Sortir à Lyon
Partager cet article :

Fouad Bous­souf, le hip hop des deux côtés de la Médi­ter­ra­née

Fouad Boussouf reprend Nass à la Maison de la danse.
Nass (Les Gens) de Fouad Boussouf à la Maison de la danse.

C’est un des spec­tacles que vous auriez dû voir la saison dernière à la Maison de la danse. Une ronde pour sept danseurs à la fois tribale et festive. Une danse terrienne dans laquelle on devine aussi bien les gestes du travail des immi­grés, l’an­crage des danses tradi­tion­nelles d’Afrique du Nord que les toupies du hip-hop et l’éner­gie de l’éman­ci­pa­tion par la danse contem­po­raine. Un hommage à une Médi­ter­ra­née métis­sée et éter­nelle, dans laquelle les hommes aussi peuvent se voiler la face en remon­tant leur T-shirt pour une séquence “tour­men­tée” sur la musique magh­ré­bine des années 70… Comme si rien n’avait vrai­ment changé encore aujourd’­hui, et qu’il fallait garder un pied de chaque côté de la mer.

Nass (Les Gens), choré­gra­phie pour 7 danseurs de Fouad Bous­souf, compa­gnie Massala. Du mardi 12 au vendredi 15 avril à 20h30 (mer 20h) à la Maison de la danse, Lyon 8e. De 16 à 32 €.

Photos : Char­lotte Audu­reau.

La danse fait sa rentrée : les immanquables

Trèfle de cœur La Grosse Fugue vue par Anne Teresa de Keersmaeker. Forsythe, Mats Ek et Anne Teresa de Keersmaeker, c’est le trio de haute volée du nouveau show du ballet de l’Opéra de Lyon avec des pièces pour 2, 4 ou encore 8 danseurs avec la Grosse Fugue de Beethoven int...

Hip hop des 2 côtés de la Médi­ter­ra­née

C’est un des spectacles que vous auriez dû voir le mois dernier à la Maison de la danse. Une ronde pour sept danseurs à la fois tribale et festive. Une danse terrienne dans laquelle on devine aussi bien les gestes du travail des immigrés, l’ancrage des danses traditionnelles d’Af...