Sortir à Lyon
Partager cet article :

Norman fait des one man shows

C’était notre Youtu­beur préféré. Le premier à faire le buzz avec ses vidéos débu­tant par un éner­gique « Faux », avant que de pâles copies ne débarquent sur la toile et que ça ne devienne fran­che­ment n’im­porte quoi. On aimait son côté loser et son auto-déri­sion sur son physique de grin­ga­let et ses origines du ch’Nord, son chat Sergio qui s’in­crus­tait noncha­lam­ment à l’écran et surtout, sa façon de dépeindre si fidè­le­ment notre quoti­dien de millé­nial, des soirées cuites entre potes à la crise des 25 ans, touchant toujours juste et ne se moquant jamais. Et puis Norman a grandi et nous aussi. Il a fait un premier one et un peu moins de vidéos, et on a fini par oublier sa chaîne Youtube (qui cumule la baga­telle de 11,7 millions d’abon­nés). Aujourd’­hui, on découvre que non seule­ment, il a repris à un bon rythme ses publi­ca­tions, mais qu’en plus il a eu un bébé et qu’il revient avec son nouveau spec­tacle, La Matu­rité. On n’a aucune idée de ce que ce vrai gentil vaut sur scène, sans caméra ni montage ni chat, mais on sait qu’en conti­nuant de racon­ter sa vie, c’est encore de nous dont il parle. C.S.

Norman, La Matu­rité. Mercredi 18 mars, à 20h, à la Halle Tony-Garnier, Lyon 7e. De 33 à 47€. halle-tony-garnier.com

On a adoré le nouveau spec­tacle de Fabrice Eboué, Adieu hier !

Après une première partie assurée par l’étonnante humoriste belge Angelina Bruno et sa prothèse de bras, c’est au rythme de la chanson Ausländer de Rammstein que Fabrice Eboué a fait son entrée fracassante sur scène. Directement il a choisi quelques victimes dans le public du pre...

Avec son nouveau spec­tacle, Fabrice Eboué envoie valser le passé

C'est un des rares comiques à réussir des blagues sur le racisme sans jamais verser dans le communautarisme. Il ne s'interdit rien, et a réussi à vieillir sur scène. Deux qualités de plus en plus rare. Lors de son dernier spectacle, ils nous expliquait déjà que "son seul censeur,...

Vincent Dedienne encore plus inci­sif dans Un soir de gala

Il s’était mis à nu dans son premier spectacle pour nous parler de lui. C’est vêtu d’un costard que Vincent Dedienne revient pour en tailler un à ses semblables, dans Un soir de gala. Autour d’un piano dont il ne jouera pas, il déroule ainsi l’incarnation d’une dizaine de personn...

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...