Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C’est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Four­vière qu’a eu lieu le Défilé de la Bien­nale de la danse ce samedi 5 juin. Une première repré­sen­ta­tion avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien parti­cu­lier : à la place du tradi­tion­nel défilé à travers Lyon, la Bien­nale a concocté en asso­cia­tion avec les Nuits de Four­vière un spec­tacle en quatre parties, acces­sible unique­ment aux familles des artistes, Covid oblige. Une édition excep­tion­nelle, adap­tée aux contraintes sani­taires, mais non moins festive. Les troupes de danseurs sont ravis de retrou­ver la scène et leur joie est conta­gieuse ! Tout comme leur éner­gie qui a gagné les gradins du site antique, d’où ont fusé youyous et accla­ma­tions tout au long du spec­tacle. Fil rouge du Défilé, les marion­nettes géantes de la compa­gnie Les Grandes Personnes ont proposé, en préam­bule de l’évé­ne­ment et entre chaque temps forts, plusieurs tableaux mettant à l’hon­neur la presse indé­pen­dante afri­caine. Tantôt empor­tés par le vent comme des cerfs-volants, tantôt frois­sés en une énorme sphère faisant office de ballon de foot, les pages des jour­naux valsent et rebon­dissent sur scène tandis que plusieurs person­nages repré­sen­tants la diver­sité du conti­nent afri­cain tentent de les attra­per.

La joie dansée aux couleurs de l’Afrique.

Une Afrique puis­sante et inven­tive à l’hon­neur

Car c’est sous le signe de l’Afrique qu’est placée cette 19eme édition de la Bien­nale de la danse, en échos à la saison Africa 2020, prolon­gée sur 2021 pour pallier les frus­tra­tions sani­taires. Quatre choré­gra­phies courtes mélan­geant danseurs de la métro­pole lyon­naise et du conti­nent et faisant la part belle aux choré­graphes afri­cains ont ouvert le bal. Les premiers danseurs ont déboulé sur scène comme une vague empor­tant tout sur son passage dans une explo­sion de musique, de couleurs et de cris de joie. Afrique Monde de Massidi Adia­tou ouvrait le bal en scan­dant “Africa”, tandis que dans les gradins, trois femmes magni­fique­ment parées de robes afri­caines brodées agitent des drapeaux aux couleurs du Came­roun. Puis, ce sont les ondu­la­tions des danseurs de Sayouba Sigué qui inves­tissent la scène dans des costumes aux couleurs de la mer et du Sahara et sur des sono­ri­tés orien­tales, avant Auré­lie La Sala au son des tambours puis Gumboots, une choré­gra­phie de Mourad Merzouki aux influences hip-hop toniques. « Lorsque l’Afrique se réveille, elle révèle tout son amour  », déclame un jeune chan­teur au look street.

« Nous savions que c’était impos­sible, c’est pour cela que nous l’avons fait.« 

domi­nique hervieu
Les danseuses du choré­graphe nigé­rian Qudus Onikeku.

Autre temps forts du Défilé, le choré­graphe nigé­rian Qudus Onikeku a livré une version de quinze minutes de sa dernière créa­tion Re:INCARNATION, qui fait la une de notre dernier numéro d’Exit (lire), inter­pré­tée par dix danseurs de Lagos et seize danseurs lyon­nais. L’ar­tiste voulait montrer « les profon­deurs de la culture noire », c’est chose faite avec ce tableau d’une inten­sité capti­vante et trou­blante. Au compte-goutte, des êtres étranges, peints en noir, certains portant des cornes, d’autres des masques afri­cains, se préci­pitent sur scène avant de se figer. Puis, sur la musique live d’Olatunde Obajeun – une guitare élec­trique tout en réver­bé­ra­tion par-dessus une ligne régu­lière de guitare du désert, ils s’animent douce­ment dans un rebon­dis­se­ment régu­lier, se rapprochent pour faire groupe, se déplacent sur scène dans des démarches étranges leur donnant l’al­lure d’un trou­peau de gazelles, tirent la langue. Dans une éner­gie brute, les danseurs de Qudus Onikeku livrent ici un tableau de l’Afrique origi­nelle et puis­sante. Un spec­tacle intense à retrou­ver au Radiant Belle­vue les 8 et 9 juin dans le cadre de la Bien­nale de la danse.

Fatou­mata Diawara sur la scène de Four­vière samedi 5 juin.

Diva malienne

Marraine de cette Bien­nale de la danse 2021, la chan­teuse et compo­si­trice Fatou­mata Diawara est venue clore ce défilé détourné avec son blues du désert aux accents rock et sa voix profonde légè­re­ment éraillée aux trémo­los émou­vants. Elle est appa­rue sur scène dans toute sa splen­deur, une guitare bleue élec­trique se décou­pant sur sa robe rouge, un foulard afri­cain dans les cheveux, un large et chaleu­reux sourire illu­mi­nant son visage. « Il est temps que l’Afrique se prenne en main, il est temps que nous nous accep­tions et que nous nous aimions comme nous sommes, c’est mon message pour la jeunesse afri­caine ! » a-t-elle déclaré avant d’en­ta­mer une chan­son en hommage au Mali. Puis la basse se fait groovy, la batte­rie, la guitare et le synthé s’em­ballent et elle danse, secoue son corps comme une prêtresse au sourire infa­ti­gable. Une accal­mie, et elle « dédie ce morceau à toutes les grandes dames qui se sont battues pour la culture à travers l’His­toire, et à ma maman, Germaine Acogny. » La deuxième marraine du festi­val, choré­graphe et danseuse séné­ga­laise recon­nue comme la mère de la danse afri­caine contem­po­raine, l’a rejointe sur scène pour le grand final. Les Grandes Personnes leur emboîtent le pas, suivis par les danseurs des premiers groupes qui ne parviennent plus à se tenir tranquilles dans la fosse. Leur joie commu­ni­ca­tive gagne les gradins où le public et même madame la ministre de la culture, présente ce soir-là dans l’am­phi­théâtre, se lèvent pour danser. Un défile unique et mémo­rable, conclu par la direc­trice du festi­val Domi­nique Hervieu détour­nant une cita­tion de Mark Twain : « Nous savions que c’était impos­sible, c’est pour cela que nous l’avons fait. » Et bien fait.

Le Défilé, dimanche 6 juin après-midi au Grand théâtre de Four­vière, Lyon 5e, mode d’em­ploi.

Kaame­lott, premier volet, 1er extrait !

Qui ne va pas voir Kaamelott, premier volet n’est pas lyonnais ! Avec le culte d’Astier pour le secret à peu près aussi grand que celui qu’il a pour l’histoire médiévale, on ne sait pas grand-chose du film lyonnais (et auvergnat) le plus attendu de tous les temps.... Mais quand m...

Le festi­val de la colline de Four­vière

De la musique, une terrasse avec une vue imprenable sur Lyon, et encore de la musique. Pourtant, le festival Superspectives a cette année pour thème le silence. Les histoires de ceux pour qui le silence n’était pas un choix ou de ceux pour qui il est bénéfique. Dans Ludi, l’artis...

G. Canet tourne son Asté­rix dans le Puy de Dôme !

L'Auvergne n'en finit plus d'inspirer le grand écran depuis que Rhône-Alpes Cinéma s'est transformé en Auvergne Rhône-Alpes il y a 6 ans avec le redécoupage des régions. Avec des films dans tous les genres en attendant La Nuée de Just Philippot, premier film d'horreur du label ré...