui lui inspi­rera peut-être un prochain person­nage de son spec­tacle, quand elle pourra enfin reprendre son métier. Au moins, elle n’aura pas perdu son temps… L.H.

Décou­vrez l’épo­pée de Céline Frances sur son Face­book

On a adoré le nouveau spec­tacle de Fabrice Eboué, Adieu hier !

Après une première partie assurée par l’étonnante humoriste belge Angelina Bruno et sa prothèse de bras, c’est au rythme de la chanson Ausländer de Rammstein que Fabrice Eboué a fait son entrée fracassante sur scène. Directement il a choisi quelques victimes dans le public du pre...

Avec son nouveau spec­tacle, Fabrice Eboué envoie valser le passé

C'est un des rares comiques à réussir des blagues sur le racisme sans jamais verser dans le communautarisme. Il ne s'interdit rien, et a réussi à vieillir sur scène. Deux qualités de plus en plus rare. Lors de son dernier spectacle, ils nous expliquait déjà que "son seul censeur,...

Vincent Dedienne encore plus inci­sif dans Un soir de gala

Il s’était mis à nu dans son premier spectacle pour nous parler de lui. C’est vêtu d’un costard que Vincent Dedienne revient pour en tailler un à ses semblables, dans Un soir de gala. Autour d’un piano dont il ne jouera pas, il déroule ainsi l’incarnation d’une dizaine de personn...

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...