Sortir à Lyon
Partager cet article :

Sorj Chalan­don, enfant de salaud du prix Goncourt

Sorj Chalan­don dit adieu à son drôle de père dans Enfant de salaud, en lice pour le prix Goncourt, dans lequel il élar­git son histoire fami­liale vers la grande Histoire du procès Barbie qu’il a couvert à Lyon en 1987. Conver­sa­tion avec notre écri­vain lyon­nais de cœur.

Avant de parler d’Enfant de salaud, vous avez accom­pa­gné la sortie du beau film de Jean-Pierre Améris, Profes­sion du père (notre critique), adapté de votre livre. Qu’en avez-vous pensé ?

Sorj Chalan­don : “ J’ai beau­coup pleuré ! J’étais abso­lu­ment sidéré de retrou­ver les expres­sions de mon père en Benoît Poel­voorde, la façon d’ou­vrir les yeux, de diva­guer. J’étais à la fois fasciné et effrayé. J’avais aussi la magie de décou­vrir une autre histoire que la mienne. Je n’in­ter­viens jamais dans les adap­ta­tions de mes livres. Jean-Pierre m’avait prévenu qu’il voulait trai­ter que de l’en­fance, et d’une certaine façon c’est le film de deux enfants lyon­nais, le décor de l’ap­par­te­ment est davan­tage celui de sa famille à lui, et la mère du film était plus atten­tion­née que la mienne, qui n’était qu’ab­sence. C’était très beau.

« J’étais sidéré de retrou­ver les expres­sions de mon père en Benoît Poel­voorde », explique Sorj Chalan­don à propos du film de Jean-Pierre Améris, Profes­sion du père.

On retrouve en revanche ce mélange de roma­nesque et d’ef­froi qu’ins­pire votre père, collabo et mytho­mane, dans Enfant de salaud, mais peut-être plus sous la forme d’un adieu… 

Vous avez abso­lu­ment raison, je referme le livre du père avec ce livre. Je ne pense pas y reve­nir. J’aime bien sa forme apai­sée.

Au-delà de votre père, vous élar­gis­sez votre narra­tion au procès Barbie que vous avez couvert et à la réalité des victimes qui viennent témoi­gner. L’enquête du jour­na­liste que vous êtes semble être le seul anti­dote au poison de la mytho­ma­nie…

Oui, mon père a menti jusqu’au bout et ce ne serait pas inté­res­sant pour les gens qui me lisent, sa biogra­phie, on s’en fiche ! Voilà long­temps que je voulais reve­nir sur le procès Barbie qui est vrai­ment l’évé­ne­ment que j’ai couvert qui m’a le plus marqué en lais­sant des traces indé­lé­biles. Je tour­nais autour depuis une dizaine d’an­nées sans avoir de raison de le faire mais ça me hantait. Quand j’ai décou­vert les archives à Lille en mai 2020 qui établis­saient les faits et gestes réels de mon père, la dernière pièce du puzzle s’est mise en place avec ce qui s’est passé avec lui à la cour d’as­sises de Lyon en 1987.

Enfant de salaud est aussi un livre qui recouvre à la fois votre acti­vité de jour­na­liste et d’écri­vain en plus de votre histoire fami­lia­le…

Oui, il referme à la fois Profes­sion du père et Mon traître. En réalité, je n’ai écrit qu’un seul véri­table roman, Une promesse, une histoire de deuil et de frater­nité. A travers les autres livres, je courais après des choses auxquelles je devais néces­sai­re­ment me confron­ter. J’ai toujours eu au fond du cœur une autre envie d’écri­ture mais je ne sais pas comment m’y prendre, je suis encore dans le silence qui succède à tous ces événe­ments incroyables.

Vous parlez de “forme apai­sée”, et on sent effec­ti­ve­ment une forme de déta­che­ment. Avec une écri­ture très simple, vous arri­vez à toucher la folie de votre père comme à rendre justice aux victimes de Barbie ou aux enfants d’Yzieu…

On ne fait pas de litté­ra­ture avec les enfants d’Yzieu. Il faut les décrire dans la nudité de leur effroi. Petit, j’étais extrê­me­ment bègue jusqu’en 5e ou 4e. ça m’a obligé à faire atten­tion aux mots, à les respec­ter. J’ai vrai­ment une écri­ture de bègue : pas de mot en trop, pas de super­flu, aller au plus juste, chaque mot à sa place au plus près de l’émo­tion. J’écris faci­le­ment mais je coupe énor­mé­ment, jusqu’à ce que le mot saigne, que l’écri­ture soit à l’os. J’ai beau­coup travaillé sur les faits divers par exemple dans les écoles de jour­na­lisme et la plupart du temps, je voyais des gens écrire un “viol épou­van­table” au lieu de parler simple­ment de “viol”. C’est le viol qui est épou­van­table, il n’y a pas besoin d’en rajou­ter.

« On ne fait pas de litté­ra­ture avec les enfants d’Yzieu. »

(Sorj chalan­don)

Pour­riez-vous écrire des romans à partir de faits divers ?

Je ne crois pas. Pour moi, c’est une matière de jour­nal. Je ne veux pas être dans la tête de Guy Georges ni d’Ilan Halimi. Je lis avec inté­rêt les livres de Jaenada par exemple mais j’en suis inca­pable. Pour moi, la matière réelle est réser­vée à l’in­for­ma­tion, mais peut-être que je me trom­pe… C’est d’ailleurs frap­pant de voir qu’aujourd’­hui tout le monde nous demande si une histoire est vraie. Comme si la fiction avait perdu de son aura. Je sais même que des jour­na­listes sont allés véri­fier dans les archives de Lille si ce que je disais était vrai ! Je n’au­rais pas pu inventé un mytho­mane comme mon père, on ne m’au­rait pas cru ! Pour­tant dans ma vie j’au­rais adoré ne rien savoir des agis­se­ments de mon père. On n’au­rait jamais demandé à Dumas d’avoir été un mousque­taire. Je reven­dique le droit d’être un mousque­taire !

Vous pour­riez donc reve­nir à une fiction pure ?

C’est mon grand problème. Je suis capturé, phago­cyté par la réalité, il faut toujours que je parte de quelque chose de réel, j’ai toujours l’im­pres­sion de ne rien écrire quand je suis dans la fiction pure. J’ai un problème de légi­ti­mité d’écri­vain, malgré tous mes livres, je me sens encore jour­na­liste. Peut-être que ma séré­nité sera complète quand j’au­rais abordé le thème de l’ab­sence de ma mère.

Le prix Goncourt pour­rait-il être une façon de vous appor­ter cette forme de légi­ti­mité ?

J’ai eu le Grand Prix de l’Aca­dé­mie Charles Cros, le Médi­cis et le Goncourt des lycéens, mais aucun prix depuis 2013. Je pense que dans l’édi­tion on se dit : “Chalan­don, il est servi !” (rires) Tous les prix sont impor­tants, le Goncourt des lycéens m’a ouvert à un lecto­rat plus jeune qui n’avait jamais entendu parler de moi, c’est formi­dable ! Et je suis toujours étonné d’être encore là ! Je n’ai vrai­ment aucun pronos­tic. En tout cas, vivre un tel compte à rebours, c’est mons­trueux ! C’est un coup à s’ins­tal­ler avec mon frère à la bras­se­rie Georges avec un tonneau de bière, et boire comme nous buvions la Rink ensemble il y a 50 ans ! (l’an­cien nom de la bière Georges, ndlr). C’est ça pour moi reve­nir à Lyon.”


Enfant de salaud de Sorj Chalan­don (Gras­set, 20,90 €).

Photos : J.-F. Paga (Gras­set).

3 spec­tacles d’Amala Dianor à la Maison de la danse

Il est en résidence à la Maison de la danse pour trois spectacles dont il accouche ce mois-ci avec la singularité plurielle qu’on lui connaît : Amala Dianor assume tout de la culture hip-hop dans laquelle il a baigné, enfant du Sénégal débarquant en France à l'âge de 7 ans, sans ...

Les Subs font du virus un spec­tacle inter­ac­tif

Virus a quelque chose prémonitoire: au cours du jeu, il est question de masque en trop faible quantité, de recherche de vaccin, de confinement et de crise économique. D’où vous est venue cette idée de créer une simulation de pandémie ? Yan Duyvendak: “Un de mes amis médecin, P...

François Ozon raconte « Tout s’est bien passé »

Dans Tout s’est bien passé, François Ozon offre à André Dussollier et Sophie Marceau des rôles inattendus, désamorçant le sujet de la fin de vie par la comédie sociale. Entretien avec le réalisateur qui évoque son travail avec ses (grands) acteurs et nous présente déjà le prochai...

Les joyeux 101 ans du TNP de Villeur­banne

Entretien avec Jean Bellorini, directeur du TNP de Villeurbanne à l'occasion des 101 ans du théâtre. Le directeur du TNP à Villeurbanne fête joyeusement le centenaire d’une maison à l’histoire exceptionnelle, sans nostalgie et résolument tourné vers l’ouverture et l’av...