Sortir à Lyon
Partager cet article :

Verti­kal de Merzouki gratuit

Avec Verti­kal, Mourad Merzouki signait son spec­tacle le plus abstrait. On y retrou­vait toujours de beaux ensembles et cette envie perma­nente chez le choré­graphe d’ex­plo­rer de nouveaux terri­toires, le plus souvent avec succès. Le public avait d’ailleurs fait un triomphe à cette produc­tion de la Bien­nale 2018. Merzouki a toujours été voir ailleurs si le hip-hop y était, dès son Réci­tal puis Boxe boxe avec le quatuor Debussy, deux gros succès méri­tés qui mêlaient la musique clas­sique à sa danse initiale. Agwa avec les jeunes danseurs de Rio de Janeiro attei­gnait des sommets d’adresse et de poésie à slalo­mer au milieu de gobe­lets remplis d’eau sans les effleu­rer dans une lumière en clair-obscur. Tandis que Folia aux Nuits de Four­vière 2018 renouait avec l’es­prit festif de la musique baroque dans une grande célé­bra­tion popu­laire. Rien de tout cela dans Verti­kal, démar­rant en cati­mini, prenant son temps pour faire entrer et sortir de scène ses 10 inter­prètes quasi­ment au ralenti. C’est tout l’in­té­rêt de ce Verti­kal : non seule­ment Merzouki y défie les lois de la pesan­teur, mais en plus il prend le hip hop à revers, danse hori­zon­tale par excel­lence à laquelle il offre ici l’im­pos­sible : comment danser à 90° du sol, sur des cordes de rappel, comme si on était en pleine esca­lade ? Peu à peu, le spec­tacle trouve son rythme en apesan­teur, remixant les chan­sons de la renais­sance de John Dowland dans un trip propice à l’élé­va­tion, dans tous les sens du mot. Les corps s’em­portent au ciel en solo puis en duo, jusqu’à déployer tout leur poten­tiel dans un finale spec­ta­cu­laire où ce sont les femmes qui s’en­voient en l’air sur des colonnes multiples, tandis que les hommes conti­nuent de se débattre entre eux à terre. Le hip hop spec­ta­cu­laire de Merzouki n’ou­blie jamais d’être un tant soit peu poli­tique au milieu de la fête. Tant mieux. L.H.

Verti­kal de Mourad Merzouki est visible gratui­te­ment jusqu’au 1er juin sur France Tv << ici >>.

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

« Masca­rade ! » L’[édito] de Luc Hernan­dez

On voudrait nous faire croire qu'on peut courir 10m derrière un joggeur mais qu'on ne pourrait pas assister à un concert avec un masque à 10m d'un trompettiste ? Que mon fromager pouvait rester ouvert (la laiterie Gilbert, miam) mais pas un libraire ? Qu'on peut laisser 1...

La Mairie coupe les jambes à la danse

C’est fini pour les Ateliers de la Danse au musée Guimet. Sans préavis ni concertation, la mairie de Lyon vient d’annoncer qu’elle annulait le projet, qui se substituait déjà à la promesse d'une nouvelle Maison de la danse à Confluence.  Le motif ? Un dérapage budgétaire, « multi...