Sortir à Lyon
Partager cet article :

On trinque avec Thomas Vinter­berg

L’abus d’al­cool est bon pour la santé, ou presque. C’est le sujet pas piqué des hanne­tons et foutre­ment anti-poli­tique­ment correct du dernier film de Thomas Vinter­berg, et on ne se mouille pas en affir­mant que c’est de loin le meilleur depuis La Chasse. Le réali­sa­teur danois retrouve d’ailleurs Mads Mikkel­sen, ce qui ne pouvait présa­ger que du bon. Et le résul­tat eupho­ri­sant ne nous a pas déçu.

Quatre profes­seurs en plein crise de la quaran­taine décident d’ex­pé­ri­men­ter la théo­rie d’un psycho­logue norvé­gien, esti­mant qu’il manque­rait 0,5 g d’al­cool dans le sang à l’Homme pour être heureux. Les voilà qui picolent en cachette, seule­ment sur leurs horaires de cours, et en prenant scru­pu­leu­se­ment des notes.

Malin comme un singe, Vinter­berg utilise les codes du feel good movie – la bande de copains losers, l’idée loufoque pour rebon­dir, les scènes d’eu­pho­rie – pour mieux les tordre et dessi­ner une comé­die grinçante. Derrière les scènes comiques, petit à petit, l’al­coo­lisme pointe le bout de son nez rouge et le malaise s’ins­talle. 

Diony­siaque

Mais ce n’est pas tant l’abus d’al­cool que le réali­sa­teur montre du doigt que la soli­tude et la détresse de chacun – notam­ment celle du person­nage de Mads Mikkel­sen, naufragé au sein de sa propre famille- comme l’hy­po­cri­sie de nos socié­tés autour de ce sujet. Les poli­ti­ciens ne sont d’ailleurs pas en reste avec cette superbe séquence d’images de grands de ce monde tota­le­ment ivres dans l’exer­cice de leur fonc­tion.

Vinter­berg, lui, défend avant tout une vision festive et diony­siaque de l’al­cool comme moyen de lâcher prise et de retrou­ver sa joie de vivre dans une société qui impose d’être de plus en plus perfor­mant. En témoigne la superbe scène finale de liesse avec un Mads Mikkel­sen dansant comme un dieu. Le film de la semaine pour se faire du bien sans modé­ra­tion et oublier que les bars sont fermés. Santé!

Drunk, de Thomas Vinter­berg (1h55, Dane­mark). Avec Mads Mikkel­sen, Thomas Bo Larsen, Lars Ranthe…

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...