Sortir à Lyon
Partager cet article :

Quand Piccoli reve­nait à Lyon…

C’est un des plus beaux rôles de Piccoli vieillis­sant : celui d’un père reve­nant voir ses trois filles sans préve­nir quinze plus tard, alors qu’il n’avait plus donner signe de vie… C’est Claude Mourié­ras, l’ac­tuel direc­teur de la Fabrique, l’école de cinéma des frères Lumière, qui avait écrit ce scéna­rio origi­nal où l’on voit Piccoli traî­ner sa majesté d’al­ba­tros dans la Cour des Voraces ou le Parc de la Tête d’Or. Les trois filles de trois géné­ra­tions diffé­rentes vont l’ac­cueillir diffé­rem­ment, Sandrine Kiber­lain incar­nant la plus bles­sée, ne suppor­tant pas de voir reve­nir celui qui les a aban­don­nées. Avec le sens de l’écoute et la liberté de déplaire qui faisait le propre de cette immense comé­dien, oscil­lant toujours entre tendresse et provo­ca­tion, Piccoli est abso­lu­ment excep­tion­nel quand il s’agit d’in­car­ner ce père sans conces­sion mais pour­tant revenu pour voir les trois filles qu’il a eues d’une femme qu’il n’ai­mait pas, heureux de les accom­pa­gner une dernière fois en décou­vrant sa petite fille. Miou-Miou est merveilleuse en prof de danse tombant sous le charme d’un Laurent Poitre­naux confon­dant son pied droit et son pied gauche. Mais ce sont bien évidem­ment les secrets de famille (dont on ne dira rien) qui vont refaire surface, dans des face-à-face d’une géné­ro­sité inouïe entre le grand Michel et le meilleur des géné­ra­tions des actrices actuelles, Nata­cha Régnier incar­nant l’ex -jeune prodige du piano. Pas de gras, pas d’api­toie­ment ou d’hys­té­rie mais des rapports de vérité dans lesquels chacun confronte sa place… et l’émo­tion de voir un grand comé­dien arpen­ter les pentes de la Croix-Rousse. Le film est en accès libre sur France Tv dans le cadre du parte­na­riat avec la Quin­zaine des réali­sa­teurs, absente de la Croi­sette cette année. C’est le moment d’en profi­ter. L.H.

Tout va bien, on s’en va de Claude Mourié­ras (2000, Fr, 1h31) avec Michel Piccoli, Miou-Miou, Sandrine Kiber­lain, Nata­cha Régnier, Laurent Poitre­naux… En strea­ming gratuit jusqu’au 14 septembre sur France Tv << ici >>.

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

Musi­lac, 20 ans de pop-rock

Après les Nuits de Fourvière et Jazz à Vienne et en attendant les Summer sessions du Transbo et Cyrille Bonin, la semaine, "Comme si on y était", en partenariat avec Exit Mag, reçoit ce samedi Rémi Perrier, le grenoblois maître d'oeuvre de la plus grande scène pop-rock régionale ...

Un dernier Maïwenn pour la route !

On préfère Maïwenn quand elle ne parle pas d’elle, ou alors de loin, comme dans Mon Roi. Ce qui ne signifie pas qu’on ait détesté ce cinquième film en forme d’auto-fiction. Elle y raconte la crise identitaire de Neige, bouleversée par la mort de son grand-père algérien, seul pili...