Sortir à Lyon
Partager cet article :

Court­ney Geraghty à la Croix-Rousse

Ouf ! Il y aura donc une véri­table direc­trice à la tête du théâtre de la Croix-Rousse à partir de janvier 2021. C’est Court­ney Geraghty qui a été choi­sie – en tandem avec l’au­ver­gnat Johanny Bert – pour succé­der à Jean Lacor­ne­rie et Anne Meillon. Venue du French Insti­tute Alliance Française à New York, cette jeune femme de 37 ans coche toutes les cases de la culture de gauche mondia­li­sée : donner plus de place aux invi­sibles, travailler avec les habi­tants et les amateurs (compre­nez une ligne artis­tique « inclu­sive« ), ouvrir la salle sur le quar­tier et le théâtre sur les autres arts, et surtout produire « éco-respon­sable », c’est-à-dire menu et pas cher. Small is beau­ti­ful, très bien. Sa program­ma­tion à l’ave­nir, qu’on attend impa­tiem­ment, dira ce que sa démarche contient d’ou­ver­ture, d’am­bi­tion ou de poli­tique­ment correct. Vali­dée par l’en­semble des collec­ti­vi­tés qui financent la Croix-Rousse (Ville, Métro­pole, Région), cette nomi­na­tion annonce déjà un début d’in­flexion dans le paysage théâ­tral de l’ag­glo : le théâtre musi­cal, axe prin­ci­pal de la program­ma­tion de la précé­dente direc­tion, ne sera plus qu’une forme parmi les autres, tandis que le TNP de Jean Bello­rini s’y consacre davan­tage, avec notam­ment cette semaine une carte blanche à la violon­cel­liste Sonia Wieder-Ather­ton, française née à San Fran­cisco. Déci­dé­ment, les franco-améri­caines ont le vent en poupe à Lyon. Tant mieux.

Voir danser le Ballet de l’Opéra gratuit

Montez au 7e ciel, sous la verrière de Jean Nouvel à l’Opéra de Lyon, pour voir les danseurs travailler dans leur salle de répétition, littéralement en apesanteur, derrière les muses, avec vue plongeante sur l'Hôtel de Ville. Toute la journée du samedi 16 octobre, vous pourrez as...

Les Subs font du virus un spec­tacle inter­ac­tif

Virus a quelque chose prémonitoire: au cours du jeu, il est question de masque en trop faible quantité, de recherche de vaccin, de confinement et de crise économique. D’où vous est venue cette idée de créer une simulation de pandémie ? Yan Duyvendak: “Un de mes amis médecin, P...

Emma­nuel Gat fait danser Tears for fears

Ancien athlète et chef d'orchestre, il aime la danse sportive, s’inspirant aussi bien de Jean-Sebastien Bach que de Nina Simone. Cette fois, Emmanuel Gat invente avec Lovetrain2020 une comédie musicale contemporaine pour 14 danseurs, en croisant la new wave de Tears for fears, da...