Sortir à Lyon
Partager cet article :

On trinque avec Thomas Vinter­berg

L’abus d’al­cool est bon pour la santé, ou presque. C’est le sujet pas piqué des hanne­tons et foutre­ment anti-poli­tique­ment correct du dernier film de Thomas Vinter­berg, et on ne se mouille pas en affir­mant que c’est de loin le meilleur depuis La Chasse. Le réali­sa­teur danois retrouve d’ailleurs Mads Mikkel­sen, ce qui ne pouvait présa­ger que du bon. Et le résul­tat eupho­ri­sant ne nous a pas déçu.

Quatre profes­seurs en plein crise de la quaran­taine décident d’ex­pé­ri­men­ter la théo­rie d’un psycho­logue norvé­gien, esti­mant qu’il manque­rait 0,5 g d’al­cool dans le sang à l’Homme pour être heureux. Les voilà qui picolent en cachette, seule­ment sur leurs horaires de cours, et en prenant scru­pu­leu­se­ment des notes.

Malin comme un singe, Vinter­berg utilise les codes du feel good movie – la bande de copains losers, l’idée loufoque pour rebon­dir, les scènes d’eu­pho­rie – pour mieux les tordre et dessi­ner une comé­die grinçante. Derrière les scènes comiques, petit à petit, l’al­coo­lisme pointe le bout de son nez rouge et le malaise s’ins­talle. 

Diony­siaque

Mais ce n’est pas tant l’abus d’al­cool que le réali­sa­teur montre du doigt que la soli­tude et la détresse de chacun – notam­ment celle du person­nage de Mads Mikkel­sen, naufragé au sein de sa propre famille- comme l’hy­po­cri­sie de nos socié­tés autour de ce sujet. Les poli­ti­ciens ne sont d’ailleurs pas en reste avec cette superbe séquence d’images de grands de ce monde tota­le­ment ivres dans l’exer­cice de leur fonc­tion.

Vinter­berg, lui, défend avant tout une vision festive et diony­siaque de l’al­cool comme moyen de lâcher prise et de retrou­ver sa joie de vivre dans une société qui impose d’être de plus en plus perfor­mant. En témoigne la superbe scène finale de liesse avec un Mads Mikkel­sen dansant comme un dieu. Le film de la semaine pour se faire du bien sans modé­ra­tion et oublier que les bars sont fermés. Santé!

Drunk, de Thomas Vinter­berg (1h55, Dane­mark). Avec Mads Mikkel­sen, Thomas Bo Larsen, Lars Ranthe…

Vincent Lacoste et la jeune fille

Vincent Lacoste n’est pas seulement un acteur de comédie. Vous pouvez d’ailleurs voir actuellement Mes jours de gloire sur Canal +, joli premier film sur la dépression pour lequel on l’avait rencontré (lire l’entretien << ici >>). Avec Amanda, il trouvait son plus beau rôle drama...

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA chorégraphe sud-africaine qui a bousculé tous les codes du corps et des représentations du spectacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volontiers provocatrice mais toujours énergique, ludique et pleine de dérision, Robyn Orlin n’a jamais hésité ...

40 ans de Jazz à Vienne: c’est parti !

La voilà la bonne nouvelle, tombée le temps d'un Facebook live : "La configuration du Théâtre Antique de Vienne permet aujourd'hui à Jazz à Vienne d’envisager des concerts cet été." On vous avait déjà alléché en avant-première avec la plupart des noms de cette 40e édition et la n...

Jamie Cullum ouvrira Jazz à Vienne 2021

Report. Ce ne sera évidemment pas pour 2020, mais pour 2021 ! Après l'avalanche d'annulations des festivals d'été, voici les bonnes nouvelles pour après qui affluent : vivement le printemps... 2021 ! Le défilé et la Biennale de la danse devraient enfin revoir le jour, et Jazz à V...

Bello­rini boule­verse le TNP

Rentrée. C'était son année : à peine nommé directeur du TNP à Villeurbanne, Jean Bellorini devait se présenter au public en juin et faire l'ouverture du festival d'Avignon dans la prestigieuse cour d'honneur en juillet. Las, la saison des théâtres est avortée, et Avignon a été an...