Sortir à Lyon
Partager cet article :

Amélie Nothomb à Lyon pour son nouveau livre

Le saviez-vous ? Amélie Nothomb a une soeur, Juliette, qui vit à Lyon et avec qui elle vien­dra présen­ter son dernier livre, Premier sang (Albin Michel), ce jeudi à la librai­rie du Tram­way (Lyon 3e). Juliette Nothomb est même l’au­teur d’Aimer Lyon chez Mardaga en 2018, mais elle est surtout citée à la toute dernière page du dernier roman d’Amé­lie – un de ses meilleurs –  après un ultime rebon­dis­se­ment qu’on vous lais­sera décou­vrir. Car Premier sang débute en quelque sorte comme l’au­to­bio­gra­phie cachée d’un condamné à mort facc au pelo­ton d’exé­cu­tion avant qu’on ne comprenne peu à peu de qui il s’agit, entre “les enfants Nothomb”, des “parents beaux comme dans un roman de Barbey d’Au­re­villy”, et un “château faible” des Ardennes où sévit un grand-père catho­lique et natio­na­liste poète à ses heures, maltrai­tant toute cette baron­nie désar­gen­tée. Même pour parler de sa famille, Amélie Nothomb a l’art d’être origi­nale dans la construc­tion et de rester drôle même dans sa veine la plus noire. Car il s’agit bien de “survivre à l’en­fance” dans ce livre où vous ne décou­vri­rez la place d’Amé­lie qu’à la toute fin, une fois qu’elle aura glissé le prénom de sa soeur qu’elle aime tant. C’est une petite merveille de tendresse au milieu de la cruauté fami­liale, avec ce style décalé unique qui en a toujours fait une écri­vaine à part. 

Auto­bio­gra­phie cachée

Cette jeune femme prome­nait un deuil d’une élégance saisis­sante devant des spec­ta­teurs en mesure de la comprendre et de lui renvoyer l’image voulue, cela suffi­sait à ses aspi­ra­tions” écrit-elle à propos de sa mère. Et même lorsqu’elle évoque la guerre et la pauvreté, c’est pour vanter le “végé­tal fibreux et sympa­thique” de la rhubarbe quand il était l’unique aliment de leur assiette, elle qui aujourd’­hui conti­nue d’avoir une passion pour les fruits abîmés. Mais c’est évidem­ment du père des deux soeurs dont il sera ques­tion dès l’exergue à travers une cita­tion de Sacha Guitry : “Mon père est un grand enfant que j’ai eu quand j’étais tout petit.” Dans la vraie vie, celui d’Amé­lie et Juliette Nothomb est mort le 17 mars 2020 d’une rupture d’ané­vrisme, inspi­rant à la roman­cière un de ses livres les plus person­nels… dans lequel tout est vrai et qui pour­tant ne raconte pas ça ! Même quand elle fait le portrait de sa famille au plus près, Amélie Nothomb est encore une formi­dable racon­teuse d’his­toires. Ce sera passion­nant de l’en­tendre en compli­cité avec sa soeur évoquer ce drôle d’hom­mage, qui termine par une pirouette humo­ris­tique impa­rable dont elle a le secret. Un grand cru.

Premier sang d’Amé­lie Nothomb (Albin Michel, 17,90 €, prix Renau­dot).

Rencontre avec Amélie et Juliette Nothomb jeudi 12 novembre de 15h à 19h à la librai­rie du Tram­way, Lyon 3e. Entrée libre, pas d’ins­crip­tion ni de réser­va­tion, “prévoyez les écharpes pour les plus frileux” note la librai­rie.

Totorro fait son ciné-concert de l’amour

Le post rock a fait beaucoup de bien à la musique de film. Peut-il en faire autant au roman-photo ? Quinze ans après sa sortie on se souvient encore de l’excellente bande originale par Mogwai de Zidane, un portrait du 21ème siècle, sans laquelle le film n’aurait sans doute pas eu...

Sorj Chalan­don, enfant de salaud du prix Goncourt

Sorj Chalandon dit adieu à son drôle de père dans Enfant de salaud, en lice pour le prix Goncourt, dans lequel il élargit son histoire familiale vers la grande Histoire du procès Barbie qu’il a couvert à Lyon en 1987. Conversation avec notre écrivain lyonnais de cœur. Avant de...

Patrick Deville, l’aven­ture, c’est l’aven­ture

En grand écrivain voyageur, Patrick Deville avait déjà signé des merveilles comme Peste et Choléra autour de la figure d’Alexandre Yersin, découvreur du bacille de la peste ; ou Viva, dans lequel on croisait les figures historiques de Trotsky, Malcolm Lowry, Breton ou Frida Kahlo...

Quais du polar sur les berges

"Décoiffant », « sanglantissime », « incontournable », « un vaccinodrome pour lutter contre la mauvaise littérature »… Quais du polar a attendu bien trop longtemps, après deux confinements qui lui sont tombés sur le dos, pour ne pas revenir encore plus saignant. Décalé, reporté, ...