Sortir à Lyon
Partager cet article :

Portrait de famille en état de grâce

Avant sa Palme d’Or pour Une affaire de famille, le réali­sa­teur Hiro­kazu Kore-Eda s’in­té­res­sait à l’his­toire d’une demi-sœur trou­vant peu à peu sa place dans une famille adop­tive. Un portrait à la façon d’un paysa­giste en état de grâce, à revoir ce week-end à sa juste valeur au Summer Camp du Zola, la plus belle program­ma­tion ciné­phile de l’été.

Jugé trop mièvre (à tort), Notre petite sœur de Hiro­kazu Kore-Eda avait été reçu assez froi­de­ment au festi­val de Cannes de 2015, au point d’en repar­tir bredouille.. Aussi mineur soit-il dans l’œuvre du cinéaste japo­nais – rien n’est moins sûr notam­ment lors d’une deuxième vision – il nous avait déçu en bien, comme disent les Suisses. En appa­rence, cette histoire de Suzu, demi-sœur de quatorze ans rejoi­gnant ses trois aînées dans la demeure fami­liale à la mort de leur père à toutes, est sans doute son film le plus clas­sique. Aucune effu­sion, happy end et zeste d’hu­mour à froid, les dialogues quoti­diens n’y dépassent jamais le frémis­se­ment du thé. Kore-Eda est au sommet d’un natu­ra­lisme étal, obser­vant l’ordre des saisons (le tour­nage s’est déroulé scru­pu­leu­se­ment sur un an dans une ville de bord de mer), et guet­tant l’adé­qua­tion de l’ordre fami­lial avec elles. Il expé­die la mort du père d’un plan sur une chemi­née partant en fumée comme si le drame et les problèmes ne sauraient avoir de place trop grande dans ce film d’une douceur infi­nie.

Foot­ball et sensua­lité

Notre petite soeur de Kore-Eda, à voir au Zola à Villeur­banne.

Il réus­sit une scène d’an­tho­lo­gie de balade à deux roues sous les ceri­siers en fleurs, pour voir sa Suzu renaître à la vie. Le premier plan remonte les jambes d’une des trois sœurs enla­cée dans son lit annonçant déjà un film on ne peut plus sensuel. Les séquences de foot­ball (Suzu tient la dragée haute aux garçons), de feu d’ar­ti­fice ou le travel­ling final montre que le clas­si­cisme de Kore-Eda sait se parer des plus beaux atours. Ce portrait de femmes entre elles à la distan­cia­tion obsti­née a parti­cu­liè­re­ment bien vieilli pour qui s’est appré­cié cet art japo­nais si parti­cu­lier du paysage. Un tableau de famille recom­po­sée comme une saison qui renaît à la vie.

Notre Petite Sœur de Hiro­kazu Kore-Eda (2015, Jap, 2h08) avec Karuka Ayase, Masami Naga­sawa, Suho Hirose, Ryo Kase, Kaho… Au cinéma Le Zola à Villeur­banne dans le cadre de son « Summer camp » vendredi 17 juillet à 18h et dimanche 19 juillet à 16h. Tout le programme << ici >>.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...