Sortir à Lyon
Partager cet article :

Felzine, coeur de rocker

Il a donné, avec son groupe Mustang, ses plus beaux moments au rock’n’­roll français du XXIème siècle. Alors c’est peu dire que Jean Felzine est l’un de nos héros les plus chers. Un vrai song­wri­ter comme on n’en fait plus. En solo, il explore de nouveaux hori­zons musi­caux, mais pour­suit toujours le même rêve : celui d’écrire la plus belle chan­son du monde. Spoi­ler alert : c’est encore raté, mais c’est encore somp­tueux. Pour­tant il y a de quoi être désta­bi­lisé d’en­trée de jeu. Où sont les guitares rockab’ et les synthés fréné­tiques ? Drapées dans de nouveaux habits « variété chic », les cinq nouvelles chan­sons marquent une distance forte avec le style musi­cal rock de Mustang – et c’est aussi bien comme ça, quand on sait qu’un cinquième album du groupe est en prépa­ra­tion. Felzine se fend même d’un élégant portrait au vitriol des rockeurs, comme s’il n’en était pas un lui-même (Mes amis dans le rock, clip à dégus­ter ci-dessous), mais seule­ment un de leurs « frères  ».

Après la sépa­ra­tion de l’Église et de l’État, voici la sépa­ra­tion du Rock’n’Roll et de la Chan­son ! Un trip à la façon du Dr Jekyll – comme s’il exis­tait un Dr Felzine et un Mr Mustang – une tenta­tive (vaine, évidem­ment, c’est la chan­son la plus « rock » du disque !) de sépa­rer le chan­teur du rockeur. Ce qu’il réus­sit, en revanche, c’est de prou­ver qu’il n’a pas besoin des appa­rats du rock pour écrire de sublimes chan­sons. Ceux qui ont bien écouté les albums de Mustang le savaient déjà mais combien sommes-nous ? Pour les autres et plus géné­ra­le­ment tous ceux que le rock emmerde, la splen­dide ballade centrale État stable devrait être le coup de grâce ou juste la porte d’en­trée dans le monde mélo­dra­ma­tique et plein d’amour de Jean Felzine. Un grand rockeur qui va vous faire aimer la variété. Un grand chan­teur, tout simple­ment. Alexandre Queneau

Jean Felzine (+ Mauvais Garçon). Vendredi 18 septembre à 20h30 à A Thou bout d’chant (avec Le Marché Gare), Lyon 1er. 10 €. athou­boutd­chant.com

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...

Citron-Sucré a soif d’amour pour la première fois à Lyon

Elle fait partie des artistes électro-pop à suivre de près cette année et l’éminent festival Reperkusound ne s’y est pas trompé : la jeune musicienne franco-russe et lyonnaise d’adoption Elena – aka Citron Sucré à la scène – ouvrira cette année la « main stage » lors de la premiè...