Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les 10 spec­tacles de l’été les plus atten­dus à Four­vière

Dominique Blanc et les concerts les spectacles les plus attendus des Nuits de Fourvière 2022.
Dominique Blanc sera sur la scène de Fourvière dans Le Tartuffe de Molière.

Pour un tel inven­taire il faudrait un Prévert : cirque, musique, théâtre, les Nuits de Four­vière reviennent en grand cet été pendant deux mois avec une foule de concerts atten­dus (Julien Clerc, Calo­gero, M. ou Midnight Oil pour le 14 juillet). On en a choisi 10 dans tous les genres qui nous font déjà sali­ver. Ouver­ture de la billet­te­rie mardi 15 mars à 12h.

Théâtre : Domi­nique Blanc en son royaume

Ce sera donc le Tartuffe de Molière inédit (en trois actes seule­ment) et inter­dit en son temps qui fera l’ou­ver­ture des Nuits, par la Comé­die Française. En plus de Marina Hands ou Denis Poda­ly­dès, vous aurez aussi l’émo­tion de retrou­ver la grande Domi­nique Blanc, immense comé­dienne reve­nue chez elle pour l’oc­ca­sion, après qu’elle nous ait boule­versé au TNP ou au théâtre de Ville­franche pour La Douleur de Duras mise en scène par Patrice Chéreau. Immanquable.

Le Tartuffe ou l’Hy­po­crite de Molière. Mise en scène Ivo Van Hove. Du jeudi 2 au samedi 4 juin à 22h au Grand Théâtre, Lyon 5e. De 20 à 39 €.

Nick Cave aux Nuits de Four­vière en 2013.

Rock : Nick Cave and the good feeling

Et une date de plus pour Nick Cave ! On vous avait déjà annoncé la première, la légende austra­lienne ouvrira donc désor­mais la program­ma­tion musi­cale des Nuits par un doublé. Nul ne sait encore si ce sera plutôt par un concert énervé comme celui d’an­tho­lo­gie au Grand théâtre antique en 2013, ou une prière en forme de balades comme à l’époque de Boat­man’s call et de son enre­gis­tre­ment au Trans­bor­deur à Villeur­banne. Une choses est sûre : ce sera grand.

Nick Cave and the bad seeds. Lundi 6 et mardi 7 juin à 21h30 au Grand Théâtre, Lyon 5e. 68 €.

Elec­tro : Mode­rat from Berlin

En unis­sant leurs forces et leurs noms, les deux forma­tions berli­noises Mode­se­lek­tor (Gernot Bron­sert et Sebas­tian Szary) et Appa­rat (Sascha Ring) ont donné nais­sance à Mode­rat depuis déjà 20 ans. Une joint-venture élec­tro renou­ve­lant la vieille tradi­tion rock du super­groupe en s’ou­vrant à la pop mélo­dique. Cette élec­tro-là est réso­lu­ment sortie de son club under­ground d’an­tan, et prête à attaquer les ondes les plus mains­tream. Le son idéal pour faire la fête cet été.

Mode­rat. Samedi 11 juin à 21h au Grand Théâtre, Lyon 5e. 40 €.

Rap : Cyrious, c’est du sérieux

Bon ok, Cyrious notre rappeur made in Lyon dont on avait eu le plai­sir de parta­ger les derniers exploits musi­caux pour la fête de la musique sur notre site (ci-dessus) ne tien­dra pas (encore) le haut de l’af­fiche, tenu ce soir là par Joy Crookes et Kimbe­rose (pas mal). Mais après avoir été parmi les premiers à le décou­vrir au festi­val de la Rayonne à Villeur­banne, on sera les premiers à le soute­nir pour sa première fois en première partie dans l’en­ceinte magique du Grand Théâtre. Save the date.

Cyrious (en première partie + Joy Crookes et Kimbe­rose). Lundi 13 juin à 20h au Grand Théâtre, Lyon 5e. 36 €.

André Marcon atten­dra Godot avec Alain Françon sur la scène de l’Odéon.

Théâtre : Françon-Marcon, le choc des titans

Sa Seconde surprise de l’amour  est un des plus beaux spec­tacles qu’on ait vu cette saison, et il avait déjà signé une produc­tion de Fin de partie de Samuel Beckett d’an­tho­lo­gie avec Serge Merlin, Michel Robin, Gilles Privat et Isabelle Sadoyan, figure histo­rique du TNP. Alain Françon aborde cette fois le chef-d’oeuvre le plus connu de Becket, En atten­dant Godot, sur la “petite” scène de l’Odéon dont l’in­ti­mité devrait conve­nir à merveille à ce théâtre de l’ab­surde. Il y retrouve Gilles Privat et un de nos acteurs préfé­rés, André Marcon (photo), grand comé­dien de théâtre peu média­tisé et second rôle fami­lier au cinéma (notam­ment dans Margue­rite). La soirée s’an­nonce excep­tion­nelle.

En atten­dant Godot de Samuel Beckett, mise en scène Alain Françon. Du jeudi 16 au dimanche 19 juin à 22h au petit théâtre de l’Odéon, Lyon 5e. De 13 à 26 €.

Keren Ann et Irène Jacob sur la scène de leur réci­tal (photo Marcel Hart­mann).

Poésie : Keren Ann-Irène Jacob, le choc des titanes

A peine sortie de sa tour­née avec le quatuor Debussy, Keren Ann reprend la route avec la plus belle des voix pour l’ac­com­pa­gner, Irène Jacob, nouvelle prési­dente de l’Ins­ti­tut Lumière, à partir d’une corres­pon­dance poétique qu’elles ont entre­tenu pendant le confi­ne­ment (Baude­laire, Paul Eluard, Andrée Chédid). Un réci­tal de mots, de musique et de gestes par le plus beau des duos fémi­nins.

Où es-tu ? par Keren Ann et Irène Jacob. Dimanche 26 juin à 22h au petit théâtre de l’Odéon, Lyon 5e. 26 €.

Dutronc père et fils (photo Yann Orhan).

Chan­son : Dutronc, double ciga­re…

C’est la tour­née événe­ment de cet été, que Johnny n’a pas eu le temps de faire avec son fils : Jacques et Thomas Dutronc en goguette, pour un moment de compli­cité unique. Forcé­ment, avec le temps, on a tendance à préfé­rer le fils, mais pas néces­sai­re­ment pour la musique… Les deux aiment les filles à leur façon, mais vont avoir cette fois l’oc­ca­sion de le prou­ver ensemble. Le concert star (décon­tracté) de l’été.

Dutronc & Dutronc. Mercredi 29 juin à 21h30 au Grand Théâtre, Lyon 5e. 62 €.

Juliette Arma­net (photo Studio l’Etiquette).

Pop: Juliette en paillettes

Elle faisait déjà la Une de notre numéro spécial rentrée cultu­relle en janvier. La dernière fois qu’elle était venue à Four­vière, elle avait même pris la peine d’en­re­gis­trer quelques titres en live. On est prêts à recom­men­cer à crier aussi fort en la voyant danser sur Les Derniers jours du disco sur la queue de son piano, d’au­tant que d’ici là, on l’aura déjà vue sur la scène du radiant fin mars. Juliette Arma­net est en plein âge d’or, on ne s’en lasse pas, elle a même ajouté une seconde date à Four­vière pour qu’on puisse y retour­ner une troi­sième fois !

Juliette Arma­net. Jeudi 30 juin et lundi 4 juillet à 21h30 au Grand Théâtre, Lyon 5e. 43 €.

Le Star Femi­nine Band.

La décou­verte : l’afro-beat des Amazones afri­caines !

Les musiques du monde ont toujours été un des axes forts de la prog musi­cal des Nuits de Four­vière. Cette année, il nous ont déni­ché un cock­tail explo­sif 100% afri­cain et fémi­nin avec des amazones à la liberté de parole aussi vive que le métis­sage des musiques soul, funk et rock garage. Voilà qui risque de démé­na­ger à travers deux groupes de femmes réunis : le choeur du Star femi­nine band et le chant suave des Lips­tick Queens aux lèvres rouge sang. La décou­verte de l’été.

Lips­tick Queens feat. Star Femi­nine Band. Vendredi 1er juillet à 20h30 au petit théâtre de l’Odéon, Lyon 5e. De 18 à 24 €.

Gandini, c’est gratuit. (photo Camilla Green­well).

Cirque : la jongle de Pina Bausch

Les Nuits de Four­vière s’as­so­cient à Villeur­banne capi­tale française de la culture pour un week-end d’été gratuit sur la place devant le TNP avec la bande de jongleuses et jongleurs de la troupe londo­nienne Gandini, qu’on avait pu décou­vrir au festi­val des 7 collines à Saint-Etienne. Un hommage subtile et drôle à la grande choré­graphe Pina Bausch qui avait fait les beaux jours du théâtre villeur­ban­nais.

Week-end d’été à Villeur­banne avec Gandini. Samedi 2 et dimanche 3 juillet à 17h place Lazare Goujon à Villeur­banne. Gratuit.

Sympho­nique : Andrew Bird aux Archets

Song­wri­ter génial dont on n’avait pas eu de nouvelles depuis long­temps, Andre Bird revient égre­ner sa pop mélan­co­lique avec son violon, mais aussi la centaine de musi­ciens de l’ONL pour faire d’un cocon sympho­nique d’un soir un concert unique. Avec un musi­cien-arran­geur-compo­si­teur de ce niveau, vous pouvez vous attendre à vivre un moment de grâce.

Andrew Bird avec l’Or­chestre Natio­nal de Lyon. Mardi 12 juillet à 21h30 au Grand Théâtre, Lyon 5e. 36 €.