Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bonjour Louis Malle, un grand cinéaste à redé­cou­vrir au festi­val Lumière

Au Revoir les enfants de Louis Malle au festival Lumière.
Raphael Fejto et Gaspard Manesse dans Au Revoir les enfants.

Cinéaste à 360°, Louis Malle pouvait aussi bien adap­ter un écri­vain anar­chiste, Georges Darien, pour tour­ner Le Voleur avec Belmondo, que Drieu La Rochelle pour Le Feu follet, son oeuvre la plus noire, sur la mort volon­taire armée de rage et de déses­poir. La liste de ses colla­bo­ra­tions – qu’on fera courte – est la plus pres­ti­gieuse de son temps : Miles Davis pour Ascen­seur pour l’écha­faud, Ry Cooder pour Alamo Bay, Raymond Queneau pour Zazie dans le métro, Jean-Claude Carrière pour Viva Maria ou Milou en mai, ou Patrick Modiano pour Lacombe Lucien, portrait d’une jeunesse en pleine colla­bo­ra­tion qui lui vaudra la foudre des censeurs et préci­pi­tera son départ aux Etats-Unis. Car Malle est un cinéaste français protéi­forme, au Mexique pour filmer les deux plus belles actrices de l’époque dans Viva Maria (western fémi­niste pica­resque avec Brigitte Bardot et Jeanne Moreau), à Calcutta pour un docu­men­taire, ou aux Etats-Unis pour plusieurs films magni­fiques : God’s coun­try sur l’Amé­rique profonde, Atlan­tic City avec Burt Lancas­ter et Susan Saran­don s’il vous plaît, ou Alamo Bay, dénonçant l’Amé­rique raciste de Trump avant l’heure, toujours avec le souci du docu­men­ta­riste (malheu­reu­se­ment absent de la rétro Lumière).

Michel Piccoli et Susan Saradon dans Atlantic City de Louis Malle au festival Lumière de Lyon.
Michel Piccoli et Susan Saran­don dans Atlan­tic City de Louis Malle (Prod DB © Selta Films – Para­mount – 1980)

Styliste, mora­liste et natu­ra­liste

Car de ce qu’on pour­rait appe­ler les trois visages de Louis Malle (le styliste, le mora­liste et le natu­ra­liste), c’est peut-être le dernier qui emporte tout, pour filmer l’Amé­rique comme les visages sublimes des femmes dans Le Feu Follet, son enfance fusion­nelle avec sa mère dans Le Souffle au coeur lui aussi habité par sa passion pour le jazz, ou le dénue­ment d’une cama­ra­de­rie enfan­tine dont l’in­sou­ciance autour d’un piano résiste autant qu’elle peut à l’hor­reur de la dépor­ta­tion, dont le coupe­ret n’aura jamais été aussi violent qu’à le briser la candeur et les secrets de l’en­fance. C’était Au revoir les enfants, et c’était un comé­dien lyon­nais, Philippe Morier-Genoud, qui en prononçait le titre à la toute fin du film (lire notre entre­tien avec lui dans notre numéro print d’oc­tobre). Il sera présent au festi­val Lumière pour rendre hommage à ce cinéaste pluriel, unique dans le paysage hexa­go­nal.

Miou-Miou dans MIlou en mai de Louis Malle au festival Lumière de Lyon.
Miou-Miou dans Milou en mai de Louis Malle. (Prod DB © Nouvelles Editions du film / 1989)


Rétros­pec­tive Louis Malle en 17 films pendant le festi­val Lumière, du samedi 15 au dimanche 23 octobre. Au revoir les enfants en présence de Philippe Morier-Genoud et Irène Jacob, dimanche 16 octobre à 14h30 au Pathé Belle­cour, Lyon 2e.

La rétro Louis Malle, gent­le­man provo­ca­teur de Mala­vida Films sera aussi dispo­nible au cinéma en copies restau­rées Gaumont à partir du 9 novembre (partie 1 avec 6 films Ascen­seur pour l’écha­faud, Le Voleur, Le Souffle au coeur, Le Feu Follet, Les Amants, Viva Maria ; partie 2 été 2023).

Jeanne Moreau dans Ascenseur pour l'échafaud de Louis Malle au festival Lumière de Lyon.
Jeanne Moreau dans Ascen­seur pour l’écha­faud. (Prod DB © Nouvelles Editions de Films / 1958)

Japan Touch, le plus grand festi­val de cuisine japo­naise

C'est le rendez-vous incontournable des fous de culture japonaise, et on peut dire que l'événement leur rend bien. Pendant deux jours, Eurexpo se pare des lumières des rues de Tokyo, de bonsaï et de céramiques, de lingerie kawaii et des cosplay les plus impressionnants. L'immersi...

Brigitte Giraud, notre favo­rite pour le prix Goncourt, lauréate 2022

[mis à jour] Elle l'a eu ! Brigitte Giraud obtient le prix Goncourt ! Peu de livres nous auront autant touché que Vivre vite (Flammarion), livre de contre-deuil qui conjure la fatalité d'un accident de moto dans des hypothèses rock'n'roll égrenées en courts chapitres intitulés...

Tim Burton, le prix Lumière le plus émou­vant

Ce vendredi 21 octobre, Tim Burton, le réalisateur d’œuvres culte comme Batman, Edward aux mains d’argent ou Ed Wood, a reçu à Lyon le 14ème Prix Lumière au cours d’une soirée riche en émotions. Si tous les invités sont arrivés sur l’habituel Estasi Dell'oro d’Ennio Morricone,...