Sortir à Lyon
Partager cet article :

Baba du baroque !

On l’at­ten­dait, la voilà ! Les Grands concerts de la Chapelle de Trinité viennent de dévoi­ler leur saison 2020–21, avec du beau monde au balcon de la musique baroque. Musiques russes pour Noël, cantates de Bach le dimanche plusieurs fois dans la saison, grands motets français de Rameau et Mondon­ville, le lieu idoine pour écou­ter le baroque à Lyon réus­sit le tour de force de présen­ter une saison foison­nante, toujours plus ouverte : le quatuor Debussy vien­dra y faire chan­ter Keren Ann pour la musique contem­po­raine mais surtout surtout, le réci­tal prévu en avril dernier de Jakub Josef Orlinski, la nouvelle coque­luche des contre-ténors, a pu être reporté, et plutôt deux fois qu’une : ce n’est pas un mais deux réci­tals avec orchestre que vien­dra donner le beau gosse du baroque : un duel au sommet Haen­del-Vivaldi en janvier, puis une rebe­lote Haen­del en mars aux côtés de compo­si­teurs moins connus, Conti ou Bonon­cini. Deux dates à réser­ver d’ur­gence, qui s’an­noncent déjà parmi les plus exci­tantes de la saison prochaine. La preuve en images et en musique avec un des airs de voltige joyeuse dont Haen­del avait le secret :

Jakub Josef Orlinski chante « A dispetto d’un volto ingrato » de Tamer­lano.

Décou­vrez toute la program­ma­tion des Grands Concerts << ici >>.

De la grande musique roman­tique !

C’est devenu LE théâtre musical de la Métropole avec une programmation alternative aux grandes institutions, souvent des plus alléchantes. C’est le cas dès ce concert d’entrée dans l’automne, dans lequel le quatuor Debussy est allé chercher un compète supplémentaire, Nima Sarkech...

Fran­cesco Corti, coup de coeur du festi­val d’Am­bro­nay

Claveciniste hors pair et ancien continuiste des Musiciens du Louvre, Francesco Corti est devenu un chef d’orchestre à part entière avec un sens du théâtre peu commun. Il est de passage au festival d’Ambronay. A ne rater sous aucun prétexte. Vous venez de sortir un double ...