Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bolly­wood fait danser indien à la Maison de la danse

Vous aimez les films bolly­woo­diens, les histoires d’amour impos­sible qui finissent bien et les costumes colo­rés ? Alors prenez-vous pour un chan­teur de Bolly­wood avec cette comé­die musi­cale kitsch en diable qui rend hommage au genre ciné­ma­to­gra­phique indien le plus proli­fique. On ne vous garan­tit pas fran­che­ment une éman­ci­pa­tion fémi­niste au temps de #MeToo mais quand on est au spec­tacle, il est souvent bon de s’adon­ner à un plai­sir coupable quand il vous en met plein les yeux et les oreilles. Alors mettez un peu de rouge sur le front, et adon­nez-vous à l’exu­bé­rance kitsch de l’in­dus­trie bolly­woo­dienne ! La sortie feel good pour fêter Noël avant l’heure.


A Passage to Bolly­wood, du vendredi 26 au dimanche 28 novembre à 20h30 (samedi, première séance à 15h et dimanche à 15h), à la Maison de la danse, Lyon 8e. De 29 à 49€.

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...