Sortir à Lyon
Partager cet article :

Verti­kal de Merzouki gratuit

Avec Verti­kal, Mourad Merzouki signait son spec­tacle le plus abstrait. On y retrou­vait toujours de beaux ensembles et cette envie perma­nente chez le choré­graphe d’ex­plo­rer de nouveaux terri­toires, le plus souvent avec succès. Le public avait d’ailleurs fait un triomphe à cette produc­tion de la Bien­nale 2018. Merzouki a toujours été voir ailleurs si le hip-hop y était, dès son Réci­tal puis Boxe boxe avec le quatuor Debussy, deux gros succès méri­tés qui mêlaient la musique clas­sique à sa danse initiale. Agwa avec les jeunes danseurs de Rio de Janeiro attei­gnait des sommets d’adresse et de poésie à slalo­mer au milieu de gobe­lets remplis d’eau sans les effleu­rer dans une lumière en clair-obscur. Tandis que Folia aux Nuits de Four­vière 2018 renouait avec l’es­prit festif de la musique baroque dans une grande célé­bra­tion popu­laire. Rien de tout cela dans Verti­kal, démar­rant en cati­mini, prenant son temps pour faire entrer et sortir de scène ses 10 inter­prètes quasi­ment au ralenti. C’est tout l’in­té­rêt de ce Verti­kal : non seule­ment Merzouki y défie les lois de la pesan­teur, mais en plus il prend le hip hop à revers, danse hori­zon­tale par excel­lence à laquelle il offre ici l’im­pos­sible : comment danser à 90° du sol, sur des cordes de rappel, comme si on était en pleine esca­lade ? Peu à peu, le spec­tacle trouve son rythme en apesan­teur, remixant les chan­sons de la renais­sance de John Dowland dans un trip propice à l’élé­va­tion, dans tous les sens du mot. Les corps s’em­portent au ciel en solo puis en duo, jusqu’à déployer tout leur poten­tiel dans un finale spec­ta­cu­laire où ce sont les femmes qui s’en­voient en l’air sur des colonnes multiples, tandis que les hommes conti­nuent de se débattre entre eux à terre. Le hip hop spec­ta­cu­laire de Merzouki n’ou­blie jamais d’être un tant soit peu poli­tique au milieu de la fête. Tant mieux. L.H.

Verti­kal de Mourad Merzouki est visible gratui­te­ment jusqu’au 1er juin sur France Tv << ici >>.

Céles­tins en plein air : le bonheur en cartons !

Deux acteurs, quelques morceaux de carton et de l’humour, le tout sur la place du théâtre des Célestins. Dans Les Gros patinent bien, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois incarnent un acteur shakespearien et un homme à tout faire. Ensemble, ils partent pour un périple à trave...

Un festi­val de danse gratuit cet été

Après la Biennale, la danse continue… Les festivités ne sont pas encore terminées que Dominique Hervieu a déjà un coup d’avance en lançant pour la première fois un festival de danse entièrement gratuit à découvrir dans l’espace public jusqu’au 8 juillet, et particulièrement dans ...

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C'est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Fourvière qu'a eu lieu le Défilé de la Biennale de la danse ce samedi 5 juin. Une première représentation avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien particulier : à la place du traditionnel défilé à ...

Sime­non : théâtre au grand jour

C’est un des plus beaux récits de Simenon, dont Mathieu Amalric avait tiré un film magnifique, La Chambre bleue. Un homme tiraillé entre deux femmes, jusqu’à l’implosion, avec cette folie qui couve à l’intérieur des vies en apparence ordinaires et dont Simenon avait le secret. Le...