Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le bistrot au meilleur rapport qualité-prix de Lyon

Dans le Monde perdu de Conan Doyle, des explo­ra­teurs tombent sur un lieu habité par des animaux préhis­to­riques. C’est un peu l’im­pres­sion que l’on ressent quand on tombe sur le vieux poêle à bois au milieu de la salle antique du Café du Rhône, face au bar. Il date proba­ble­ment de la créa­tion de l’éta­blis­se­ment en 1902, comme une bonne partie du décor : boise­ries sur les murs, surmon­tées de moulures faites du même bois, enca­drant des tableaux en carreaux de céra­mique repré­sen­tant des vues emblé­ma­tiques de Lyon. On les déso­li­da­ri­se­rait presque du mur pour avoir l’île Barbe, l’aque­duc du Gier, la passe­relle Saint-Georges et le pont de la Guillo­tière (celui qui n’existe plus pour cause de bombar­de­ment en 1944)  dans sa salle de bain. Le sol en carreaux poly­chromes est passé, années après années, du statut de sympa­thique kitsche­rie héri­tée des grands-parents, à une œuvre d’art céra­mi­sante forte­ment bran­chée. Autant dire que c’est dans cette petite salle, clas­sée, qu’il faut réser­ver en prio­rité. Mais l’ex­pé­di­tion peut se pour­suivre dans un décor beau­coup plus contem­po­rain et traver­sant jusque dans la salle du fond, de l’autre côté du pâté de maison. Le café de quar­tier que l’on imagi­nait nain est en réalité géant. Le décor c’est bien, c’est beau, mais ça ne se mange pas, à moins d’avoir été réin­carné en termite.

Foie gras maison

On aime beau­coup le style de la cheffe Ophé­lie Renard, qui comme son homo­nyme Wendie Renard, va droit au but, malgré des inti­tu­lés de plats qui peuvent sembler complexe ou inso­lites. Le maque­reau mariné à la vodka (dément), la truite des fjords, sauce clémen­tine et fala­fel, la bûche farcie au céleri et cham­pi­gnon sauce à l’ail noir, n’es­saient pas de jouer dans le bizarre pour faire genre. On est bien assis dans le goût, à base de légumes de saison, panais, topi­nam­bours, butter­nut , blettes, et les plats ne sont pas le résul­tat d’un lancer de confetti. On est vrai­ment au bistrot, et pas dans l’his­toire sans faim. La personne, c’est nous, qui se sera pris un coup de carbon­nade de joue de bœuf pomme de terre dans le ventre après un upper­cut végé­ta­rien de chaus­son au sarra­sin farci aux blettes et chèvre (crème de patates douce, amandes effi­lées) se prive lui-même de 4 heures. On ne parle même pas du chee­se­cake au citron vert et finan­cier. Bref, on est vrai­ment au bistrot, un bistrot où un vent de bonnes idées aurait remplacé la statuaire clas­sique, blanquettes et bour­gui­gnons. Il y aura même du foie gras maison pour les fêtes de fin d’an­née. Non mais. François Mailhes

Café du Rhône. 23 quai Victor-Auga­gneur, Lyon 3e. 04 78 95 44 13. Fermé dimanche soir et lundi.
Formules : 17 euros entrée-plat (midi), 22 euros entrée-plat-dessert (midi), 32 euros (soir). Photos : Susie Waroude.

Berga­mote, le nouveau resto incon­tour­nable de Gerland

Il y avait la carte du soir sur le trottoir. Comme nous étions à l’heure du déjeuner, on n’a pas pu y goûter. Même si en ce moment, quand le jour se lève, on a l’impression qu’il est déjà en train de se coucher. En danse du ventre sur l’ardoise nocturne : une mousseline de poisso...

La bonne adresse d’un nouveau resto à Lyon

Un regard rapide sur la carte des vins révèle la provenance de ces nouveaux arrivants. Une place particulière est en effet accordée aux excellents vins de Savoie de Philippe Grisard. Tiens, tiens, tiens toi bien Sherlock Holmes… Ce n’est pas trop le style dans une ville où les cô...

Le meilleur bouchon de Lyon ouvre le samedi

Produits frais, ambiance et service lyonnais, table mythique de Jean Moulin, Le Garet reste notre chouchou absolu en matière de lyonnaiseries, avec notre plat préféré en entrée : le hareng pomme à l’huile (avec un filet entier de hareng s’il vous plaît). Les petites pommes rissol...

A l’OL, même le sand­wich est Lyon­nais !

C’est le moment de retourner au stade. D’abord parce que l’OL a du chien et finira à coup sûr sur le podium cette saison. Ensuite parce que notre Président bien aimé (Aulas, pas l’autre) a toujours défendu l’indépendance lyonnaise, en termes financiers, pas comme les qataris qui ...